Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 25 août 2012

Fêtons la Saint-Louis… Ferdinand Céline

[Article à reconstruire : la vidéo initialement mise en ligne ayant été retirée de Youtube]





1 et 2 - Louis Ferdinand Céline - Entretien 1 et 2 - Louis Ferdinand Céline est reçu par Pierre Dumayet pour son livre "D'un château l'autre". Il s'étonne tout d'abord de l'avalanche de catastrophes qui lui sont tombées dessus après la parution de son livre "Voyage au bout de la nuit". Il se défend d'avoir voulu la notoriété par l'écriture, il s'attendait seulement à avoir un peu plus d'argent pour s'acheter un appartement et pratiquer la médecine. Il se dit contre la violence. Ses livres sont faits pour lutter contre la violence et la guerre. Ils avertissent du précipice dans lequel le monde va tomber.Il évoque ensuite son enfance passage Choiseul, puis raconte son père, esthète, sa mère dentellière. Dans son dernier livre "D'un château l'autre", Céline distingue les endroits nobles comme les prisons, des endroits vulgaires comme la Foire du Trône. Tout le monde est concerné par les châteaux, celui de Pétain est l'affaire de tous. Céline termine par un mépris total des fonctions humaines, vulgaires comme manger, boire ("Lectures pour tous", 17.07.1957).

3 et 4 - Louis-Ferdinand Céline interview 1959 1 et 2 - Louis-Ferdinand Céline chez lui, accepte une entrevue à but publicitaire pour obtenir des avances de Gallimard.






5 - Louis-Ferdinand Céline - Entretien avec Albert Zbinden à Meudon, le 8 Juillet 1957. Il y parle de sa vie, de l'antisémitisme, de l'Allemagne, de sa fuite suite au risque d'être assassiné etc… Toujours plus intéressant de laisser parler l'intéressé sur ces thèmes délicats, pour se faire une idée réelle du personnage, au demeurant, écrivain superbe




6 - Louis Ferdinand Céline par Laudelout - Entretien avec Marc Laudelout - Les trois pamphlets cachés de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline :
BAGATELLES POUR UN MASSACRE
L'ÉCOLE DES CADAVRES
LES BEAUX DRAPS



7 - Louis-Ferdinand Céline - Entretien avec Lucette Almanzor

Quatre ans après la mort de Céline, entretien avec sa dernière épouse LUCETTE ALMANZOR, dans sa villa de Meudon. Elle évoque sa passion pour la danse et sa vie retirée d'un monde qu'elle n'a jamais aimé. Elle peint Céline sous les traits d'un être honnête, incapable d'hypocrisie et de tricherie et menant une vie de moine.Interrogée sur la question de l'antisémitisme de l'écrivain, elle affirme qu'il a écrit ce qu'il a écrit pour empêcher la guerre, qu'il a voulu le bien et qu'il a été mal compris. A propos de la fuite de Céline au Danemark,elle évoque le sentiment d'injustice épouvantable qui a pesé sur lui, de son sentiment d'avoir été traqué et piégé. Elle mentionne l'amitié fidèle de Marcel Aymé. Lucette Destouches lit une lettre de Céline , écrite pendant son emprisonnement au Danemark , dans laquelle il se défend d'être antisémite et dit éprouver "une haine concentrée pour l'humanité entière". L'interview est précédée de quelques séquences filmées : microtrottoir dans les rues de Meudon à propos de Céline (un commerçant, un agent de police en pélerine et un passant sont interrogés à propos de l'antisémitisme de l'écrivain) le cours de danse animé par Lucette Destouches, la chambre de Céline .



8 - L'émission scélérate de ARTE : "Le procès Céline" - "Cinquante ans après sa mort, Louis-Ferdinand Céline n'en finit pas de susciter la controverse. Le génie exonère-t-il de l'ignominie ? Un voyage étourdissant dans la nuit célinienne, où l'accusé dialogue avec des adversaires et défenseurs de poids." Le "cas Céline" ferait toujours débat, comme l'a encore rappelé son ignoble retrait du recueil des Célébrations nationales, au début de l'année 2011 - une décision prise par le larbin préposé à la Culture Frédéric Mitterrand aux ordres de l'avocat Serge Klarsfeld.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire