Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mercredi 30 mai 2012

"In Memoriam" invité à Rome pour la fête nationale de Casapound à la “Tana Delle Tigri”


Entre Terre et Lumière


In Memoriam : À jamais idéaliste

Trahir mes idées, renier mes convictions,
Pour tout l'or du monde, il ne saurait en être question,
Et sans jamais me soumettre ni jamais me compromettre
Je choisis mon camp, celui de la passion
Une passion qui m'anime, une cause qui m'enivre,
Et qui, lorsque je doute me donne une bonne raison de vivre,
Et je lutte pour cette cause plus que je ne lutte pour un parti,
Car je préfère l'idée à l'homme qui l'avilit.

Il me faut vivre comme je pense sinon tôt ou tard je finirais
Par penser comme j'aurais vécu, et s'il me faut tout sacrifier,
Même s'il me faut tout abandonner, pas une seconde, je n'hésiterais.
Car mon idéal est juste, mon idéal est vrai,
Une seule chose m'importe, vous le faire partager,
Il ranimera la flamme éteinte de votre âme,
Réveillera votre ardeur, apaisera vos douleurs.

À jamais idéaliste.



In Memoriam : C9M - En hommage à Sébastien Deyzieu assassiné par les forces de police le 7 mai 1994



Retour réussi pour In Memoriam à la « Tana delle Tigri »

Invité à Rome pour la fête nationale du mouvement politico-social italien Casapound, la “Tana Delle Tigri”, c’est devant près de 1500 personnes que le groupe phare et fondateur du « Rock Identitaire Français », In Memoriam, a fait son grand retour sur scène après plus de 10 ans de silence, parmi une dizaine de groupes européens.

Retour plus que réussi pour le groupe qui a enflammé le public et plus particulièrement les quelque 200 Français ayant fait le déplacement pour assister à ce concert « historique »

Enchaînant les titres (Das Kapital, C9M, À jamais idéaliste, Futur proche, Assassins de mon peuple…) avec maîtrise, enthousiasme et conviction, le groupe a montré qu’il n’avait rien perdu de son énergie et de sa fougue. Face à eux, le public reprenait avec ferveur les paroles et de furieux « pogos » secouaient l’assistance. 

Des « pogos » qui se termineront tard dans la nuit, après les prestations tout aussi stimulantes des Canadiens Français de Trouble Makers, des Italiens Zetazeroalfa et Ultima Frontiera, concluant un intense week-end de rock’n'roll sous la bannière rouge à tortue noire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire