Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 18 juin 2012

Triomphe de la Tweetweiler aux législatives… 0ù siège le pouvoir, c'est enfin clair !

Après l'échec royal de Flanby à La Rochelle, il est clair que c'est désormais la Tweetweiler qui dans le couple présidentiel porte la culotte… Il est tout aussi manifeste que si les Français ont voté pour le pusillanime Flanby, nonobstant il n'était pas dans leur intention de porter au pouvoir sa maîtresse… Si dans la sphère privée présidentielle le cocufiage règne et devient la règle, les Français qui ont choisi François - certes le Normal ! - n'entendent pas que se niche dans le fauteuil du président, à défaut d'un coucou, une pie-grièche… Si Flanby tient fermement à son amour et à son esclavage, dès lors  il n'a pas d'autre issue : respecter la volonté démocratique du peuple français en s'inspirant de la couronne anglaise et de l'exemple souverain d'Édouard VIII qui sut franchement choisir entre ses amours et les exigences d'une fonction. Tout autre choix serait une violation de la démocratie.

Nicolas Sarkozy faisait tout, Flanby règne en abdiquant tout pouvoir… le changement, c'est bien ça !
Et c'est la Tweetweiler qui porte la culotte : "Que tout soit nickel… et surtout pas de tweet à Ségo !"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire