Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 24 avril 2013

Marianne


La République, on ne le dira jamais assez, n'est pas la France. Elle n'est pas l'aboutissement d'une longue tradition germée dans l'humus de l'âme et du sol français, développée au fil des nobles races successives qui la firent et dont le dernier rejeton péri, encore enfant, dans l'une de ses infâmes geôles, au nom de la Liberté, de l'Égalité et de la Fraternité. Ce n'est même pas le fruit, plus ou moins mûri, d'aspirations partagées au décours de son histoire. Ce n'est le fait que d'une faction de conjurés, de bêtes sauvages, cyniques et malfaisantes, d'anthropophages qui ne parvinrent à l'imposer que par le meurtre, l'assassinat juridique et le génocide.

La République n'est pas autre chose qu'un monstrueux parasite, un hideux greffon artificiel, pareil à un chancre purulent sur le corps valétudinaire d'une noble fille, qu'il va bien falloir finir par extraire avant qu'elle n'en crève.


Marianne dans tous ses états : 
La république en caricature de Daumier à Plantu par 
Guillaume Doizy, Jacky Houdré - Alternatives


Saynètes : "Les tanneries de peaux humaines" et "Lecture de la lettre aux soldats de la république"

Enregistrement de deux saynètes issues du spectacle "Terreur en Vendée":






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire