Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 24 mars 2013

Bachar-el-Assad, ce héros…



Les merdiats, précisément israéliens, jouent la désinformation… en propageant la rumeur, démentie par Damas, de la mort de président Bachar-el-Assad… Rumeur que s'est bien sûr empressé de reprendre "en information exclusive en France" [!!!]  JSSnews… ainsi que Dreuz.info : "Alerte : Bachar el Assad aurait été abattu par son garde du corps".

Selon des informations qui auraient été publiées dans la presse arabe (intensément reprises par la presse israélienne), des informations que les journalistes affirment avoir « vérifiées », le président Bachar el Assad aurait été assassiné ce matin par un de ses gardes du corps. Un important dispositif de sécurité aurait été mis en place à l’hôpital du Damas.

L’assassin serait  un officier iranien nommé Mehdi Jakoby qui était en charge de la sécurité présidentielle…

Selon diverses sources, on signalerait d’importants combats armés dans tout Damas. Les routes qui mènent à l’hôpital seraient fermées.

Les locaux des TV syriennes auraient été abandonnées.
Propagation d'une rumeur, intox qui confirment l'attente d'Israël et de ses complices… Un assassinat qui serait une victoire incontestable pour les islamistes et leurs alliés israélien, qatari, étasunien, français… acharnés à déstabiliser et à détruire la Syrie. Nul ne sait ce qu'il en serait demain du martyre de la Syrie si son valeureux président Bachar el Assad était réellement assassiné.


Tunisie - Des dizaines de manifestants crient leur soutien à Bachar El Assad

Des milliers de personnes se sont rassemblées, samedi 23 mars 2013 à la Place des Droits de l’Homme à Tunis, en signe de soutien au régime syrien.

Les manifestants, représentant plusieurs associations ainsi que des membres de la société civile, ont scandé des slogans favorables au président syrien Bachar El Assad et contre le gouvernement tunisien pour exprimer leur refus du phénomène de la mobilisation des jeunes tunisiens partant en Syrie pour le djihad.

Cette marche vient suite aux déclarations aux médias de présumés jihadistes tunisiens rentrés de Syrie et qui ont confirmé la présence de milliers de jeunes tunisiens, hommes et femmes, qui se mettent à la disposition des rebelles sous le prétexte du jihad accusant, de même, le gouvernement tunisien de n’avoir rien fait pour mettre un terme à cette hémorragie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire