Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 14 novembre 2012

Christianophobie algérienne : évacuation des archives catholiques d'Algérie


Saint Augustin (354-430) évêque d'Hippone, par Sandro Botticelli (1480)

Christianophobie algérienne : évacuation des archives catholiques d'Algérie

Les trois évêques d’Algérie (Alger, Oran et Constantine) ont dû par sage prudence évacuer toutes les archives de catholicité (baptêmes, confirmations, mariages, obsèques…). En effet, l'envahisseur arabe et le gouvernement de Bouteflika auraient envisagé de les saisir pour effacer toute trace d'un « colonialisme chrétien » et surtout contrôler si dans ces dernières années certains musulmans n'étaient pas retournés à la religion de leurs ancêtres. Ces archives ont été accueillies par trois monastères de religieuses, près de Valence, à Aix-en-Provence et à Nîmes.

Les catholiques exilés d'Algérie ou y ayant vécu un temps ne doivent plus désormais demander leurs actes de catholicité dans leurs diocèses d'origine, mais auprès de religieuses en France.

Adresses où soit consulter soit demander les archives :

Pour le diocèse d'Oran
(archives de 1880 à nos jours)
Monastère des Dominicaines
La Clarté Notre-Dame
26770 Taulignan
tél. 04 75 53 55 11
courriel : monastereop-clartetaulignan@wanadoo.fr

Pour le diocèse de Constantine
Monastère des Clarisses Capucines
16, avenue Paul Cézanne
13090 Aix en Provence
tél. 04 42 23 08 17
courriel : capucinaix@free.fr

Pour l'Archidiocèse d'Alger
(archives de 1842 à nos jours)
Monastère des Clarisses
34, rue de Brunschwick
30000 Nîmes
tél.: 04 66 26 66 76 - fax : 04 66 26 86 35

Concernant le service des archives du diocèse d'Alger, le plus commode est d'envoyer au monastère un courrier postal, en indiquant à quelle adresse postale faire parvenir la réponse. Le monastère demande un petit dédommagement pour le temps passé à faire les recherches. Vous pouvez éventuellement prendre un premier contact par téléphone.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire