Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

vendredi 28 septembre 2012

Une semaine d'images au Royaume de Thaïlande…

Rival supporters of the the red shirts and the yellow shirts were involved in violent clashes on Tuesday outside the Crime Suppression Division (CSD) offices on Phahon Yothin Road. The protesters from opposite ends of Thailand's political divide gathered after police summoned for questioning a former female teacher who publicly accused red-shirt key supporter Darunee Kritbunyalai of defaming the royal institution last month.
Photos by Surapol Promsaka Na Sakolnakorn

jeudi 27 septembre 2012

Albert Paraz et Roger Nimier… sur Livr'Arbitres



Vient de paraître le numéro 9 de la nouvelle série de la revue littéraire non-conforme Livr’Arbitres. Son dossier central est cette fois-ci consacré aux plumes rebelles et iconoclastes de Roger Nimier et Albert Paraz avec de brillantes et prestigieuses contributions, notamment celles de l’académicien « hussard » Michel Déon, de Jean-Marie Le Pen, de Philippe d’Hugues, de Francis Bergeron, de Michel Mourlet, de Laurent Schang…

À l’occasion de la sortie de ce nouveau numéro Livr’Arbitres organise sa traditionnelle soirée « apéro – vente – dédicace » le vendredi 12 octobre à 20 heures au restaurant Ratatouille, 168 rue Montmartre, Paris 2ème, métro Bourse ou Grands-Boulevards.

Avec la présence de Philippe Alméras, Francis Bergeron, Patrick Gofman, Miège, Alian Paucard et bien d’autres.

Divers stands seront proposés aux visiteurs et amis, notamment celui des Éditions du Rubicon qui présenteront à cette occasion l’ouvrage d’Adriano Scianca : « Casapound, une terrible beauté est née ! 40 concepts pour une révolution en devenir ».

Liv’Arbitres : 36 bis, rue Balard 75015 Paris

mercredi 26 septembre 2012

Suicide, mode d'emploi… et pourquoi pas un millepatte…



"Peu après avoir avalé un millepatte vivant, un aide-restaurateur est décédé",  a révélé la police locale de Khonkaen…  Wansadej Kongkul, 39 ans, employé d'un restaurant thaïlandais spécialisé dans des plats exotiques, a débusqué un millepatte alors qu'il manipulait une pile de bois dans les locaux du restaurant où il travaillait… Tout en proclamant fièrement à son collègue de travail qu'ingérer cette bestiole l'immuniserait à jamais contre son venin, il s'empresse d'avaler vivant le malheureux millepatte… Une heure après, pour l'éternité il n'avait plus à se soucier du moindre problème d'immunité ni de n'importe quelle maladie contagieuse ou pas…

Bangkok : suicide, mode d'emploi… faire-part sur Facebook… mais information tronquée…

Suicide, mode d'emploi… ne pas oublier les crocodiles…

mardi 25 septembre 2012

Quand les souvenirs reviennent… Un chant berbère… Brahim… Un chant d’amour…



BRAHIM 


Jean-Pax Méfret : Quand les souvenirs reviennent…



Est venu déranger la ville,
Une prière
Chantée par trois jeunes kabyles.

Un chant berbère
Pour saluer l’ancien soldat,
Fils d’une guerre
Dont les blessures sont toujours là.

Pas de drapeau
Posé sur le corps de cet homme,
Juste une photo
De ses copains en uniforme,

Une vieille image
Qu’il a conservée toute sa vie
Comme un hommage
A ceux qui sont morts dans l’oubli

C’est une histoire qu’on ne raconte pas tous les jours
Elle fait partie des grands silences
Qui entâchent l’histoire de France.

C’est une histoire qu’on ne raconte pas tous les jours
Ce chant berbère c’est pas seulement un chant d’amour.

Souvent, la nuit,
Il retrouvait en mauvais rêve
Le sang, les cris,
Les plaintes des Harkis qu’on achève.

Face au calvaire,
Les soldats restaient l’arme au pied :
L’ordre était clair
Il ne fallait pas les sauver.

C’est une histoire qu’on ne raconte pas tous les jours 
Elle dénonce les grandes souffrances 
De ceux qui ont choisi la France

C’est une histoire qu’on ne raconte pas tous les jours
Ce chant berbère n’est pas seulement un chant d’amour.

Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 n’a pas fait cesser le sang.
Dans les semaines qui ont suivi les accords d’Evian,
des dizaines de milliers d’Algériens
qui avaient fait confiance à la France
furent désarmés par les troupes et livrés à leurs bourreaux.
Victimes des pires tortures, trainés de douar en douar,
condamnés à la mort lente dans les djebels de la tourmente.
Sur les 200 000 hommes engagés aux côtés
des unités régulières de l’armée française,
seulement 40 000 d’entre eux purent rentrer en France
avec leur famille, souvent grâce à des initiatives personnelles
d’officiers français qui avaient enfreint les ordres.
Ces rescapés furent parqués avec femmes et enfants
dans des baraquements sordides,
des camps grillagés de barbelés.
Certains... certains y sont encore.

Et cette histoire qu’on ne raconte pas tous les jours,
Elle demande la reconnaissance
De ceux qui ont cru en la France,

Une façon de saluer cette bravoure...
Ce chant berbère, faut qu’il ne soit qu’un chant d’amour.

Un chant d’amour.

dimanche 23 septembre 2012

Netanyahou chouchoute les rabbins fanatiques… Campagnes christianophobes en Israël…



Bethléem : dans l'intimité de l'église de la Nativité un jour de Noël


Dans les territoires occupés par Israël, notamment à Jérusalem, des extrémistes juifs s’en prennent aux Palestiniens chrétiens et aux congrégations religieuses étrangères. Les décisions de l’Unesco en octobre 2011 d’accepter en son sein l’État palestinien, puis d’inscrire en juin dernier - en urgence - la Basilique de la Nativité à Bethléem au Patrimoine mondial de l’Humanité ont rendu furieux Benyamin Netanyahou et les tenants des lobbies pro-israéliens dans le monde. Dans les deux cas, les États-Unis ont voté contre. En France, Richard Prasquier, président du CRIF, est monté au créneau en parlant d’opération « visant à lutter contre la légitimité ou la légalité de l’État d’Israël » ! Rappelons que la ville est située dans les territoires occupés en juin 1967, appelés « Judée-Samarie » par les Israéliens… Pour son maire, Victor Batarseh, Israël n’acceptera d’évacuer les colonies installées dans la région et les résolutions de l’ONU que contraint par un « boycott à la fois commercial, culturel et sportif ».

« Jésus est un singe »

A Jérusalem, en février 2012, après avoir vandalisé un cimetière chrétien sur le Mont Sion, des fanatiques ont tagué les murs du monastère de la Croix (grec-orthodoxe) de graffitis du genre : « Mort aux chrétiens », « Jésus est un singe », « Nous allons vous crucifier », « Marie était une prostituée ». Ils s’en sont pris ensuite à l’église baptiste de la rue Narkis, puis ont incendié, le 4 septembre, la porte du monastère catholique de Latroun, connu pour son vignoble. Les évêques de Terre sainte ont demandé, sans résultat, aux autorités israéliennes de mettre fin aux « actes odieux et hostiles » et d’enseigner le respect dans les écoles. L’Autorité palestinienne voudrait que les incendiaires soient traduits en justice… La police dit enquêter, mais les vandales ne sont jamais trouvés. Ils signent pourtant leurs forfaits : « Le prix à payer », une organisation clandestine composée, notamment, de membres de la colonie sauvage de Migron qui se vengent sur les Palestiniens, musulmans et chrétiens, d’une décision de la Cour suprême d’Israël – prise il y a dix ans et finalement appliquée - d’évacuer les terres agricoles qu’ils occupaient.

Les pages de l’Évangile déchirées

Pour les prêtres chrétiens, sortir dans Jérusalem est un enfer. Ils se font cracher dessus par les juifs orthodoxes. Selon le professeur Israël Shahak, ancien président de la Ligue israélienne des droits de l’homme - décédé en 2001 – pour les juifs extrémistes, « déshonorer des symboles religieux chrétiens est un devoir religieux » depuis le 2ème siècle de l’ère chrétienne. En 2008, les ultra-sionistes avaient organisé un autodafé public du Nouveau Testament à Or Yehuda, dans la banlieue de Tel Aviv. Ils ont remis ça en juillet dernier avec Michael Ben-Ari, député du groupuscule Ihoud Leoumi (Union nationale), proche des milieux colons, qui s’est fait photographier déchirant les pages de l’Évangile. On comprend pourquoi Benjamin Netanyahou, qui chouchoute les rabbins fanatiques et leur électorat raciste, ferme les yeux sur les attaques d’églises et sur les humiliations dont les prêtres sont victimes.


Victor Batarseh : « Le dossier Bethléem peut aller vite » : le maire de Bethléem, espère que l’adhésion de son pays à l’Unesco va accélérer le classement de l’église de la Nativité au patrimoine mondial

Gilad Atzmon : « Unis contre les crachats »

Un député d'extrême droite déchire le Nouveau Testament : Michael Ben Ari, du parti d'opposition, explique son geste car ce livre a «entraîné le meurtre de millions de juif durant l’Inquisition »

Grand entretien avec Richard Prasquier : « ne pas mettre dans le même sac islamophobie et antisémitisme »

Christianophobie en Israël : actes de vandalisme contre le monastère trappiste de Latroun





samedi 22 septembre 2012

Obama condamne "L'innocence des musulmans" mais reste muet sur "Piss Christ"…




Des groupes religieux fustigent le Président Obama pour son silence sur une "œuvre d’art" anti-chrétienne qui sera exposée à New York… Un parlementaire républicain a dit qu’il en avait « marre de l’hypocrisie religieuse de l’Administration ».

Piss Christ, qu’on a déjà qualifiée « d’œuvre d’une vulgarité déplorable et méprisable », sera exposée à la Galerie Edward Tyler Nahem à Manhattan ce jeudi 27 septembre. Il s’agit d’une « photographie d’un crucifix baignant dans l’urine de l’artiste ».

Des groupes religieux et des parlementaires ont commencé à faire des comparaisons avec L’innocence des musulmans, le film anti-islam à petit budget ayant déclenché des affrontements violents et meurtriers à travers le monde.

Le représentant Michael Grimm (R, C-NY) veut savoir pourquoi le président Obama n'a pas dénoncé l'exposition, ajoutant qu’il en avait « marre de l’hypocrisie religieuse de cette Administration » : « L’hypocrisie religieuse de l’Administration Obama et son manque total de respect pour les croyances religieuses des Américains ont atteint un sommet inégalé. J’appelle le Président Obama à défendre les valeurs et les croyances américaines et à dénoncer Piss Christ qui a offensé des chrétiens au pays et à l’étranger », a déclaré Grimm à Fox News.

Grimm, un catholique, dit qu'il trouve cette œuvre d'art vulgaire et offensante « à l’instar de tous ceux qui, dans le monde musulman, se sentent profondément offensés par L’Innocence des musulmans ». « Comme la plupart des Américains, je condamne à la fois Piss Christ et L’innocence des musulmans, tout en restant tolérant comme l’exige le Premier amendement. Malheureusement, l’Administration Obama ne s’est pas encore prononcée sur « l’art » offensant chez nous », a-t-il ajouté.

Bill Donohue, président de la Ligue catholique, a déclaré : « Je voudrais savoir ce que mon gouvernement va dire à ce sujet. Le gouvernement des États-Unis a présenté des excuses et fait des déclarations très critiques sur l’abus de la liberté d’expression parce que cela pourrait offenser les musulmans ». Selon Donohue, l’Administration Obama semble appliquer un double standard sur ce qui pourrait offenser les chrétiens : « Les musulmans et d’autres segments de la population semblent faire partie d’une classe protégée. S’agissant des chrétiens, c’est la guerre totale ».


WH Silent Over Demands to Denounce ‘Piss Christ’ Artwork par Todd Starne

"Piss Christ" : Blasphème d'un fétichiste urophile…

"Piss Christ" inspire Roméo Castellucci : après le blasphème urophile, la scatophilie…

Musulmans et catholiques unis pour la dignité contre les bobos merdeux du système sioniste

mercredi 19 septembre 2012

Nouvelle provocation, nouveau piège sionistes de Charlie Hebdo envers les musulmans…

Entre liberté d'expression et provocation il y a bien plus qu'une nuance… Il est manifestement hautement hypocrite dans le cas de cette publication de parler de liberté d'expression et de mobiliser pour la défense d'une telle liberté… Chacun sait pertinemment que Charlie Hebdo ne publie ces caricatures insultantes envers les musulmans que pour les effets attendus de cette provocation… Outre les bénéfices recherchés des ventes d'un prétendu journal,  l'intention étant bien d'inciter à la manifestation, à des troubles voire à des violences, Charlie Hebdo devrait être tenu responsable tant civilement que pénalement des éventuels dommages subis de sa faute par les personnes et leurs biens…

Une plainte pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui" va être déposée contre le périodique satirique Charlie Hebdo par une fondation chrétienne et le Parti chrétien-démocrate de Christine Boutin, ont annoncé leurs avocats : "Le journal français, soucieux d'améliorer ses ventes, a mis en péril la vie de centaines de ressortissants français vivant en pays musulmans. Dans le même temps, l'Occident étant associé dans l'esprit des fondamentalistes musulmans à la religion chrétienne, le journal a exposé à la violence de ces extrémistes, les communautés chrétiennes du monde arabe"…
La couverture de Charly Hebdo à paraître ce mercredi 19 septembre représente
un musulman dans un fauteuil roulant poussé par un juif orthodoxe, avec chapeau et papillotes,
sous le titre "Intouchables 2", allusion au film éponyme.


Nouvelle provocation de Charlie Hebdo envers l'islam et les musulmans… Nouveau piège sioniste…

Toute la presse en aura suffisamment parlé… Surtout de pas acheter cette merde de Charlie Hebdo qui ne tente de renflouer des caisses bien vides qu'en jouant sur cette fascination par le mauvais goût, miroir aux alouettes de trop nombreux chalands bien franchouillards…

La provocation reste le gagne-pain de l'hebdo en perdition Charlie Hebdo. En pleine tempête sur le film anti-Islam "Innocence of muslims", qui a engendré à travers le monde une vague de violences antiaméricaines, l'hebdomadaire publie ce mercredi de nouvelles caricatures de Mahomet qui ont déjà piégé la "désapprobation" du gouvernement et des autorités musulmanes françaises.

Le Conseil français du culte musulman se dit, de son côté, "consterné" par les dessins "insultants". Dans un communiqué, son président, Mohammed Moussaoui, écrit que le Conseil est "profondément attaché à la liberté d'expression" mais exprime toutefois "sa profonde inquiétude face à cet acte irresponsable qui, dans un contexte très tendu, risque d'exacerber les tensions et de provoquer des réactions préjudiciables".

"Rien ne peut justifier l'insulte et l'incitation à la haine, souligne le président du CFCM, qui "lance un appel pressant aux musulmans de France à ne pas céder à la provocation". Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, appelle lui aussi à "ne pas verser de l'huile sur le feu".

Alors que Ayrault, Valls et autres se taisent quand Charlie Hebdo caricature le Christ, aujourd'hui ce même Ayrault et tous les autres piégés "désapprouvent" la caricature de Mahomet, nous content l'Express, le Monde, le Parisien, le Point, etc.

Comprenne qui voudra !


Quand la loi Gayssot est défaillante… mort de rire !

"Piss Christ" inspire Roméo Castellucci : après le blasphème urophile, la scatophilie…

Musulmans et catholiques unis pour la dignité contre les bobos merdeux du système sioniste

mardi 18 septembre 2012

"Jeunes de la France à Flanby, votre salut est ailleurs : barrez-vous !"


Un appel citoyen signé de Mouloud Achour de Canal+, du rappeur Mokless, de Félix Marquardt le fondateur des Dîners de l’Atlantique : "Jeunes de la France à Flanby votre salut est ailleurs : barrez-vous !"

Barrez-vous !

Accéder au site "Barrez-vous !"

Jeunes de France, ceci n’est pas une incitation à l’évasion fiscale mais à l’évasion tout court.

Comme on dit au Maghreb et dans les quartiers les plus défavorisés de France, vos aînés vous prennent pour des ânes sans oreilles (khmar bla ouidenine). Leurs beaux discours dissimulent de plus en plus maladroitement une vérité bien embarrassante : vous vivez dans une gérontocratie, ultra-centralisée et sclérosée, qui chaque jour s’affaisse un peu plus.

Comment qualifier autrement, en 2012, une société où une élite de quelques milliers de personnes, dont la moyenne d’âge oscille autour de soixante ans, décide d’à-peu-près tout ?

Comment qualifier autrement un système qui, depuis maintenant plus de trente ans, s’accommode du fait qu’un jeune sur quatre, quasiment, se trouve au chômage (dans bon nombre des quartiers évoqués plus avant, c’est même plutôt un sur deux) et dans lequel, de manière générale, on renâcle encore à confier des responsabilités d’encadrement à qui que ce soit de moins de quarante, voire cinquante ans…?

Sachez-le. Une société qui traite sa jeunesse de pareille manière est une société en déclin. Droite ou gauche, politique de rigueur ou de relance, le seul enjeu de nos jours est de savoir si l’an prochain nous connaîtrons une croissance du PIB de 0,5% ou de 1% et si le taux de chômage sera en deçà ou bien au-dessus de 10% – et ces chiffres, déjà affligeants, s’aggraveront dans les années qui viennent, soyez-en sûrs. Le roi est nu et la triste réalité est là : pour la première fois depuis bien longtemps dans cette partie du monde, une génération au moins – la vôtre – vivra, vous le pressentez d’ailleurs, moins bien que la précédente. N’en déplaise à certains, cette donnée fondamentale n’est pas le fruit d’un complot ourdi par les riches et les puissants de la planète, en proie qu’ils sont à des luttes de pouvoir et d’ego qui les occupent bien assez entre eux. Par-delà les chocs qui font tanguer le navire planétaire, un grand Rééquilibrage est à l’œuvre : pour la première fois depuis cinq cents ans, des hommes blancs d’un certain âge, issus d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, ne président plus seuls – ce sera de moins en moins le cas – aux destinées du monde. Il suffit de passer quelques jours, voire quelques minutes, à Istanbul, Jakarta, Mumbai ou Sao Paulo pour en prendre conscience. Et quelques minutes de plus encore, pour réaliser que ce n’est que justice. Et que, trop souvent, ceux qui prétendent défendre les intérêts des classes populaires en France le font sans une pensée pour les trois milliards d’êtres humains qui vivent avec deux dollars par jour ou moins… ce qui, si le progressisme est encore un humanisme, est au mieux illogique et au pire rien de moins qu’immoral.

Grandissant dans la France des Trente Glorieuses, vos aînés ont connu un âge d’or. Aujourd’hui c’est au tour des Brésiliens, des Chinois, des Senegalais et des Colombiens, chacun avec leurs problèmes et défis, bien évidemment, mais unis par cette foi en l’Avenir qui caractérise les puissances en devenir.

Jeunes de France, tirez-en votre parti : votre salut est, littéralement, ailleurs. Non pas dans la fuite, en quittant un pays dont les perspectives économiques sont moroses mais en vue de vous désaltérer et de vous réinventer pour revenir riches d’expériences nouvelles, imprégnés de la créativité et de l’enthousiasme qui fleurissent aujourd’hui aux quatre coins du monde, ayant fait les rencontres qui vous changeront avant que vous n’en fassiez profiter la France.

N’hésitez-plus, choisissez une destination où le monde est en train de se faire, là, tout de suite, que ce soit Tbilisi, où la Ministre de l’économie, la patronne de la police nationale et le seul conseiller du Président sont tout juste trentenaires, ou Le Caire, Shanghai, Mexico ou Santiago…

Barrez-vous parce que rien ne vaut l’ivresse qui vient avec la conscience du monde et de l’Autre du voyageur : partir, c’est découvrir qu’on ne pense pas, ne travaille pas, ne communique pas de la même manière à Paris, à Guang Zhou ou au Cap.

Barrez-vous, plus prosaïquement, pour améliorer votre niveau de vie. Car si vous ne gagnerez pas automatiquement plus d’argent en (re)démarrant votre carrière à l’étranger, la probabilité que votre niveau de vie s’accroisse sensiblement au bout de quelques années le cas échéant est statistiquement bien meilleure que si vous restez embourbés en France (ceci vaut d’ailleurs tant pour les apprentis- restaurateurs, coiffeurs, chauffeurs que pour les banquiers).

Barrez-vous, enfin, sinon pour vous alors pour vos enfants. Car il ne s’agit pas ici d’encourager votre fuite qui condamnerait la France à terme, mais de vous encourager à partir explorer le monde, à vous imprégner de la créativité et de l’enthousiasme qui fleurissent aujourd’hui un peu partout, de faire des rencontres qui changeront vos vies, avant d’en faire profiter notre pays à votre retour. Partez, revenez, repartez encore, revenez de nouveau. Une vertu centrale de vos pérégrinations sera d’enfin réconcilier la France, forte de vos lumières, avec la réalité du monde qui nous entoure. Trop souvent encore, notre pays fonctionne en effet en vase clos, la topographie du débat public y relevant d’une curieuse forme de schizophrénie où les grands bouleversements planétaires ne donnent lieu qu’à de petits débats gaulois. Le gouffre de plus en plus béant entre la situation réelle de la France et les propositions de ses dirigeants ne sera pas comblé par d’autres que vous, qui, à force de voyages, de rencontres et de découvertes, pourrez sortir ce pays de l’abrutissement engendré par l’autarcie intellectuelle qui est la sienne depuis une trentaine d’années au bas mot.

Jeunes de l’Hexagone, ce n’est pas uniquement votre pays de naissance qui est vôtre mais le monde tout entier. Faites-vous violence si nécessaire mais emparez-vous en. Il y va de votre avenir. Et de celui de la France.

Félix Marquardt, fondateur des Dîners de l’Atlantique et des SubmergingTimes Dinners
Mouloud Achour, journaliste
Mokless, rappeur, auteur-interprète, membre du groupe Scred Connexion


dimanche 16 septembre 2012

Roger Holeindre : "Un devoir… rejoindre le Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français"…


DEVOIR DE VACANCES… 
         [document communiqué par l'ADIMAD]
À quelques pas de l’Arc de triomphe, le cortège précédé de la banderole "Algérie assez de mensonges",
s’ébranle en direction du Trocadéro
(Photo D.R.)

Le 30 juin 2012, nous étions un bon millier à défiler de l’Étoile au Trocadéro… derrière nos drapeaux… musique en tête… et notre cortège digne, décidé, discipliné, était tronçonné par trois immenses banderoles portant les inscriptions “Algérie – Assez de mensonges” ; “Algérie – Non à la repentance” ; “Honneur à l’Armée d’Algérie”. Une centaine de panneaux brandis haut et ferme, portaient les inscriptions “Honneur à l’Armée d’Algérie… Tu as fait ton devoir… Ils t’ont trahi hier… Ils t’insultent aujourd’hui… Rejoins le Mémorial de l’honneur français.”
Il faut quand même signaler qu’à la même heure… dans un autre quartier de Paris, au nom de prétendues “fiertés”, les homos, lesbiennes, pédés et autres déviants rassemblaient deux cents fois plus de participants que nous. Rien que cela devrait donner à tous les Français une raison solide de réfléchir, et leur permettre de comprendre vers quel degré de décadence, va à grands pas notre pays.
Avec Pierre Descaves, mon ami, nous avions depuis des mois mis sur pied ce rassemblement patriotique et fait en sorte qu’il n’ait lieu qu’une fois les élections présidentielles et législatives totalement passées… uniquement pour que des “grincheux” ne viennent pas nous dire, une fois de plus, que cette action de salut public n’était que politique.
Mis sur pied par nous… le Comité de liaison du Mémorial de l’honneur français avait le plaisir de voir se joindre à lui… Denis Fada, pour le Clan Rapatriés… Jean-François Collin, pour l’Adimad… Anne Cazal, pour Véritas… Bernard Antony, pour le Pays libre… Bernard Coll, pour Jeune Pied-noir… et Claudine Dupont-Tingaud, pour Réagir-Résister et Agir. Pierre Descaves avait adhéré avec France Résistance dès le départ… et moi-même avec le Cercle National des Combattants.
Il est vrai que d’autres associations auraient déjà pu nous rejoindre… mais il n’est pas trop tard... car ce défilé n’était pas une fin en soi… mais le départ d’un long combat qui, je l’espère, verra venir à nous des milliers de patriotes, avec un seul but… faire en sorte que l’histoire de la guerre d’Algérie ne soit écrite ni par le FLN, ni par les porteurs de valises, traîtres à leur patrie… comme c’est le cas aujourd’hui.
C’est pour nos enfants et nos petits-enfants que nous devons nous battre ; sans quoi ils seront condamnés à la dhimmitude et n’auront, comme cela est en train de se mettre en place… qu’un seul droit… SE TAIRE !
Aujourd’hui déjà, c’est le mensonge qui domine, et notre histoire est totalement falsifiée. Ce sont des Français de souche qui s’allient à Alger et à M. Bouteflika, pour salir notre pays et son armée. On a même pu voir des poseuses de bombes du FLN, parader sur nos écrans.
La surprise du début a donc fait place aujourd’hui, pour beaucoup d’anciens d’Algérie, à l’écœurement le plus total. Il ressort de tous ces scénarios nauséeux, que l’Armée française n’a passé son temps qu’à martyriser, violenter, trucider de pauvres innocents, des poètes,… et à violer leurs femmes !
Pourtant, la vérité, la seule vérité est que la majorité des habitants des départements français d’Algérie désiraient rester Français. Des centaines de milliers d’entre eux se sont d’ailleurs battus à nos côtés, pour un avenir meilleur qui se mettait en place. La honte repose autant aujourd’hui sur l’ensemble des médias français qui falsifient l’histoire, que sur le fait que des soldats appelés, ayant fait leur devoir de citoyens français, laissent sans rien dire… des traîtres… écrire et raconter leur guerre de façon outrancière, tronquée, non objective et totalement ANTI FRANÇAISE !
Faut-il rappeler que, lors de la conquête, ce territoire, nid de pirates et d’esclavagistes, dépendant alors de l’Empire Ottoman, comptait moins d’un million d’habitants, qui n’étaient en rien Algériens… l’Algérie n’existant pas ! Cent trente ans plus tard, ils étaient (avec à peine 1 million de gens venus d’Europe) plus de 10 millions dans un pays modernisé en pleine transformation. Voilà un sort qu’auraient bien voulu connaître les Indiens d’Amérique… les aborigènes d’Australie et les Palestiniens.
Est-il également nécessaire de rappeler aux semeurs de HAINE, dont M. Bouteflika, qui comparent la présence de la France en Algérie à l’occupation nazie en France… qu’au départ des Allemands… des millions de Français n’ont pas désiré aller s’installer en Allemagne.
On peut d’ailleurs s’étonner, vu l’état dans lequel se trouve l’Algérie aujourd’hui, malgré l’argent de notre pétrole saharien… de voir ces messieurs oser se glorifier des résultats de leur révolution libératrice…
Ce n’est pas contre le “peuple algérien” que s’est battue l’Armée française, mais contre des terroristes sanguinaires qui commettaient les pires forfaits… les tortures les plus atroces… tuant à la hache… au couteau, hommes, femmes, enfants, vieillards… des gens qui n’avaient qu’un seul tort… vouloir rester dans la France… avec l’espoir d’un avenir commun meilleur qui, je le répète, se mettait en place à grands pas.
J’ai fait presque la totalité de la guerre d’Indochine… une grande partie de celle d’Algérie, avant d’être gravement blessé dans un combat au corps à corps. J’en ai par-dessus la tête de tous les mensonges, des affabulations de ces messieurs de la FNACA, Association créée et dirigée par des communistes, qui viennent pleurer régulièrement à la télévision, au sujet des horreurs que leurs chefs les auraient obligés à commettre. Tout cela est BIDON… scandaleusement BIDON.
Je peux donner ma parole de soldat et ma parole de chrétien, qu’en plus d’une décennie de combats… parfois très rudes (car la guerre n’est pas un long fleuve tranquille), je n’ai jamais vu… je dis bien jamais vu… un soldat français assassiner de sang-froid une femme ou un enfant. Jamais ! Je le jure devant Dieu !
J’ai vu des cadavres de femmes, et même d’enfants, tués souvent par des armes à tir courbe, mortier, artillerie, mais jamais, je dis bien “jamais”, un assassinat, un égorgement dû à un soldat français.
Comme le déclarait au Trocadéro mon ami Pierre Descaves, Pied-noir, soldat de l’Armée d’Afrique, ayant libéré la France…
• Quand donc les médias, au travers de la FNACA, cesseront-ils d’intoxiquer les Français, et surtout leurs enfants, au sujet du 19 mars 1962 ?
• Quand donc cesseront-ils de faire croire au monde entier que la guerre s’est terminée à cette date, que le sang a alors cessé de couler, que les armes ont été rangées, et qu’il n’y a plus eu, dès lors, de faits de guerre, d’assassinats, d’enlèvements ?
• Tout cela, pour ne pas parler de la tuerie par l’armée française, le 26 mars 1962, d’une foule désarmée, rue d’Isly à Alger (82 morts ; 200 blessés)… des citoyens français qui ne désiraient que… RESTER FRANÇAIS.
• Du génocide de la population d’Oran par le FLN avec la complicité passive de nos troupes… consignées dans leurs casernes… sur ordre de DeGaulle, et du boucher d’Oran, le général Katz, ce qui lui valut une étoile supplémentaire !
Il y eut des milliers de morts et des centaines d’enlèvements d’Européens… hommes, devenus esclaves dans des régions reculées, et jamais retrouvés… femmes séquestrées dans des “bordels clandestins”, et mortes dans la pire misère, physique et morale. La vérité éclata dans l’indifférence générale… quand Houari Boumediene déclara, en tant que président de la République algérienne, dans le journal “L’Eclair”, le 26 janvier 1971 : « À Paris, on semble oublier que nous détenons un très grand nombre d’otages français. Quand il le faudra, nous en communiquerons la liste à la presse, d’où une émotion considérable en France. Alors, pour obtenir la libération de ces otages, il faudra y mettre le prix. »
Cette déclaration ne fut jamais, ni reprise, ni exploitée par nos dirigeants. Personne ne s’inquiétera jamais, non plus, des quelques 300 soldats français prisonniers, qui ne furent jamais rendus (qui n’intéressent pas davantage la FNACA), alors que de sources sûres, il est connu que les plus jeunes, les plus beaux, tel ce jeune pilote de chasse, blond aux yeux bleus, qui se suicida après des semaines d’horreur, furent promenés de katiba en katiba… et servirent, jour et nuit, de passe-temps sexuel à leurs geôliers.
Il vaut mieux également oublier que tel un quelconque Kadhafi, DeGaulle fit donner les blindés contre la population civile de Bab-el-Oued… pendant que les avions de chasse de l’armée de l’air française mitraillaient les immeubles.
Oublié aussi, par tous ces gens toujours férus de symboles, le fait que c’est quelques heures seulement après le génocide d’Oran du 5 juillet 1962, que ce même DeGaulle, pour montrer sa détermination aux Pieds-noirs, prit la décision de faire fusiller le lieutenant Roger Degueldre, qui, fidèle à son engagement « La mort plutôt que le déshonneur ! », avait justifié son action de résistance par ces mots : « Mon serment, je l’ai fait sur le cercueil du Colonel Jeanpierre… “Plutôt mourir, mon Colonel, que de laisser l’Algérie aux mains du FLN, je vous le jure !” ».
Le lendemain, 6 juillet 1962, à l’aube, au fort d’Ivry, Degueldre se présenta devant le peloton d’exécution en tenue de parachutiste, un drapeau tricolore sur la poitrine, drapeau auquel il avait tout sacrifié depuis la Résistance, et qu’il avait choisi comme linceul.
Autour de son cou, il avait noué un foulard de la Légion. Dans la poche intérieure de sa vareuse, il y avait la photo d’un bébé, son fils qu’il n’avait jamais vu. Il avait conçu cet enfant dans la clandestinité. Le bébé était venu au monde alors que le père se trouvait dans sa cellule de condamné à mort.
L’exécution de ce héros authentique fut une boucherie sans nom… Un assassinat d’État, car Degueldre refusa qu’on lui banda les yeux. Il cria à son défenseur… « Dites bien que je suis mort pour la France.» Puis, regardant les soldats du peloton d’exécution, il leur cria… « Messieurs, vive la France », et il entonna La Marseillaise.
Les jeunes soldats qui devaient l’exécuter, tétanisés par son courage, hésitèrent à tirer… puis le firent en tremblant… La première salve le blessa seulement : une seule balle l’atteignit sur les douze qui furent tirées… au ventre dirent certains… au bras affirmèrent d’autres. Quoi qu’il en soit, le fait est certain… Degueldre ne fut pas atteint de manière décisive.
L’adjudant chargé de donner le coup de grâce se précipita, l’arme à la main, pour accomplir sa sinistre besogne et se rendit compte que le condamné était toujours en vie. Sa tâche ne consistait désormais plus à achever un quasi-mort censé avoir reçu douze bouts de métal… mais bel et bien de tuer un vivant. Et ce sont-là deux choses bien différentes… Il en eut si terriblement conscience, que sa main pourtant préparée à cette macabre mission trembla, et qu’il déchargea son révolver dans le vide. Un autre pistolet fut amené et… s’enraya. Exaspéré par cette situation (unique dans nos annales judiciaires), le procureur ordonna qu’une nouvelle arme soit fournie. Mais personne parmi les militaires présents n’en possédait.
Il fallait courir en chercher une. Et pendant ce temps, Degueldre était toujours vivant… et regardait l’assistance.
On remit un autre pistolet à l’adjudant qui, blanc comme un linge, écœuré par cette boucherie, devait en finir… puisque tels étaient les ordres et que le défenseur du condamné, qui seul avait qualité pour tenter quelque chose, se taisait.
Un nouveau coup de feu claqua. Stupeur ! Celui-ci fut tiré, non pas au-dessus de l’oreille comme l’exige le règlement, mais dans l’omoplate. Une douleur atroce irradia le corps de l’officier français… Puis une nouvelle détonation retentit… et ce fut la fin.
Devant les pleurnicheries des anciens de la FNACA, il faut bien savoir que, de 1954 à 1962, nos troupes ont eu 17 456 tués, dont 5 966 par accidents de la route… Sur le total, il y a 6 059 appelés. Pour la seule année 1962, les services compétents de la gendarmerie donnent pour la France métropolitaine, le chiffre de 10 125 tués sur les routes.
Il faudra attendre 1980, pour lire dans L’Express (tout arrive) la réponse suivante de Si Azzedine, chef FLN, à la question « L’armée française savait-elle s’adapter à votre combat ? » : « Le contingent qui se trouvait en Algérie malgré lui, n’était pas motivé (sic). Restaient les professionnels : les parachutistes et la Légion. Que l’on ne s’y trompe pas. Celui qui prétend que l’Armée française se battait mal, est un con. Franchement. »
Rappelons, quand même, que la plus grande partie des hommes des régiments paras, sauf Légion, étaient des hommes du contingent, des appelés ! Rappelons aussi que, parmi les régiments révoltés pour garder l’Algérie et le Sahara à la France, plus de la moitié était composée d’appelés.
Alors, pourquoi DeGaulle a-t-il bradé l’Algérie et a-t-il fait cadeau du Sahara aux nouveaux dirigeants algériens, qui ne sont en place que grâce à lui et à lui seul ? Même aujourd’hui, personne ne veut répondre avec précision à cette question, hormis quelques très rares individus mêlés de très près à cette triste histoire, qui en gardent le secret, et dont plusieurs sont déjà morts… dont un de mort violente ! Comme beaucoup d’écrivains, de journalistes, d’historiens, de soldats, j’ai cherché et je crois avoir trouvé quelques éléments très sérieux qui me permettent de jeter enfin une relative lumière sur les menées gaulliennes.
Dès 1959, le “Général” prenait régulièrement des nouvelles de Ben Bella, emprisonné avec ses “collègues” piégés dans l’avion qui les menait du Maroc au Caire, et dont la détention ne cessait de s’améliorer, véritable vie de château… à tel point que certains hommes des services de garde auraient beaucoup de choses à écrire, anecdotes croustillantes, même encore aujourd’hui. Bref, le seul qui intéressait le Général était donc le sieur Ben Bella.
Il est vrai que ce dernier avait fait une belle guerre en Italie, et il s’est trouvé que c’est DeGaulle lui-même qui, décorant des soldats méritants, lui a remis la médaille militaire “au feu”. Ce qui représente une décoration exemplaire. Mais on connaît le cheminement par la suite du chef rebelle, qui ambitionnait alors de devenir garde champêtre dans son village. Poste qui lui fut refusé !
Pourtant, il est certain qu’à l’insu des autres détenus et des dirigeants du FLN, en liberté à l’étranger et menant grande vie dans les palaces, des envoyés de DeGaulle ont tout fait pour avoir avec Ben Bella des contacts plus sérieux qu’avec tout autre représentant du GPRA.
Ben Bella est donc au pouvoir sur le plan politique, dès 1964. Il prépare la tenue à Alger d’un grand sommet afro-asiatique, sous l’égide des “non-alignés”.
Les services élyséens, sur ordre de DeGaulle et par des canaux détournés, avec d’énormes fonds secrets, financent la remise en état ou la construction de villas d’apparat, aptes à recevoir tous les “damnés de la terre”.
La conférence doit être un succès. Ben Bella y tient énormément. C’est l’entrée officielle de l’Algérie nouvelle dans le monde.
L’éclat de cette réunion doit être celui d’un second Bandung ! Deux mille “leaders” sont attendus. Tout se passera au Club des Pins, à 20 km d’Alger. Le Palais des Congrès est presque achevé. Mais, le 19 juin 1965, quelques jours à peine avant l’arrivée des premières délégations, Ben Bella, premier président officiel de la République algérienne, est arrêté.
Ce sont les hommes de la sécurité militaire algérienne, véritable gestapo aux ordres de Boumediene qui, sans effusion de sang, viennent de réussir un coup d’État. Embarqué dans une voiture comme un paquet de linge sale, le président est jeté dans un cul-de-basse-fosse. Pendant des années, il ne verra plus personne, hormis ses geôliers, jamais les mêmes, car tous les deux ou trois mois, en grand secret, il sera changé de cachot.
Il est le prisonnier personnel de son ex-chef d’état-major qui, sans coup férir, a pris sa place, sans qu’aucune nation au monde… JAMAIS… ne pose de questions ! Comment cela a-t-il pu se passer ? Et pourquoi ? La réponse est, elle aussi, difficile à trouver ? J’ai cherché longtemps et sérieusement, et je crois avoir trouvé la vérité ! Dans la foulée de la fin de la guerre d’Algérie, DeGaulle, qui semblait désireux de former avec nos anciennes colonies d’Afrique un ensemble, qu’il baptisa d’ailleurs “Communauté”, un Commonwealth à la française, changea soudain d’avis… Des drapeaux avaient pourtant été remis solennellement, lors du 14 juillet précédent, à tous les pays de l’Empire... Une assemblée de la Communauté était installée à Versailles, mais tout se liquéfia du jour au lendemain.
C’est que DeGaulle avait entrevu un grand projet pour sa personne, et que, pour le réaliser, il comptait se servir de Ben Bella. Ce projet était que l’homme qui avait accordé l’indépendance à l’Algérie, qui avait “décolonisé” l’Empire français, donné le Sahara à des gens à qui il ne devait pas revenir, et l’indépendance à des pays d’Afrique noire qui ne la demandaient pas si rapidement, devait pouvoir prendre, avec l’appui de l’opinion progressiste mondiale, une “dimension” nouvelle et à l’échelle de la gloire à laquelle il pensait avoir droit.
Le général ne voulait pas avoir travaillé pour rien. Il rêvait de coiffer la couronne d’imperator qui lui aurait permis, croyait-il, de se hisser au niveau des deux “Grands”, et devenir ainsi le leader du tiers monde… la Troisième Force !
Tout était prêt, minuté. De la tribune de la conférence, Ben Bella, l’hôte chez qui tout le monde était reçu aux frais du contribuable français, devait lancer un appel à DeGaulle, le “décolonisateur”, pour qu’il vienne présider la fin de la conférence… Appel auquel, bien sûr, le général se serait empressé de répondre.
Mais ce beau et véridique scénario n’arrangeait pas tout le monde, et surtout pas les deux superpuissances. C’est alors que les services secrets américains et soviétiques se mirent d’accord pour faire évincer Ben Bella par Boumediene. Ce qui fut fait… on l’a vu… très rapidement, et très facilement !
On pourrait croire que l’un des deux Grands fut lésé dans cette histoire ? Absolument pas. Les Soviétiques mettaient en place un homme beaucoup plus engagé à leurs côtés que Ben Bella, et les États-Unis faisaient plaisir à leurs pétroliers, dont le seul désir était que les Français retombent sous la dépendance des sociétés pétrolières multinationales, dont ils sont les patrons.
DeGaulle qui avait déjà reçu Ben Bella clandestinement au château de Champs, devait le revoir en juillet 1965, pour que soient finalisés les fameux Accords d’Évian, très très flous… et véritablement signés par personne de réellement représentatif. Il devait également rediscuter les accords sur le pétrole saharien. Ben Bella, en fait, était pour DeGaulle la caution algérienne manquante des Accords d’Évian.
Dans les années qui suivirent l’emprisonnement de Ben Bella, Boumediene, comme prévu, “muscla” son régime et sabota sciemment les pseudos accords. Les biens français, abandonnés lors de l’exode tragique des Pieds-noirs, de “biens vacants” sous Ben Bella, devinrent des “biens d’État” sous son régime.
Sans préavis, dès 1968, quatorze des sociétés françaises de distribution du pétrole saharien, notre pétrole, sont nationalisées… Puis, de mois en mois, les meilleures entreprises françaises, les plus modernes, les plus rentables, toutes prétendument garanties par ces fameux Accords… sont à leur tour nationalisées, sans que Paris ne dise rien… sans que la moindre mesure de rétorsion ne soit prise contre les biens algériens en France qui sont, dans le domaine hôtelier, entre autre, très importants. Le 24 février 1971, le pétrole saharien est nationalisé. Nous n’intervenons pas plus.
Boumediene pourtant, cela est prouvé, pense que la France, cette fois-ci, va prendre le mors aux dents. Il pense que le gouvernement de Paris va expulser le trop-plein de travailleurs algériens. Des mesures sont même prises par toutes les willayas pour accueillir les refoulés. Rien ! De grands rires sonores s’élèvent dans le ciel algérien !
Aux “Jeux Olympiques de la connerie, nous sommes disqualifiés pour professionnalisme !”
Boumediene a osé ! Il a réussi ! Il a en main l’outil avec lequel il pourra jouer sur la scène internationale. C’est à lui que l’on doit la “guerre du pétrole” ; c’est lui qui, le premier, en tant que chef d’État, a proposé que cette arme nouvelle soit employée contre l’Occident pour lui faire abandonner Israël.
À ceux qui pouvaient l’approcher, lui, l’homme triste, montrait un visage souriant quand il parlait de cette aventure et du bon tour joué aux “impérialistes” français et autres.
À deux journalistes qui écrivaient un livre sur lui (Un Algérien nommé Boumediene – Chez Stock), il dira : « DeGaulle ne nous aimait pas, mais il avait une vision ample de l’avenir. Il a essayé de jouer la carte de la coopération car il savait qu’une coopération exemplaire avec l’Algérie serait sa carte de visite dans le tiers-monde…  Pour DeGaulle…  Ben Bella était un gaulliste. »
Voilà ! Le général est mort. Il n’a pas été le leader du tiers-monde. La France a perdu son pétrole et le Sahara. Mais, bonne nouvelle, M. Ben Bella, à sa sortie de prison, où l’avaient mis ses “frères”, pendant quinze ans, déclara à la presse française qu’il n’en voulait pas à la France. Nous avons vraiment de la chance ! En définitive donc, DeGaulle n’a rien réglé. À leur procès, de très nombreux partisans de l’Algérie française, debout… ont refusé de se taire… Ils ont dit les raisons de leur combat et prévenu les Français en s’adressant à ceux qui les jugeaient et les mettaient en prison, alors que les tueurs du FLN étaient libérés comme le prescrivaient les Accords d’Évian… « Vous ne voulez pas l’Algérie française ? Vous aurez la France algérienne ! »
Le grand drame qui couve en France, prouve que nous avions raison !
L’Algérie que nous avons laissée en état de marche, riche et prospère, est retournée à la misère, aux tueries, à la torture institutionnalisée, à la gabegie et au pillage économique, de la part de ses dirigeants. Tout cela, parce qu’un homme en a décidé ainsi, et a cru bon de se servir d’un grave problème national pour revenir au pouvoir en sauveur, et faire prétendument une politique de grandeur. En fait, une politique pour sa grandeur !
Aujourd’hui, la France est envahie… Des quartiers entiers de nos villes sont des enclaves étrangères. Chaque jour, notre patrie est insultée, bafouée. Le communautarisme mine la nation et tue toute fierté nationale. La nouvelle mode veut que l’armée française d’Algérie soit journellement insultée, salie, accusée de tous les maux… et ce, cinquante ans après les évènements.
Nous payons, et cela n’est pas fini, le fait de laisser dire par des “traîtres” et des “collabos” que nous avons perdu la guerre d’Algérie, à la grande joie des “jeunes” qui nous méprisent et méprisent la France, parce que nous n’avons jamais su nous faire respecter.
Quand, grièvement blessé dans un combat au corps à corps dans le Constantinois, je suis resté civil en Algérie… je me suis installé à Tébessa.
J’ai monté une troupe scoute de 150 jeunes, comprenant 90 % de petits musulmans, 5 % de petits juifs, et 5 % de petits catholiques… plus une Maison des jeunes… « Les Jeunesses françaises de Tébessa », basée sur les trois religions, au prorata de la population.
Je n’ai jamais eu aucun problème, car j’ai toujours respecté ces gosses, et je me suis efforcé d’être respectable.
Lorsque les choses ont commencé à mal tourner, que sentant venir la grande trahison gaulliste, mes cadres et les plus grands, des scouts et de la Maison des jeunes, m’ont aidé. Quand j’ai pris le maquis, la plus grande partie d’entre eux m’ont demandé à partir avec moi, chose que je n’ai acceptée que pour les trois plus âgés d’entre eux… qui se trouvaient être musulmans.
Dès le jour de mon départ, de leur propre initiative… ceux qui sont restés ont gardé ma femme et ma fille… dormant devant leur porte.
Cela est la vérité… C’était cela aussi l’Algérie française.
Les “jeunes” d’alors n’avaient rien à voir avec la racaille d’aujourd’hui, dévoyée par des salauds qui leur racontent des bobards… que nous payons très cher.
Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français
77, rue Pigalle - 75009 Paris
Oui, l’armée française a gagné la guerre ! DeGaulle, lui et lui seul, a bradé l’Algérie pour un rêve de grandeur strictement personnel.
C’est pourquoi, le Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français, vous demande de vous battre pour la vérité… Il n’y a eu aucun “accord” le 19 mars 1962, contrairement aux affirmations mensongères du pouvoir et de ses sicaires.
Au terme des discussions d’Évian, deux documents ont été rédigés… le 18 mars 1962… LE 18 ET PAS LE 19 !
A – Un projet de “cessez-le-feu” pour le lendemain, 19 mars 1962
B – Un document intitulé « Déclaration des deux délégations ».
Quelles étaient ces deux délégations ?
• La délégation officielle de la France était composée de Louis JOXE, chef de la délégation ; de Robert Buron, et Jean de Broglie.
• La délégation du FLN avait également trois représentants, dont le chef de délégation Krim Belkacem ; le GPRA « Gouvernement Provisoire de la République algérienne » n’était pas représenté, même si Krim Belkacem en était le vice-président.
Qui a signé les deux documents ?
• Les trois délégués français.
• Un seul des trois délégués du FLN : Krim Belkacem.
En fait, ni le FLN, ni le GPRA n’ont voulu reconnaître ces deux documents, considérés par eux comme “néocolonialistes”.
En résumé, ce n’est pas un traité entre deux États, car il n’y a pas le 18 mars 1962 d’État algérien.
Ce n’est pas un accord, car une seule des deux parties en présence a accepté la signature des deux documents.
Face à cette réalité, le gouvernement gaulliste a dû se référer, non pas à la « Déclaration des deux délégations », mais à une “déclaration gouvernementale” imaginaire du 19 mars 1962. Le désir forcené de capitulation est amplement démontré par cette confusion dans l’analyse objective des faits et documents officiels.
Dans son livre de mémoire, Robert Buron écrira d’ailleurs… « qu’il n’y eut pas de sténos pendant toute la durée des pourparlers, et que cela posa d’énormes problèmes pour rédiger le compte-rendu… »
Nos trois représentants se rabattirent donc sur leurs notes personnelles, de leur propre aveu… incomplètes.
Quoi que prétendent la FNACA et tous les traîtres qui appuient ses dires, il n’y a donc pas eu de “cessez-le-feu” réel, le 19 mars 1962. Ils véhiculent en permanence ce mensonge, et font édifier dans les communes de notre chère France des édifices mémoriels à la gloire de cette journée, et font baptiser des voies ou des places publiques de cette date purement symbolique, seulement défendue par les adorateurs de “la quille”, car la triste et dure réalité est ailleurs.
Le feu n’a cessé, ni pour l’armée française, ni pour le FLN… Les généraux aux ordres de DeGaulle, débarrassés des unités d’élite… ont simplement retourné les armes de la France contre ses propres concitoyens.
Puis, le FLN se livra à des massacres sans nom envers nos soldats musulmans et leurs familles, que DeGaulle refusait d’embarquer. Parmi eux, de nombreux vétérans de l’Armée d’Afrique, qui combattirent en Italie… en France… en Allemagne… en Indochine. Ceux-là furent même pour certains, obligés d’avaler leurs médailles gagnées au champ d’honneur.
Tous, femmes, enfants, vieillards, furent exterminés dans des conditions atroces de sauvagerie… Dépeçage des chairs à la tenaille avant égorgement. Certains furent ébouillantés, d’autres enterrés vivants, la tête seule dépassant du sol, permettant les coups, les crachats et autres saloperies… Tous furent atrocement mutilés avant d’être égorgés.
Mais, si M. Bouteflika joue encore aujourd’hui contre la France, et ressasse sans cesse des histoires vieilles de cinquante ans… c’est surtout pour faire oublier aux Algériens le désastre advenu avec l’indépendance et les dix années atroces de guerre civile que le pays a connu… Dix années qui, quoi qu’en dise ce monsieur et ses affidés du FLN, ont plus marqué l’Algérie que la guerre française contre le FLN, car répétons-le,  il y avait plus de musulmans dans nos rangs que dans ceux du FLN, et ce n’est que face à la terreur et à la trahison de DeGaulle qu’une partie de la population… bascula… et, par la suite, une grande partie du pays… par peur des représailles, et pour, simplement, survivre !
Ces dix années de tuerie, uniquement entre Algériens, ont fait de façon OFFICIELLE entre 200 000 et 300 000 morts (je dis bien, entre deux cent mille et trois cent mille)… ce sont les chiffres du gouvernement d’Alger.
Les prisons étaient pleines comme elles ne le furent jamais, même au moment de la bataille d’Alger, et des centaines de villages virent leurs populations éradiquées. Mais, à ces tueurs là, M. Bouteflika a pardonné, aux grand dam des familles des victimes.
C’est pour cela, et pour cela seulement, que le pouvoir algérien, véritable dictature militaire depuis cinquante ans, préfère ne parler que des évènements qui se passèrent du temps de la France.
Avant cela… il faut aussi que les dirigeants du FLN, qui ont confisqué le pouvoir, effacent toutes les choses horribles qui ce sont passées au moment de l’indépendance… où tout le monde s’est servi… villas… immeubles… fermes… magasins… au milieu de luttes fratricides où les rescapés des combats de l’intérieur, peu nombreux, se battirent entre eux, et qu’il fallut l’arrivée des troupes des frontières… c’est-à-dire celles qui cantonnaient à l’extérieur, en Tunisie et au Maroc, et qui ne s’étaient jamais battues contre l’armée française, pour remettre de l’ordre… en tirant dans le tas ! C’est l’époque déjà très “démocratique”, où le premier président officiel de l’Algérie indépendante, M. Ben Keda, fut chassé du pouvoir, par Boumediene, planqué durant toute la guerre, mais… chef des armées de l’Extérieur qui fit un clash… au profit de Ben Bella.
Ce fut dès lors, et cela continue, le pillage organisé et l’oubli très rapide que le référendum, prétendument gagné par DeGaulle, parlait lui… « d’une Algérie indépendante… coopérant avec la France ».
Jamais la France n’a élevé la voix… Jamais, nous n’avons rien exigé, et nos ambassadeurs n’ont su, sur place, que se lamenter, tel M. Hubert Colin de Verdière… en poste de 2002 à 2006, qui n’a su que se repentir et parcourir le pays pour s’excuser au nom de la France.
Depuis cinquante ans, c’est la gabegie, le pillage, le copinage, et tous les trafics… pour tout… pour rien !
Le pays exportateur agricole du temps de la France, importe tout… y compris du blé dur… dont il regorgeait avant. La manne pétrolière permet… de servir les amis de la part de ceux qui ont le pouvoir de se servir… et qui ne s’en privent pas.
Tout n’est que combines… dessous de table… avec un peuple entier, très jeune, désespéré au milieu d’une crise économique… sociale, et même culturelle.
Cela n’empêche pas les laudateurs du général de lui tresser, encore aujourd’hui, des couronnes de laurier… car il est… l’homme qui a réglé le problème algérien.
Le général de brigade à titre temporaire, n’a rien réglé du tout et, en bradant en plus le Sahara, il a permis aux fous de Dieu et aux terroristes de tout poil, d’en faire le terrain de tous les trafics… de tous les malheurs à venir pour les pays riverains.
L’Association des Anciens officiers méharistes, qui a tout fait pour défendre les peuples du désert, demanda à DeGaulle… dans la mesure où nous partions… de tailler un territoire pour toutes les tribus qui nous avaient fait confiance, déclarant… « Ces gens croient en la parole de la France, et n’ont rien à voir avec les États qui les entourent… qui sont taillés de bric et de broc… Donnons-leur la part de désert qui leur revient de droit. » Le “grand homme” balaya ce vœu pieux d’un revers de main ! Là aussi, on connait la suite... Les hommes de main du “guide” qui n’avaient aucun scrupule, savaient exactement ce qu’ils faisaient, car leur “patron” leur fournissait tout ce qui était nécessaire pour qu’ils mènent à bien le grand bradage… ordres en bonne et due forme, moyens financiers énormes, justifications politiques apparemment légales… au nom de la défense des valeurs de la République… alors même que tous ses ordres aboutissaient à trahir… la constitution… toutes les lois de la République et sacralisaient le parjure.
L’assassinat du lieutenant Degueldre était un message envoyé aux officiers fidèles à leur serment.
Le massacre de la rue d’Isly s’adressait aux Pieds-noirs… leur signifiant qu’il ne reculerait devant rien pour mettre en place ce qu’il avait préconisé… une Algérie indépendante… et rien d’autre.
Mais tous ces drames n’expliquent pas pourquoi des centaines de milliers d’appelés qui se sont conduits correctement… et ont fait leur devoir de citoyens… permettent à des “salauds” de raconter leur guerre telle qu’elle n’a pas été ?
J’ai connu des centaines, des milliers de soldats du contingent qui avaient compris contre qui et pourquoi ils se battaient ! Où sont-ils donc passés ?
Faut-il donc que les mensonges continuent ?
Faut-il laisser dire que nous avons perdu cette guerre ? Que nous n’avons fait… que piller ce pays ?... Que nous sommes responsables de tout… Que la colonisation s’était réellement le COLONIALISME… tel qu’il est dépeint aujourd’hui ?
Allons-nous laisser croire à tous ces menteurs, que la repentance est en vue ? Que nous allons payer pour nous faire pardonner ? Qu’il ne faut pas fermer nos frontières et accepter tout les paumés de la planète… malheureux à cause de nous, du seul fait que nous les aurions malmenés, traumatisés, pillés, humiliés ?
En voilà assez, mes amis ! Il faut que ce cirque haineux cesse ! C’est pourquoi, comme devoir de vacances… je vous demande de réfléchir, pour… à la rentrée… rejoindre le Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français (77, rue Pigalle – 75009 Paris – correspondance uniquement), en nous aidant, et donc en vous aidant vous-mêmes… pour la France… pour vous… mais surtout pour vos enfants !

Roger Holeindre
Président du Cercle National des Combattants
Membre du Comité directeur du Mémorial de l’Honneur Français


Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français

Manifestation en l'honneur de l'Armée française

Contre la repentance et le mensonge, près d'un millier de parisiens entre l'Etoile et le Trocadéro...

Hommage à Roger Degueldre : "Pour un Delta, le maquis est son foyer…"

samedi 15 septembre 2012

Bicentenaire de 1812: une exposition sur la bataille de Borodino s'ouvre à Paris


Bicentenaire de 1812: une exposition sur la bataille de Borodino s'ouvre à Paris

RIA NovostiGuerre patriotique de 1812: reconstitution de la bataille de BorodinoGuerre patriotique de 1812: reconstitution de la bataille de Borodino
13:14 27/08/2012 Une reconstitution de la bataille de Borodino, consacrée au 200e anniversaire de la bataille entre les troupes russes et napoléoniennes, s'est déroulée à Krasnoe Selo, aux environs de Saint-Pétersbourg. Un diaporama présenté par le portail RIA Novosti à Saint-Pétersbourg.>>


Une exposition consacrée à la bataille de Borodino (bataille de la Moskova) de 1812 s'est ouverte ce vendredi 14 septmbre dans la résidence de l'ambassadeur russe Alexandre Orlov à Paris à l'occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la guerre contre Napoléon.

L'exposition, qui sera ouverte jusqu'au 23 septembre, présente des tableaux, miniatures, documents, uniformes et d'autres pièces prêtées par les Archives d'Etat russes, le Musée d'histoire de la ville de Moscou, le Musée des cosaques, ainsi que les descendants d'officiers français ayant participé à la campagne de Moscou.

Les deux premiers jours de l'exposition coïncident avec les Journées européennes du patrimoine, les visiteurs pourront donc y accéder gratuitement les 14 et 15 septembre.

"Nous avons apporté la collection des Cheremetev-Semenov consacrée à la guerre de 1812. Il s'agit des descendants de Pavel Cheremetev qui a participé à la guerre. Ces pièces se sont conservées par miracle dans le couvent Novodevitchi de Moscou pendant la révolution de 1917 et la guerre de 1941-1945", a annoncé Galina Vedernikova, directrice du Musée de la ville de Moscou.

Cette manifestation culturelle permet de voir des pièces qui n'ont jamais été exposées, selon Cyrille Boulay, commissaire général de cette manifestation culturelle. Selon lui, il s'agit d'une manifestation intéressante mais aussi triste, puisqu'elle rappelle les événements dramatiques et les pertes françaises et russes.


L'Europe unie de l'empereur russe Alexandre I

Guerre de 1812: s'unir autour des idéaux de la victoire (patriarche Cyrille)

Bicentenaire de 1812: Poutine appelle à l'unité de la Russie

Les batailles idéologiques de 1812 : les méthodes napoléoniennes


Une semaine d'images au Royaume de Thaïlande…


vendredi 14 septembre 2012

Benghazi : Trahison et ingratitude des islamistes et du Qatar envers les États-Unis… en riposte à la provocation d'un Israëlo-américain…

L'ambassadeur des États-Unis en Libye tué à Benghazi : quatre Américains, dont l'ambassadeur, ont été tués dans l'attaque du consulat des États-Unis à Benghazi, en Libye en riposte à la provocation du film d'un Israëlo-américain diffusé sur Internet …
Le malheureux Christopher Stevens en déplacement à Benghazi victime de l'ingratitude de ses amis islamistes soutenus par le Qatar



L'Afrique Réelle : "Derrière l’assassinat de l’ambassadeur américain à Benghazi"

Acteur plus qu’actif du renversement de Mouammar Kadhafi, Christopher Stevens, en déplacement à Benghazi, a été pris au piège dans les locaux du consulat de son pays. Au-delà de ce meurtre et de son prétexte pseudo religieux, quelle analyse pouvons-nous faire de la situation en Libye ?

C. Stevens lève un pouce victorieux sur le corps torturé de Kadhafi…
Il y a exactement 320 jours… Proverbe libyen du jour :
Qui n'a encore traversé l'oued ne doit se moquer de celui qui se noie.
Jusqu’à aujourd’hui, et à en croire les médias, la Libye était sur la voie de la normalisation : l’économie redémarrait avec la reprise des exportations de pétrole et de gaz et des institutions démocratiques se mettaient en place à la suite des élections législatives du 7 juillet 2012. Aveugles et sourds, les observateurs bêlèrent de bonheur quand ces dernières virent la défaite des fondamentalistes et la victoire de l’ Alliance des forces nationales (AFN) vite baptisée « libérale ». Or, comme il fallait s’y attendre, ce calendrier démocratique très « européocentré » n’a évidemment pas permis de remettre le pays sur ses pieds et cela pour une simple raison qui est que la Libye n’existe plus.

Le colonel Kadhafi avait réussi, au prix d’une dictature sévère, à imposer la stabilité intérieure dans un pays aujourd’hui menacé d’une fragmentation régionale (Tripolitaine-Cyrénaïque-Fezzan) doublée de fractures interrégionales et religieuses.

En Tripolitaine deux grandes coalitions régionales s’opposent :

1) À l’Ouest, l’AFN de Mahmoud Jibril a pour cœur la fraction tripolitaine des Warfalla, sa tribu qui, à elle seule, totalise 30% de la population. Ses alliés et partenaires se recrutent à Zenten [1] et parmi les tribus de l’ouest, dont les Berbères du jebel Néfusa et de Gahryan.

2) À l’Est, la coalition islamo-Misrata est quant à elle puissamment soutenue par le Qatar. Le port de Misrata est aujourd’hui aux mains de ces milices gangsgtéro-fondamentalistes qui lynchèrent le colonel Kadhafi, tranchèrent les mains de son fils cadet avant de lui crever les yeux et de l’égorger. Ce furent ces « combattants de la liberté », ces « démocrates » chers à BHL, que le président Sarkozy ordonna aux commandos français de sauver quand les forces du colonel Kadhafi étaient sur le point de prendre la ville… Joli coup !

En Cyrénaïque, où le 6 mars 2012, Ahmed Zubaïr al-Senoussi a été élu émir par les chefs des tribus, deux grandes forces s’opposent, les fédéralistes et les islamistes.

L’irrédentisme de la Cyrénaïque est une donnée historique. Dans les années 1945-1950, quand l’ONU força la Grande-Bretagne, l’Italie et la France à accélérer le processus d’indépendance de la Libye, les tribus de Cyrénaïque, réticentes à l’idée de la création d’un Etat libyen, n’acceptèrent l’union qu’à deux conditions :

1) Que le chef de la confrérie sénoussiste, Idriss en devienne le chef. Il régna sous le nom d’Idriss I° de 1951 à 1969.
2) Qu’une large autonomie soit reconnue à la Cyrénaïque.

En 1969, dès sa prise de pouvoir, Mouammar Kadhafi abolit la monarchie et imposa la domination de la Tripolitaine, ce que la Cyrénaïque n’accepta jamais. C’est pourquoi la guerre civile qui allait le renverser y commença.

Les islamistes qui ont soutenu la rébellion de la Cyrénaïque veulent maintenant « coiffer » les fédéralistes, mais ils ont en face d’eux d’autres musulmans. Un féroce combat oppose en effet les fondamentalistes qui n’ont pas de tradition locale aux membres des confréries soufies dont le poids régional est important. Le fief des islamistes radicaux est Derna où ils ont constitué un Emirat. Depuis plusieurs semaines, ils tentent de prendre le contrôle de Benghazi. L’attaque contre le consulat américain fait partie de leur stratégie.

Qui va l’emporter ? Il est impossible de le dire. Actuellement les fondamentalistes de Cyrénaïque cherchent à s’appuyer sur les milices de Misrata lesquelles recherchent leur soutien contre celles de l’Ouest. Furieux de la défaite de ses protégés à Tripoli, le Qatar semble particulièrement actif dans cette opération.

La question qui se pose désormais est de savoir si la Libye peut survivre comme Etat. Peu à peu y apparaît en effet une situation de guerres régionales, tribales, claniques, religieuses ; comme en Somalie. Elles pourraient être suivies d’un éclatement territorial, le pays étant alors découpé en « touches de piano » avec un port dans le prolongement des gisements d’hydrocarbures de l’intérieur. Désormais, l’alternative est simple : soit les nouvelles autorités mettent un terme au chaos - mais comment ? - et reconstruisent l’Etat sous une forme ou sous une autre, soit la Libye demeure ingouvernable. Dans ce cas, les islamistes pourraient alors jouer une carte maîtresse, celle du modèle religieux transcendant les divisions afin de les coaguler dans un tout commun, l’Oumma.

Ceux qui ont permis ce désastre avec ses prolongements dans toute la bande sahélienne (voir les numéros de l’Afrique Réelle consacrés à cette question), sont ceux qui ont décidé de s’immiscer dans la guerre civile libyenne, au premier rang desquels l’ancien président de la République française. Quant au malheureux ambassadeur américain, le moins que l’on puisse dire est que ses anciens protégés se sont montrés bien ingrats envers lui…



Telefe Noticias : "Bengasi : Matan al embajador de EEUU en Libia en atentado"

RIA Novosti : "Libye - Mort tragique de l'ambassadeur US : Lavrov présente ses condoléances"

RIA Novosti - Fedor Loukianov : "Comment le printemps arabe a embrouillé la géopolitique de l’après 11-Septembre"

Les Intransigeants : "Violences en Orient : l’Innocence des Chrétiens"

jeudi 13 septembre 2012

Avec "Les Intransigeants" et les catholiques de France fêtons le Nouvel An judaïque…


Initiative des "évêques" de France pour le Nouvel An judaïque

L'enracinement de la foi chrétienne dans l'élection du peuple juif

ROME, vendredi 7 septembre 2012 (ZENIT.org) – À l'occasion du « Nouvel An juif - Roch Hachana 5773 » (17-18 septembre), le dimanche 23 septembre 2012 est choisi par l'Église de France pour « sensibiliser l'assemblée dominicale à l'enracinement de la foi chrétienne dans l'élection du peuple juif et à l'importance des liens personnels de connaissance et d'estime mutuelles ».

Cette initiative est organisée conjointement par le Service national des évêques de France pour les Relations avec le Judaïsme et la Commission Chrétiens et Juifs de la Fédération Protestante de France. Initialement proposée dans l'Île-de-France, elle s'étend maintenant à bon nombre de régions de France.

« La carte de vœux est un moyen simple et très apprécié par nos amis juifs. Chaque chrétien est invité à envoyer aux personnes juives qu'il connaît une carte de vœux afin de lui exprimer son amitié ou sa sympathie », explique le site du diocèse de Paris.

Et de préciser : « Les communautés chrétiennes peuvent envoyer une affiche à la communauté juive (synagogue, centre communautaire, école) de son quartier avec laquelle elle tisse déjà des liens ou bien en vue simplement de manifester notre sympathie à l'égard de ceux que Jean-Paul II appelait nos frères aînés ».

Pour 2012 (année juive 5773), les dates des quatre « fêtes juives d'automne » sont : 
 Roch Hachanah (Jour de l'An) : 17-18 septembre 2012 
 Yom Kippour (Grand pardon) : 26 septembre 2012 
 Soukkot (Fête des Cabanes/Tentes) : du 1er au 7 octobre 2012 
 Simhat Torah (Joie de la Torah) : 9 octobre 2012 .
*    *
*

"Les Intransigeants" s'insurgent contre le relativisme religieux et la soumission à la pieuvre sioniste internationale que proposent ces « apostats modernistes ». La soumission à tout ce qui rejette Dieu et à tout ce qui le Crucifie, tout cela justifié par l’ « ouverture humaniste »

Aussi, pas de soucis… "Les Intransigeants" font également leurs petites cartes … Voici ce que "Les Intransigeants" proposent à leurs lecteurs : des autocollants à fabriquer chez soi… À coller à des endroits adéquats…

Cliquez pour obtenir le lien de téléchargement de l'autocollant sur le site "Les Intransigeants"

Cliquez pour obtenir le lien de téléchargement de l'autocollant sur le site "Les Intransigeants"