Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 20 octobre 2012

L'exil… oui mais surtout pas dans cette putain de France de merde qui nous a fait la guerre…

"Chaque fois que la République ôte sa chemise, c'est pour en mettre une plus merdeuse."
Léon Bloy (1846-1917)
Pauvre France… Toujours plus bas tu tombes… En déliquescence comme un Flanby avarié…



À lire… et méditer (sans jamais oublier que les degaullistes n'ont rien à envier à ces "socialopes" en dégueulasseries et que surtout, fervents de l'infâme criminel compulsif DeGaulle, ils les surpassent infiniment par leur criminalité consubstantielle) : Konigsberg - Les grosses lopettes socialopes porteuses de valises du FLN

Aujourd’hui comme hier à maintes reprises, l’exil de cette putain de France franc-maçonne déculottée de merde s’imposera à qui veut sauver son âme… et l’avenir de sa progéniture.


2 commentaires:

  1. La Haine… jamais altérée, jamais apaisée : c'est peut-être aussi cela l'Honneur.

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends parfaitement ton ressentiment à l'égard de "cette France"… Comment mieux le préciser positivement que par cet extrait d'un entretien entre Rivarol (n° 3063 du 5 octobre 2012) et El Cristero… Je pense que tu seras en harmonie avec cette attitude face au nationalisme…

    Rivarol : - Dans Les Intransigeants première formule, vous ne vous reconnaissiez pas dans le nationalisme français, est-ce toujours le cas ?

    El Cristero : - Ni dans le nationalisme français, ni dans le nationalisme tout court … Nous refusons ces appellations issues de la modernité. Notre vie est centrée sur Dieu, pas sur la nation. « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu, le reste vous sera donné de surcroit ». Si des hommes mettent la nation au même niveau que Dieu ou au dessus de lui, ils commettent un grave péché. Dieu est au dessus des nations et celles-ci doivent l’accepter. Pas d’idolâtrie. Le seul que nous devons adorer c’est Dieu. La France ne se réveillera pas tant que les Français n’accepteront pas de revenir sincèrement à Dieu.

    Source :

    Interview des Intransigeants pour le journal « Rivarol »

    Lire aussi :

    Pourquoi faut-il une théocratie catholique ?

    RépondreSupprimer