Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

jeudi 1 mars 2012

L'héritage gaulliste… cinquante ans après, une France en guerre civile permanente


« Tant que le mensonge d’Évian n'aura pas été avoué pour ce qu'il est, c'est-à-dire, précisément, un mensonge et une forfaiture, tant que le massacre du 26 mars n'aura pas été reconnu pour ce qu'il est, et expié, il n'y aura pas de Nation Française, ni de politique française, mais quelque chose de fondamentalement faussé, rongé, vermoulu... Cette réalité, c'est que la trahison d’Évian et le sang de la rue d'Isly, résumés et symboles d'un ensemble proprement inouï de forfaitures et d'atrocités, ont creusé au cœur de la Nation une plaie qui n'est pas guérie et le sera jamais tant que réparation n'aura pas été faite. »
Jacques Soustelle




MOBILISATION DE TOUS LES FRANÇAIS

Face au colloque organisé par la fédération de France du FLN et ses souteneurs, pour apologie de crime, d'assassinats, de terrorisme, en Algérie, durant la période de 1954 à 1962, il est maintenant nécessaire d'arrêter, en ce cinquantenaire de notre exode, toutes ces manifestations qui portent atteinte notre mémoire.

 
En conséquence, la mobilisation générale est décrété :

le samedi 10 mars 2012 à 9 heures, devant le Conseil Général, rue Guillemette à Nîmes 30000

Tous les citoyens français qui veulent, en mémoire des 
40000 soldats français sacrifiés pour rien, 150 000 harkis massacrés dans d’atroces souffrances, plusieurs milliers d’Européens enlevés ou assassinés, venir témoigner leur soutien à toutes ces familles frappées par ces horreurs et faire entendre leur voix pour rétablir la vérité historique et ne plus cautionner ces analyses à sens unique d'historiens étrangers parfois condamnés à mort qui sont une véritable provocation en 2012, année qui marque le cinquantenaire de l'exode des Français d'Algérie.

Nous appelons tous nos concitoyens en une manifestation fraternelle, digne et pacifique à venir témoigner aux uns,  leur solidarité, et aux autres leur désapprobation et leur indignation.

  Non au colloque de la désinformation
 !

Renseignements : 04 94 33 68 38

Les Amitiés Oraniennes / L’Écho de l’Oranie

*  *
*



DeGaulle et les hommes politiques métropolitains qui organisèrent la prétendue "décolonisation" avaient forcément lu Mein Kampf.  
« Tout Français doit lire ce livre » avertissait le maréchal Lyautey…
DeGaulle ? …un premier axe fondamental, sa référence à l’hitlérisme… Dans le livre de Hitler, publié en 1925-1926, on lit [page 621] :
« (…) la France est, et reste, l’ennemi que nous avons le plus à craindre. Ce peuple, qui tombe de plus en plus au niveau des nègres, met sourdement en danger (…) l’existence de la race blanche en Europe. Car la contamination provoquée par l’afflux de sang nègre sur le Rhin, au cœur de l’Europe, répond aussi bien à la soif de vengeance sadique et perverse de cet ennemi héréditaire de notre peuple qu’au froid calcul du Juif, qui y voit le moyen de commencer le métissage du continent européen en son centre et, en infectant la race blanche avec le sang d’une basse humanité, de poser les fondations de sa propre domination. Le rôle que la France, aiguillonnée par sa soif de vengeance et systématiquement guidée par les Juifs, joue aujourd’hui en Europe, est un péché contre l’existence de l’humanité blanche (…) [l’]envahissement [de la France] par les nègres fait des progrès si rapides que l’on peut vraiment parler de la naissance d’un État africain sur le sol de l’Europe. »
En l’an 2012, 50e anniversaire de l’indépendance algérienne, au fil des mois, en marge du mensonge d’État, devant l’imposture à la fois internationale et intime, le blog Fusionnisme rappellera ce qui fut. Opiniâtrement. Et avec toute la calme passion qui sied à ce dantesque sujet…

*      *
*



NÎMES - 10-11 mars 2012 : "LA FÉDÉRATION DE FRANCE DU FLN 1954 - 1962"

Pourquoi un colloque sur la Fédération de France du FLN (1954/1962) ?
La présence et l’action en France, pendant la « Guerre d’Algérie », de l’organisation clandestine du FLN algérien, sont mal connues du grand public.
Il nous a paru opportun de faire le point de la recherche historique, sur cette situation originale qui comporte encore de nombreuses zones d’ombre.
L’objet de ce colloque est de confronter les analyses d’historiens de haut niveau, français et algériens qui, dans leur diversité, loin de toute pression de lobbies partisans, nous livreront les résultats de leurs recherches.
Ces travaux se feront dans le respect de la pluralité des points de vue, sans aucun a priori. Le but est de contribuer à une meilleure connaissance d’un passé à la fois si proche et déjà si lointain.
Par ce colloque, nous voulons contribuer à éclairer, sur des faits essentiels, un moment de l’histoire des peuples français et algérien et favoriser ainsi les relations amicales entre l’Algérie et la France.

Pour accéder à la plaquette de présentation
avec le programme détaillé de ces deux journées cliquer sur le lien (...)






*  *
*

Spoliés en 1962  Union Syndicale de Défense  Toujours spoliés en 2012
des Intérêts des Français Repliés d'Algérie
Populations déplacées contre leur gré
Association loi 1901 – J.O. n° 6894 du 3 août 1965 – SIRET 424 348 514 00011
  Membre fondateur et animateur du C.N.S.U.R. (Conseil National Supérieur de l'Union des Rapatriés)


Le Président

     
Solliès-Pont, le 18 févier 2012

Communiqué de presse

L’USDIFRA vient d’apprendre que les 10 et 11 mars 2012 se tiendra à Nîmes un colloque « destiné à faire connaître au grand public l’organisation clandestine du FLN algérien, notamment par des débats anticolonialistes », organisé par la « Fédération de France du FLN » et un collectif d’associations algériennes. Ce colloque est subventionné par le Conseil général du Gard, la Région Languedoc-Roussillon et le Ministère de la Culture et de la Communication.

La tenue de ce « colloque » organisé, sur le territoire national, par une communauté étrangère et faisant l’apologie de crimes commis à l’encontre de citoyens français par le FLN va provoquer, à n’en pas douter, de nombreuses manifestations.

L’USDIFRA vient de saisir les autorités de la République, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, Monsieur le Secrétaire d’État en charge des Rapatriés, Monsieur le Préfet du Gard, les candidates et candidats à la Présidence de la République, ainsi que de très nombreux Députés, Sénateurs, Conseillers Régionaux, Maires et Présidents d’Associations Patriotiques, en leur demandant d’intervenir afin que ce colloque soit interdit car il est, à l’évidence, générateur de graves « troubles à l’ordre public ».

Par ailleurs constatant que Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication s’est rendu complice d’une telle démarche en la parrainant et en la subventionnant, l’USDIFRA réclame que Monsieur Frédéric MITTERRAND soit immédiatement démis de ses fonctions.

À quelques semaines des commémorations du Cinquantenaire de l’exode tragique dont ont été victimes les communautés Pied-noir et Harki, mais aussi en cette période pré-électorale, tant le maintien de ce colloque que la non-démission du Ministre Frédéric MITTERAND par le gouvernement ne pourraient être considérés que comme un affront fait à ces deux communautés fortes de près de 5 millions d’électeurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire