Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 27 janvier 2013

Flanby et ses séides gaullo-FLN fomentent un nouvel attentat contre Jean-François Collin…


Selon un communiqué du Comité Veritas, le gaullo-FLN Flanby avec la complicité d'un de ses valets minhistrion s’apprêterait à signifier à notre respecté président de l'Adimad, Jean-François Collin, sa radiation de la Valeur militaire… Une décision hautement imbécile qui illustrerait parfaitement la vision politique traditionnelle des socialistes. Si la Légion d’honneur est décernée sur des critères subjectifs voire partisans, la preuve en est les récentes promotions d’un imam islamiste notoire et d’une menteuse manipulatrice professionnelle, la Valeur militaire repose, elle, sur des faits, des actes précis et reconnus de bravoure face à l’ennemi, en l’occurrence l’ennemi FLN ! Acte de bravoure de Jean-François Collin en temps de guerre dont le prix reste une mutilation irréversible… Comment nier des faits ? Seuls des illusionnistes socialistes déconnectés des réalités peuvent oser une telle aberration… Une radiation qui ne serait donc que du vent… Du vent de haine… Un vent nauséabond… Un pet ! Une incongruité qui ne pourrait que disqualifier un peu plus leurs auteurs, les déshonorer… "Un peu plus, un peu moins", direz-vous… après l'inqualifiable discours à Flanby devant le Parlement algérien désormais tout est possible en ce malheureux pays, la France…

Le gaullo-FLN Flanby à Alger en décembre 2012…
Encore tout débraillé après une déculottée…

Communiqué du Comité Veritas

Avons-nous atteint le fond ?

Avec la décision de retirer la Croix de la Légion d’Honneur à notre ami Jean-François COLLIN, nous croyions que rien ne pouvait plus désormais nous surprendre de la part de nos ennemis, nous disons bien « ennemis » parce que c’est de cela qu’il s’agit dorénavant, d’ennemis qui nous ont déclaré une guerre ouverte à travers, non pas une, mais deux offenses maintenant !

En effet, nous venons d’apprendre l’impensable. Au pays des droits de l’Homme, une sanction pour DÉLIT D’OPINION : Le Ministre de la Défense LE DRIAN s’apprête à signifier à notre ami le retrait de la « Croix de la Valeur Militaire » qui lui a été décernée en tant que grand mutilé de guerre à titre définitif !

Vous avez bien lu, et cette déconcertante nouvelle est officialisée par le responsable du bureau des décorations du Ministère questionnée par notre amie Éliane SALLABERRY qui n’a pu obtenir la raison d’une telle décision.

Qu’en dire sinon que ces sordides décisions ne sont que le reflet de la haine que nous prouvent tous les jours ces tenants de la décadence de la France, ces responsables du malheur de toute une communauté trahie qui n’en finit plus de les subir ?

Et, parallèlement, sont décorés des porteurs de valises et un Imam islamiste notoire. Alors nous sommes en droit de nous poser certaines questions quant aux nouvelles « valeurs » de cette société qui sanctionne ses patriotes et encense les traitres en temps de guerre et même un « cheval de Troie » !

Allons-nous réagir, et comment ? Ou avons-nous atteint définitivement le fond ? Vous pouvez tous écrire à M. Le Drian et à M. Georgelin l’indignation que vous avez ressentie à cette nouvelle. Vous pouvez tous apprendre au Ministre de la Défense et au Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, que si nous sommes toujours en démocratie, le délit d’opinion n’existe pas dans le droit français et que M. Collin n’a pas commis d’autre faute que celle d’exprimer un avis que nous partageons tous, à savoir que De Gaulle est le plus grand traître de l’Histoire :

Ministère de la Défense : 14 rue Saint Dominique 75007 PARIS

Chancellerie Légion d’Honneur : 1 rue Solférino 75700 PARIS SP7

PROTESTEZ ! ÉCRIVEZ ! PROUVEZ QUE LE FOND N’EST PAS ATTEINT !

Jean-Marie AVELIN, président
Geneviève de TERNANT, vice-présidente
Alain ALGUDO, vice-président
Anne CAZAL, déléguée générale
Alain AVELIN, délégué à la communication

*        *



À propos de la déculottée de Flanby en Algérie…


Lettre ouverte du président du Cercle national des Rapatriés à François Hollande

Combien de fois vous ai-je entendu dire que vous êtes le président « de tous les Français » et un « homme de dialogue » ? Vous êtes exactement l’inverse : un homme sectaire. Votre « discours d’Alger » n’a été qu’un réquisitoire haineux contre l’œuvre magnifique de la France en Algérie.

Je ne vous pardonnerai jamais d’avoir ainsi souillé la mémoire de mes aïeux qui, à la sueur de leur front, avaient bâti ce merveilleux pays. Combien de pionniers sont morts, épuisés par leur travail et les maladies ? Vous n’avez même pas eu cette décence de le reconnaître, de parler de ce peuple cosmopolite – français, berbère, arabe, espagnol, italien, maltais, juif – tous Français d’Algérie, de peur de vexer vos hôtes…

Je ne vous pardonnerai jamais d’avoir également travesti la vérité historique. Vous vous êtes comporté d’une façon indigne de votre fonction, comme un procureur partial, pour condamner la France. Vous avez parlé de la « souffrance du peuple algérien » en omettant volontairement de parler de la nôtre de souffrance. Notre seul « tort », c’est d’avoir aimé viscéralement notre terre natale. Le félon, De Gaulle, avait déjà fait de nous non pas des Français à part entière, mais des Français entièrement à part, autant dire des parias.

Vous avez évoqué la « torture ». Celle « pratiquée » par la France, bien sûr… Eh bien, oui, je l’avoue, si j’avais eu à le faire, je l’aurais fait pour sauver des centaines de vies d’innocentes victimes, hommes, femmes et enfants. Vous occultez les horreurs barbares du FLN.

Vous avez glorifié les traîtres, les collabos, les porteurs de valises, en citant quelques noms, dont celui de Germaine Tillon, mais vous avez omis d’y ajouter le camarade Yveton, gazier de son état, qui déposa une bombe dans un vestiaire de l’EDF, Yveton que votre idole, le président Mitterrand, fit condamner à mort.

Comment osez-vous parler de « vérité historique » en ne condamnant que la France ? Sans jamais dénoncer les attentats commis par le FLN, les assassinats de dizaines de milliers de harkis, les milliers de disparus d’Oran lâchement abandonnés depuis cinquante ans. Ces otages dont personne ne parle. Vous écrivez l’Histoire en vous référant à l’« historien » Benjamin Stora qui a quitté l’Algérie à l’âge de dix ans…

Je ne vous pardonnerai jamais d’avoir insulté ces civils et ces militaires qui ont combattu pour la France et pour l’honneur de la France.

Je ne vous pardonnerai jamais votre lâcheté : sans prononcer le mot de « repentance », vous avez fait pire encore. Quant à moi, septuagénaire, tant que Dieu m’en donnera la force, je me battrai pour que la vérité historique soit dite et que soit reconnue l’œuvre positive de la France en Algérie. Je suis fier de mes ancêtres qui, d’un désert, ont fait un paradis devenu, depuis son abandon par la France, un enfer d’où la jeunesse ne rêve que de s’enfuir pour retrouver en France ses « persécuteurs ». Cherchez l’erreur…

André Vidal, président du Cercle national des Rapatriés

1 commentaire:

  1. lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer