Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 31 octobre 2011

Halloween, un truc pas très catholique…



Hillary, la bonne fée du N.O.M.


"F-16 Fighting Falcon", le balai magique de la bonne fée Hillary

Le quartier chinois Yaowarat, inondé ce lundi




Selon le gouverneur de Bangkok, Sukhumbhand Paribatra : « Le fleuve Chao Phraya a atteint dimanche un niveau record de 2,53 mètres au dessus du niveau de la mer… alors que les grandes marées seront à leur maximum ce lundi 31octobre, pour ensuite baisser. Si la situation est contrôlée jusqu’au mardi 1er novembre, Bangkok sera sauvée. Après cela, il s’agira seulement d'éviter que talus digues ne s'écroulent… Lors d’une intrusion de la mer, l'eau monte mais pas plus de trois heures durant… Les eaux de Don Muang et Saï Maï auront été évacuées entre le vendredi et le mardi suivants quand la marée sera moins forte… La marée sera à nouveau à un haut niveau les 12 et 13 novembre, mais alors il n'y aura plus cette masse monstrueuse d’eau descendant du nord… »

Mise à jour mercredi 9 novembre : Article Gavroche  = pas de très gros problèmes pour le tourisme, mais lire l'article !

samedi 29 octobre 2011

L'info telle qu'elle est… mensonges… À Euronews un prix d'excellence pour la tromperie





L'atmosphère semble s'être brusquement alourdie ce samedi matin… Le métro souterrain, qui s'aventure à la limite des quartiers nord, fonctionne normalement mais à chaque station une seule entrée reste praticable, par prudence les autres accès ont été condamnés et protégés. Je me suis promené sur tout le réseau du métro aérien, nulle part traces d'inondation pas même au bord du Chao Phraya près de saphan Taksin. C'est vrai que les effets de la forte marée ne sont attendus que pour ce soir après 18 heures (GMT +7). Il faut aussi dire que les Bangkokois sont privés de leurs rendez-vous préférés de fin de semaine… Le marché de Chatuchak est fermé ; fermés aussi le Queen Sirikit Center, l'Impact Arena à Lak Si… et bien d'autres pôles d'intérêt… Alors que faire ?  Ceux qui sont partis n'avaient peut-être pas tout à fait tord…

Dans Bangkok en alerte, des sacs de sable partout pour protéger bâtiments publics et privés… ici la Primature


La Primature, de nuit… des bénévoles prêts à endiguer une éventuelle montée des eaux…








vendredi 28 octobre 2011

น้ำพิโรธ


Bangkok inondée : le pire des scénarios (Bangkok Post)
(approximativement, ne sont actuellement atteintes que les zones marquées en rouge et une petite partie de celles en bleu très foncé)


Suggestion : comparez la carte ci-dessus qui décrit ce qui au pire pourrait arriver et cet article de France-Soir paru hier jeudi 27 octobre (on rencontre des propos similaires dans toute la presse française, écrite parlée télévisuelle) [Pour lui conserver toute sa saveur, cet article bien mal informé est repris dans son "intégrité", autrement dit en respectant fautes d'orthographe, de genre, d'orthotypographie] :


Alors que des torrents d'eau sont attendus ce weekend à Bangkok, des milliers de thaïlandais et de ressortissants étrangers s'éloignent, jeudi, de la capitale le plus rapidement possible et par n'importe quel moyen.
Afin de faire face aux inondations sans précédent que subie la Thaïlande depuis deux semaines, le gouvernement a décrété à la hâte un weekend de cinq jours pour vingt régions. Et principalement à Bangkok, où douze millions d'habitants s'attendent à recevoir des milliers de mètres cube d'eau équivalent à un demi million de piscines olympiques.
La masse d'eau provient des régions du nord, qui subissent de violentes intempéries depuis plusieurs semaines. L'eau descend inexorablement vers le golfe de Thaïlande alors que les digues, fleuves et canaux sont aussi en crue.
Le gouvernement totalement dépassé, a avoué son impuissance, jeudi, par la voix de son Premier ministre Yingluck Shinawatra « c'est une crise, car si nous essayons de résister à ce volume d'eau énorme, une force de la nature, nous ne gagnerons pas », a-t-il expliqué au bord des larmes. Les quartiers bordant le fleuve Chao Phraya sont déjà sous les eaux, tout comme le Palais royal. L'aéroport du district de Don Mueang, qui dessert l'intérieur du pays, est fermé depuis mardi.
Le Centre de coordination des secours (Froc) appelle la population à « réfléchir à évacuer vers d'autres lieux ». L'ensemble des moyens de transport à disposition : bus, trains, avions et automobiles ont été pris d'assaut notamment en direction des villes de Pattaya, Hua Hin ou Phuket, stations balnéaires du sud épargnées par les inondations. Les ressortissants étrangers ont aussi reçu la consigne d'évacuer si possible la capitale, par leurs ambassades. L'exode de milliers de Bangkokiens provoque d'énormes embouteillages. Les vols intérieur en partance de l'aéroport international de Suvarnabhumi, qui fonctionne normalement, sont surchargés.
Notons que depuis plus d'une semaine il ne pleut plus du tout. Bien plus, ce matin à Bangkok l'air pour la première fois cette saison était frais. Autrement dit, le vent a tourné, il n'apportera désormais plus de pluie. Nous sommes effectivement entrés dans la saison sèche froide.

Et puis, les biens une fois à l'abri, qui ne profiterait pas de plusieurs jours de liberté pour aller au village ?

 "Reporters sans frontières", Jean-François Julliard, Robert Ménard : une propagande de merde…

Quel beau métier que celui de journaliste : raconter des bobards… Induire une confusion entre l'exception et le commun. Quel beau métier que celui de reporter… S'instaurer porteur d'une morale, s'insurger contre une prétendue censure ou de supposées atteintes aux "droits de l'homme", alors que l'on n'est même pas fiable dans la relation des faits quotidiens les plus évidents. Ces simples constatations précédentes permettront d'apprécier toute la crédibilité que l'on pourra accorder à cette campagne de presse haineuse de "Reporters sans frontières" contre la Thaïlande, le Vietnam, le Mexique portée par le site "www.censorship-paradise.com".

Leur propagande brandit trois affiches où, sur fond de paysage de carte postale, l’invitation se veut péremptoire  : "Merde à la liberté d'expression. Partez au Mexique"; "Merde à la démocratie. Partez en vacances en Thaïlande"; "Merde aux Droits de l'homme. Partez en vacances au Vietnam". Et si aux tendances totalitaires de Jean-François Julliard, Robert Ménard et « Reporters sans frontières » nous répliquions tout simplement : « Assez d'inepties moralisatrices totalitaristes. Merde à Reporters sans frontières ! », comme implicitement le feront la plupart de ceux qui incidemment connaîtront cette démarche tout aussi inopportune qu’infondée.

Plutôt que de gaspiller des fonds pour des dépenses stupides, pourquoi ne pas organiser une formation à l'intention de ces prétendus reporters qui ne savent pas même reporter les faits les plus indiscutables… Le journalisme ce n'est pas de la fiction comme pourrait le faire croire cette propagande de merde ou la relation actuelle des inondations en Thaïlande par France-Soir, Euronews, France 2 et les autres…

















Pour observer pratiquement en temps réel la situation partout dans Bangkok, un réseau de caméras web : http://hermes.traffy.in.th/i/index.php

jeudi 27 octobre 2011

La colère de l'eau… … สู้ภัยน้ำท่วมฉันและเธอกับความหวัง


Des informations alarmistes circulent, colportées par certains sites Internet voire TV5, telles : « Vent de panique à Bangkok… Il a été notamment demandé à toute la population de quitter la capitale… »   C’est totalement faux… La pluie, contrairement à ce qui est dit encore aujourd'hui sur certaines TV, a complétement cessé de tomber depuis une bonne semaine…  Les trois prochains jours risquent d’être difficiles à cause de grandes marées… C'est vrai. C’était prévu… Mais il n’est pas dans le tempérament des Thaïlandais de paniquer… Ceux qui se trouvent en zones inondées s'entraident, se protègent, protègent leurs biens… mais jamais ne paniquent, et plutôt que de se plaindre chantent et plaisantent… Malgré les congés accordés, aujourd'hui dans la plus grande partie de la ville non inondée les gens ont travaillé normalement… Ce soir, jeudi 27 octobre, toute l'activité était encore normale… Seul problème, il n'y a plus d'eau minérale : les usines de mise en bouteille ont été envahies par les eaux…

Voici un renvoi vers le site d'un opérateur plutôt pas très professionnel qui répand de telles nouvelles non vérifiées aussi mensongères qu'alarmistes et diffamatoires…  TourMag.com


La Chambre de commerce de Thaïlande appelle le gouvernement à protéger Bangkok à tout prix… et fait des propositions pour assurer un approvisionnement suffisant en produits essentiels, accélérer l’évacuation des eaux de Bangkok… minimiser l'impact de l’inondation sur l'activité économique de l'ensemble du pays .


mercredi 26 octobre 2011

Bientôt Loy Krathong… dans la nuit du jeudi 10 novembre 2554, fin de la saison des pluies



Loy Krathong : sur la rivière Soppong, mise à l'eau de krathong


Loy Krathong, cette fête traditionnelle des lumières est l'une des plus belles et des plus populaires de Thaïlande, célébrée dans tout le pays au soir de la pleine lune du 12e mois lunaire. Ces festivités célèbrent la fin de la saison des pluies et honorent les esprits de l'eau, qui jouent un rôle significatif dans la vie du pays.

Les gens fabriquent des krathong, de minuscules bateaux de feuilles de bananier, dont la forme évoque la fleur de lotus et qui contiennent une bougie allumée, de l’encens et des fleurs. Ils déposent ces petites bougies sur les rivières, ainsi que des khong pour exorciser leurs fautes. Il chassent les soucis du quotidien en lâchant ainsi des lanternes célestes. Un spectacle nocturne aussi poignant que beau.
 
Les célébrations sont particulièrement vives et authentiques à Bangkok, sur le Chao Phraya, du côté du Memorial Bridge ; à Chiang Mai sur la rivière Pin ; à Sukhothai, festival son lumière et danses ;  à Ayutthaya. Aussi des célébrations touristiques sur les plages du sud, vers Phuket et Koh Samui.


เพลง ลอยกระทง เวอร์ชั่น ล้านนา



mardi 25 octobre 2011

Bangkok et 21 provinces en congé "inondations" du jeudi 27 octobre au mardi 1er novembre












Dans une déclaration télévisée ce mardi soir 25 octobre, la Premier ministre Yingluck Shinawatra a estimé qu'il était "très probable" que tout Bangkok, y compris le centre-ville, soit inondé, avec dans "le pire scénario" jusqu'à 1,5 mètre d'eau par endroits.

Du jeudi 27 octobre au lundi 30 octobre inclus, un très long week-end de congé a été décrété afin de libérer la population de Bangkok et 21 provinces dans sa lutte face au  prochain pic des grandes marées. La rentrée des élèves et étudiants, actuellement en vacances, a été reportée au 15 novembre.

Les entreprises privées ont été priées d'accorder des jours de liberté à ceux qui le souhaitaient, à l'exception de l'industrie agro-alimentaire, qui doit tourner à plein régime. La Banque centrale a en revanche indiqué que les marchés financiers ne fermeraient pas.

À la mi-journée, l'eau est entrée dans l'aéroport Don Mueang, affecté aux vols domestiques. Sa fermeture est annoncée jusqu'au 1er novembre au moins.

Au moins six districts de Bangkok, classée par l'OCDE parmi les grandes villes côtières les plus exposées aux inondations d'ici à 2070, sont inondés ce mardi. Le fleuve Chao Praya a atteint un niveau critique. Certains quartiers riverains situés à l’ouest, sur la rive droite (Thonburi), sont inondés. Au nord, de nombreuses rues sont sous 50 cm à un mètre d‘eau. Dans les prochains jours, d’autres quartiers de la capitale devraient subir le même sort, malgré les efforts et la mobilisation du pays pour tenter de contrôler les énormes volumes d’eau qui descendent du nord et du nord-est du pays, suite à des précipitations exceptionnelles depuis juillet. Le niveau du Chao Phraya devrait atteindre les 2,60 mètres au-dessus du niveau de la mer dans les jours à venir alors que les berges font en moyenne 2,5 mètres de hauteur, selon le gouverneur de Bangkok.

Bichit Rattakul, ancien gouverneur de Bangkok, a déclaré ce soir sur la chaîne TNN, que le système d’évacuation des eaux vers le golfe de Thaïlande, à l’ouest de la capitale, permettra d’épargner le centre de Bangkok (Sukhumvit, Sathorn, Silom, Petchuburi, Rama I, Rama IV, Pathumnam), quartiers des affaires, commerçants, résidentiels et touristiques.
Quelques 16 produits de base (dont l'eau minérale, le savon, les oeufs) vont faire l'objet d'importations exceptionnelles. Les bouteilles d'eau étant déjà totalement absentes des supermarchés on boira du thé ou des tisanes rafraîchies. Les autorités ont promis que l'électricité pourrait être maintenue dans toute la ville.


Mardi 25 octobre 2554… aux alentours du Grand Palais… le Musée national de Bangkok sera fermé jusqu'au mercredi 2 novembre


Loy Kratong qui marque la fin de la saison des pluies sera fêté dans la nuit du jeudi 10 novembre…

Les principaux tours opérateurs programmant la Thaïlande, suivant l'évolution de la situation locale, considèrent que "les conditions opérationnelles restent réunies pour continuer la programmation des destinations touristiques", dans un communiqué du CETO daté du 25 octobre 2011.

"Les destinations balnéaires ne sont absolument pas affectées par les inondations. L'aéroport international Suvarnabhumi de Bangkok fonctionne normalement. Des compagnies aériennes dont Thaï Airways et Orient Thai Airlines y assurent des rotations domestiques, permettant de rejoindre ces destinations balnéaires", précise l'Association des Tour-Opérateurs.

La fermeture de l’aéroport Don Muang ne devrait avoir qu’un très faible impact, seule la compagnie low-cost Nok Air ayant dû interrompre ses vols. Orient Thaï a transféré ses avions vers Suvarnabhumi, l’aéroport international. Tous les vols internationaux et l’ensemble du réseau local (Phuket, Krabi, Sura Thani, Krabi, Chiang Maï, Chiang Raï, Trat, U-tapao-Pattaya, Hua Hin) fonctionnent normalement.

Seuls les transports ferroviaires et routiers vers le nord et le nord-est du pays sont perturbés en raison de l’inondation de certains axes : "Selon l’itinéraire programmé, certains circuits vers le nord du pays peuvent être affectés. Cela implique que ces circuits seront aménagés (adaptation des itinéraires et des visites (y compris des moyens de transport) afin de contourner les zones inondées)".

lundi 24 octobre 2011

Les inondations menacent Bangkok plus vite qu'annoncé



Repos des soldats après construction d'une digue

Le gouverneur de Bangkok, a émis un avertissement à l'intention des résidents de la capitale tard dans la nuit de dimanche à lundi, les pressant de se préparer à faire face à des inondations plus étendues, qui devraient se déverser depuis les banlieues de Bangkok, déjà submergées.

Dans une allocution télévisée, le gouverneur Sukhumbhand Paribatra a souligné que d'importantes quantités d'eau s'étaient déplacées plus rapidement que prévu, et devraient inonder la région de Don Muang, à la frontière nord délimitant Bangkok. À cet endroit se trouve le vieil aéroport, qui tient lieu de quartiers généraux aux équipes des services d'urgence et de refuge pour les résidents évacués.

M. Sukhumbhand a ajouté que ces eaux menaceraient aussi cinq autres districts, alors qu'elles se dirigent vers les régions plus développées de la ville. Parmi les secteurs visés se trouvent le district de Chatuchak et son marché d'artisanat notamment.

Chacun tente de mettre à l'abri quelques objets

Le gouverneur a affirmé que selon toute vraisemblance, un problème majeur ne pourrait pas être évité. Il a conseillé aux résidents des six districts de déplacer leurs biens en des lieux surélevés, tout en soulignant que les personnes malades et les aînés devraient être transférés dans les refuges mis sur pied par la municipalité. Pour l'instant, les districts résidentiels et d'affaires du centre-ville de Bangkok ne sont pas menacés par les inondations.

Les avertissements du gouverneur Sukhumbhand tranchaient par rapport aux propos rassurants tenus le jour précédant par des représentants du centre des opérations de gestion des inondations du gouvernement de la première ministre, Yingluck Shinawatra. Le centre avait fait savoir que la situation était sous contrôle et qu'elle devrait s'améliorer.

Moins d'une heure après le discours du gouverneur, le directeur du centre, le ministre de la Justice Pracha Promnok, a déclaré dans une brève allocution que son organisation soutiendrait les efforts du gouverneur.







http://www.floodthailand.net

En passant par la portière…




Y'avait là-bas en Algérie
Un régiment dont les soldats,
Dont les soldats
À chaque instant risquaient leur vie.
Parachutiste nous voilà, oui nous voilà.
Pour faire partie de cette élite,
Il faut bien être un peu cinglé, un peu cinglé.
Il faut surtout pas s'fair' de bile,
Savoir bien boire et s'amuser, et s'amuser.

Refrain :
Et après tout qu'est-ce que ça fout
Et on s'en fout, la, la, la...
En passant par la portière
Parachutiste souviens-toi,
Oui souviens-toi.
Qu'un jour il pourrait se faire
Que ton pépin ne s'ouvre pas,
Ne s'ouvre pas.
Qu'après une chute libre
Tu auras cessé de vivre, la, la, la...
Entorché dans l'atmosphère
Tu tomberas comme une pierre.

J'ai vu mourrir un pauvre gosse
À peine âgé de dix-huit ans, de dix-huit ans.
Son pépin s'était mis en torche.
Il est mort en criant maman, criant maman.
Je lui ai fermé les paupières,
Recueilli son dernier soupir, dernier soupir.
Et j'ai écrit à sa pauvre mère
Comme un para savait mourir, savait mourir.

Et comme on a jamais eu d'veine.
Un jour l'pépin s'ouvrira pas, s'ouvrira pas.
Sur cette putain d'terre africaine
À cent à l'heure tu t'écraseras,
Tu t'écraseras.
On ramassera tes côtelettes,
Dans un grand sac à effets chauds,
À effets chauds.
On dira saperlipopette
Ce gazier-là n'a pas eu d'pot,
N'a pas eu d'pot.

On te mettra en quatr'planches
Entortillé dans ton pépin,
Dans ton pépin.
Au cimetière de Maison Blanche
T'auras la gueule de tes copains,
De tes copains.
T'auras les honneurs militaires
Et l'on mettra sur ton tombeau
Sur ton tombeau,
La croix de guerre réglementaire.
Et ce jour sera le plus beau,
Oui le plus beau.

La prédiction de Sir Charles Robert Darwin





dimanche 23 octobre 2011

มหาจุฬาลงกรณ์

23 octobre 2554 : Hommage au grand roi Chulalongkorn pour le 101e anniversaire de sa disparition…

Dans le Royaume, ce dimanche 23 octobre 2554 est, comme chaque année, le jour dédié au roi Chulalongkorn… De nombreuses  cérémonies marquerons la commémoration de son décès, il y a 101 ans, le  23 octobre 1910. Malgré l’inondation de certains quartiers de la ville, les Bangkokois se rendront en foule sur la place du Palais autour de la statue équestre du Grand Roi, pour un hommage au roi fondateur de la Thaïlande moderne…  Le roi Chulalongkorn ou Rama V est, avec son petit-fils, le roi actuel Bhumibol Adulyadej, Rama IX,  le souverain dont le règne a le plus marqué la construction de l’unité nationale thaïlandaise.







N.B. : Le roi Chulalongkorn étant né un mardi, sa couleur est le rose ; le rose est donc aussi la couleur de l'université Chulalongkorn et de ses étudiants. Récemment le roi Bhumibol Adulyadej a lui aussi adopté le rose, la couleur de son grand-père.

samedi 22 octobre 2011

น้ำท่วมกรุงเทพ ปี 2485


Bangkok inondée… en 1942


คาราบาว : น้ำท่วม

Carabao : "Nam Thouam"


แช่ม แช่มรัมย์ : กรุณาฟังให้จบ

Cham Cham Ramis :  "S'il te plaît, écoute tout"


Bangkok va devoir être inondée, les digues ouvertes au nord et à l'est












Les étudiants (en vacances de milieu d’année) de la faculté d’Architecture de l’université Chulalongkorn
ont conçu et fabriquent des toilettes portables pour les sinistrés… Ils font appel à des volontaires pour les aider.



Les habitants de Bangkok priés de mettre leurs biens à l'abri


Malgré tous les efforts déployés par les autorités thaïlandaises pour la protéger, Bangkok va devoir être inondée partiellement.

Objectif, évacuer vers la mer les milliards de mètres cubes d’eau accumulés derrière les digues artificielles au nord et à l’est de la capitale avant les grandes marées prévues vendredi 28, samedi 29 et dimanche 30 octobre. Des digues qui résistent de moins en moins à la pression de l’eau… Les zones de Bangkok qui serviront de couloir d‘évacuation des eaux n’ont pas encore été choisies.

Yingluck Shinawatra, Premier ministre, a demandé ce vendredi matin aux habitants de Bangkok, 12 millions d'habitants, de protéger leurs biens, en prévision de probables inondations. Le centre-ville, encore à sec, se prépare au pire. 

Cette annonce est intervenue au lendemain de sa décision de demander à la ville d'ouvrir toutes ses écluses, pour permettre l'évacuation des eaux qui inondent depuis plusieurs jours l’immense plaine au nord de la capitale et qu'il est devenu impossible de maîtriser.



« Je demande à tous les résidents de Bangkok de déplacer leurs biens en hauteur par précaution, mais ils ne doivent pas paniquer, simplement se préparer », a indiqué Yingluck aux journalistes, depuis le centre de secours mis en place à l'aéroport domestique de Don Muang.



Des dizaines de kilomètres de digues de fortune, en sacs de sable, ont été érigés, pendant que les stocks d'eau potable étaient dévalisés et que la grande banlieue abandonnait les voitures pour les bateaux et se prêtait aux évacuations de masse.



Les inondations, provoquées par une saison de mousson anormalement abondante, ont fait au moins 320 morts.



Le gouvernement a mobilisé 50.000 soldats et 30.000 policiers, postant notamment des hommes près des digues pour empêcher leur destruction volontaire par les habitants des zones déjà submergées.

Yingluck a promis de dégager les axes de communication majeurs, notamment les voies express surélevées, sur lesquels des résidents ont garé leurs véhicules. Nous demanderons à des responsables de la sécurité de superviser des sites importants, tels que le Palais royal et l'aéroport international Suvarnabhumi, toujours ouvert.

L'opposition avait réclamé mercredi l'état d'urgence pour donner plus de pouvoir aux militaires et permettre notamment les évacuations de force et l'interdiction de certains axes à la circulation. Une option que le gouvernement a jusqu'à présent refusé.

« Je vais réfléchir à l'état d'urgence, mais nous ne sommes pas favorable à ce genre de situation », a-t-elle déclaré ce vendredi. « La coopération des militaires est déjà satisfaisante et en réalité, je ne suis pas sûre que l'état d'urgence améliorerait le problème. »  Yingluck se voit reprocher depuis plusieurs jours indécision et déclarations contradictoires.

Le ministre de la Justice, le général Pracha Promnog, patron du Centre de secours, a émis de son côté une alerte pour deux districts du nord de la ville situés juste derrière une digue et qui pourraient être brusquement envahis par les eaux si elle venait à céder. « Nous craignons que la digue ne résiste pas à la pression de l'eau qui envahirait alors les districts de Lak Si et Don Muang », a-t-il déclaré à la télévision. 

 Le général Pracha estime cependant que Bangkok devrait être épargnée à 90%.

Dessin de Stephff  (The Nation)  : "Tous les animaux sont égaux mais…"

Tourisme : les inondations entraînent de nombreuses annulations…
…"mais nous sommes surtout inondés d'annulations"
"Mesdames, Messieurs, les journalistes, s'il vous plait essayez, un temps soit peu d'avoir une attitude professionnelle à l'anglo-saxonne. Vérifiez, re-vérifiez vos sources avant d'envoyer une info..."
 
Les images impressionnantes des inondations historiques qui ravagent la Thaïlande font peur aux touristes frappant un secteur crucial pour l'économie du royaume, même si les sites les plus populaires ne sont pour l'instant pas touchés.

L'Association des agents de voyage thaïlandais (ATTA) constate des réservations en baisse jusqu'à 70% par rapport à la fréquentation moyenne à cette période de l'année. Et l'Autorité du tourisme de Thaïlande a dénombré environ 25% d'annulations.  "De plus en plus d'annulations arrivent", avait également relevé jeudi son gouverneur adjoint, Sansern Ngaorungsi.

Phuket, Koh Samui ou Koh Phi Phi, îles aux plages de carte postale les plus prisées des touristes, sont au sec. 

L'inquiétude se concentre aujourd'hui sur Bangkok, plaque-tournante régionale où les 12 millions d'habitants se préparent à des inondations inéluctables.

"Personne ne veut venir à Bangkok", note un cadre d'un grand hôtel de la capitale donnant sur le fleuve Chao Phraya. Alors que dans le parking surélevé sont alignées Ferrari et autres voitures de sport de Thaïlandais soucieux de ménager leur véhicule, l'hôtel a positionné 10.000 sacs de sable à des endroits stratégiques.

 "Mais nous sommes surtout inondés d'annulations", a-t-il pesté, précisant que la chaîne hôtelière, qui compte une vingtaine d'établissements dans le pays, a déjà perdu près de 400.000 euros en annulations. Le secteur a malgré tout confiance dans sa capacité à rebondir. "Je pense que si on peut protéger l'aéroport, alors les réservations reprendront après la décrue", espère Chidchai Sakornbadee, vice-président de l'ATTA.


Hillary Clinton reine de la terreur, de l'indécence, de l'imbécillité…




La presse internationale et l’assassinat de Mouammar Kadhafi



jeudi 20 octobre 2011

Le "politiquement correct", notre Poulo Condore, notre bagne indolore à nous…


Spleen : Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle




Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;


Quand la terre est changée en cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;


Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et d’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,


Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.


- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
à Jen

Forum de la Mémoire : La Guerre en Indochine

mardi 18 octobre 2011

"Ratonnades" d'octobre 1961 à Paris, contre ceux qui alors étaient des Français


« Ils vous intéressent, vous, ces Mohammed et ces Fernandez ? »

- En juillet 1961, Maurice Papon  reçoit des mains de DeGaulle
la croix de commandeur de la Légion d'honneur.

- En 1967, Maurice Grimaud remplace Papon à la préfecture de police,
DeGaulle déclare alors à Grimaud :

« Vous avez là un poste très important et exposé.
Il y faut beaucoup de sang-froid et d'autorité.
Vous succédez à un homme qui l'a occupé de façon considérable. »


Alexandre Gerbi , sur son blog "Fusionnisme", signe sur ce sujet un excellent billet : « Ratonnades d’octobre 61 : Le sang comme écran de fumée ».

Un billet sans parti pris qui a le mérite de replacer ces évènements dans leur strict contexte de l’époque tout en les mettant en perspective par rapport à la stratégie de l’infâme DeGaulle…

Un éclairage sur le comportement de DeGaulle, criminel compulsif… Du 17 octobre 1961 à Paris au 26 mars 1962 à Alger puis au 5 juillet à Oran il y a une profonde cohérence… le goût du sang… le goût de la division des Français… la haine des « bougnoules », FLN et Harkis confondus, autant que des Européens d’Algérie… Chaque fois il s’agissait de créer l’irréversible… dans une délectation sénile criminelle de soldat raté. 

Aussi je ne partage nullement le point de vue de certains "Français de Souche" ou l'appel à manifestation marquant une opposition au rappel par des Algériens de ce 17 octobre 1961, notamment à Nice… La lucidité à l’égard du personnage DeGaulle doit primer. En dépit des divergences passées une solidarité entre les victimes, toutes, toutes autant haïes que flouées par cet ignoble personnage DeGaulle doit l’emporter. 

Le tribunal de l’Histoire défalsifiée doit être aussi serein qu'impitoyable.





1 - En sol majeur
 
2 - En sol majeur 
 

lundi 17 octobre 2011

La Thaïlande sous de très fortes inondations





La capitale du Royaume de Siam sous les eaux…





À ce jour, le bilan des crues exceptionnelles qui submergent une grande partie du Royaume depuis plusieurs semaines est colossal : 224 morts, 3 disparus, 2,6 millions de personnes sans toit, 1,2 million d'hectares de terres cultivables sous les eaux, liste le Bangkok Post. Alors que le pire est encore peut-être à venir - la plupart des barrages ayant atteint leur point limite de rétention d'eau -, ces inondations, avance The Nation sur la base de prévisions d'économistes, pourraient coûter 1 à 1,3 point de croissance à la Thaïlande cette année. Déjà chiffrés à 130 milliards de bahts [3 milliards d'euros], les dégâts auraient pu être moindres, soutient une éditorialiste du Bangkok Post, si les pouvoirs publics, services météo en tête, prenaient au sérieux les risques liés au changement climatique. "Notre gestion des catastrophes reste pitoyable parce que nous continuons de croire que les caprices climatiques sont passagers. Ils ne le sont pas." Au Cambodge voisin, lui aussi en proie à des inondations records, on dénombre déjà 167 morts.

À Bangkok l'eau monte aussi…




Selon France 24, Pornthep Techapaibul, gouverneur adjoint de Bangkok aurait déclaré :
« Le problème, ce n'est pas l'eau, ce sont les gens …  ceux qui paniquent et ceux qui sont frustrés que leur maison soit inondée alors que celle des autres ne l'est pas. »
Source : France 24




Bird Thongchai (เบิร์ด ธงชัย) en concert le 26 février 2011 à l'Impact Arena


début du concert


Final du concert

เบิร์ด ธงชัย : อยู่คนเดียว

dimanche 16 octobre 2011

Ibara peintre de l'extrême



Ibara, l'Oranais peintre de l'extrême, lors de l'un de ses extraordinaires spectacles de peinture dynamique et éphémère.

Quand Ibara le peintre de l'extrême célèbre Louis-Ferdinand Céline

« Céline est le plus gigantesque écrivain de tous les temps…
Ceux qui ne le savent pas sont des cons !… »
Albert Paraz
Dans son atelier, le peintre de l'extrême, Ibara rend hommage au plus génial écrivain de tous les temps :  Louis Ferdinand Céline…


Ibara, dans son atelier en 2010 : peinture murale réalisée, en quelques minutes, à mains nues, en hommage à Louis-Ferdinand Céline. La voix de Louis-Ferdinand Céline accompagne cette superbe réalisation…


Ibara rend hommage à Louis-Ferdinand Céline sur un texte de ''Voyage au bout de la nuit'' dit par Michel Simon…


Ibara, dans son atelier en 2010 : peinture murale réalisée, en quelques minutes, à mains nues, en hommage à Louis-Ferdinand Céline. La voix de Michel Simon lisant l'entame du « Voyage au bout de la nuit » accompagne cette prestigieuse réalisation…

Site : www.ibara.fr

samedi 15 octobre 2011

Jean-Marie Le Pen fidèle à lui-même se démarque des "Marinistes"

Jean-Marie Le Pen se démarque des "Marinistes" : des propos forts qui nous rappellent ce qu'a été le Front National, ce que les "fidèles" attendent d'un parti authentique d'opposition, hors du système… À l'opposé des déclarations aussi insipides qu'ânonnantes [et un Bourricot c'est expert pour détecter tout ânonnant !] de la Marine… Que les bien-pensants se rassurent, Jean-Mare Le Pen ce n'est pas le Front national marinalisé… La voix de Jean-Marie Le Pen est libre… plus libre que jamais…




Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, "tire son chapeau aux combattants de Syrte qui résistent contre le monde entier", en Libye… et salue le gouvernement syrien "dans sa lutte légitime contre les bandes armées".
"On aura tout vu"…  "Je tire mon chapeau, je le dis carrément, aux combattants de Syrte qui résistent contre le monde entier, et qui donnent un exemple de courage et de détermination, un peu comme à Camerone ou à Bazeilles".

Alors que les soldats fidèles à Mouammar Kadhafi opposent une résistance acharnée aux forces du nouveau régime en Libye, à Syrte, à 360 km à l'est de Tripoli… dénonçant ce déplacement du secrétaire d'État au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, en Libye pour promouvoir les entreprises françaises :
"On n'a pas encore fini de la détruire [la Libye] que déjà les vautours sont arrivés pour essayer de faire des affaires, mais des affaires avec notre argent bien sûr puisque qu'ayant démoli la Libye, on va tout naturellement nous inviter à la reconstruire, mais bien sûr avec notre argent, pas avec le leur."
Interrogé ensuite sur la Syrie, il a dénoncé "la technique mensongère de la propagande des médias français" à propos de la manifestation en soutien au régime de Bachar al-Assad, qui a eu lieu mercredi à Damas :

"Les Syriens déclarent qu'il y a eu un million de manifestants, et on voit en effet une masse immense et ça se traduit dans les médias français par quelques dizaines de milliers de manifestants"

"Je pense que le gouvernement syrien était légitimé dans sa lutte contre les bandes armées qui voulaient s'emparer du pouvoir (...) et je sais que c'est lui qui est le protecteur des chrétiens de toute cette région"…

"Si la Syrie tombait et si le dictateur, on veut bien le dire, qui a d'ailleurs fait toute une série de réformes qu'on lui demandait, était renversé, et bien à la suite de Ben Ali, à la suite de Moubarak, de Kadhafi et de Saddam Hussein, tous ces leaders arabes qui étaient anti-islamistes, qui protégeaient les chrétiens, ont été renversés avec l'aide de l'Occident. Mais il est vrai qu'il n'est pas très chrétien".

*     *
*
Printemps arabe… ses fruits…

Prétextant une protestation contre la diffusion du film franco-iranien Persépolis par la chaîne Nessma TV, une manifestation à l'instigation de groupes salafistes a réuni plusieurs milliers de personnes ce vendredi 14 octobre à Tunis… Les violences engendrées par cette manifestation ont nécessité une dispersion par des tirs de grenades lacrymogènes.



 Égypte, sanglante répression contre les coptes

Dimanche 10 octobre au Caire, leur église est incendiée… des Égyptiens coptes protestent… l’Armée du « printemps arabe » ouvre le feu à balles réelles… au moins 24 morts, plus de 200 blessés…

Le premier ministre égyptien Essam Charaf a déclaré :  
« La Nation est en danger… »
« Ces événements nous ont fait revenir en arrière (...) au lieu d’aller de l’avant pour construire un État moderne sur des bases démocratiques saines. (...) La chose la plus dangereuse qui puisse menacer la sécurité de la Nation, c’est de jouer avec la question de l’unité nationale et de provoquer la sédition entre chrétiens et musulmans (...), et aussi entre le peuple et l’armée. »




Gilad Shalit, et 1 027 êtres humains ? … seulement des Arabes, des colonisés sans visage

Le soldat israélien Gilad Shalit va être libéré après une longue captivité. On ne peut que s’en réjouir pour lui, pour sa famille, pour ses proches. Et oublier, pour un instant, qu’il est membre d’une armée d’occupation. Et que personne ne semble s’interroger sur le problème de ces soldats de double nationalité, européenne et israélienne, qui opèrent dans les territoires occupés et violent ainsi le droit international. Quand l’Union européenne décidera-t-elle que de tels agissements sont passibles des tribunaux ?

Selon une dépêche de l’AFP, Nicolas Sarkozy « se réjouit très vivement de l’annonce d’un accord qui doit conduire à la libération de Gilad Shalit », et a félicité Benyamin Netanyahou pour ce « succès majeur ». On est sûr que BHL fera de même.

En échange, si l’on peut dire, 1 027 Palestiniens, dont 27 femmes, seront libérés. Qui sont-ils ? Comment réagit leur famille ? Vous n’en saurez rien, ou pas grand-chose, en lisant la presse occidentale. C’est un magma sans visage, un sous-groupe des 6 000 Palestiniens toujours en détention dans les prisons israéliennes, dont 280 mineurs (34 ayant moins de 15 ans) – voir comment Israël déclare coupables tous les enfants qu’il arrête –, et 22 membres du Parlement. Certains sont des prisonniers « administratifs », c’est-à-dire détenus sans jugement ; d’autres sont passés par le système judiciaire israélien, dont tous les rapports internationaux confirment qu’il est tout sauf juste, que les détenus sont souvent maltraités, que les preuves de leur culpabilité sont faibles, voire inexistantes. Des dizaines d’entre eux sont à l’heure actuelle en grève de la faim. Et eux, ils n’ont pas de famille ? pas de proches ? Non : ils ne sont qu’un chiffre. Ce sont des Arabes, des colonisés sans visage.

Nicolas Sarkozy fera-t-il autant d’efforts pour obtenir la libération du franco-palestinien Salah Hamouri ? Ou de Marwan Barghouti, dont le seul crime est d’être un nationaliste palestinien ?

vendredi 14 octobre 2011

Mariage royal dans l'intimité nationale au dzong de Punakha… "Tashi Delek" !











Le jeune roi Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, 31 ans, a couronné la reine Jetsun Pema au dzong de Punakha, capitale du Royaume jusqu'en 1955. Ce dzong du 17e siècle avait été ceinturé de drapeaux aux couleurs auspicieuses, selon les croyances bouddhistes. 

Depuis son couronnement en novembre 2008, à la suite de l'abdication de son père, les 700.000 sujets de ce pays, enclavé entre l'Inde et la Chine, attendaient avec ferveur le mariage de leur roi, diplômé d'Oxford et amateur de basketball. Il poursuit depuis trois ans le processus de démocratisation entamé par son père tout en voulant préserver son royaume des méfaits de la mondialisation.

Les fiancés étaient arrivés séparément peu après le lever du jour, au son d'instruments de musique et dans un nuage d'encens, escortés par des processions de moines en robe rouge et d'officiels drapés dans leur gho traditionnel. Des milliers de villageois descendus des montagnes avoisinantes se pressaient dans la matinée aux portes de la forteresse, parés de leurs plus beaux atours dont les origines remontent au 14e siècle. Des spectacles de danse ont été prévus à l'issue de la cérémonie de trois heures. 

La date de leur mariage a été choisie par un lama en fonction de l'alignement des planètes et des signes astrologiques des fiancés. La veille de leur union était une nuit de pleine lune. 


Le roi, qui a souhaité un mariage simple, dans l'intimité nationale, n'a invité aucune tête couronnée ni aucun chef d'État ou de gouvernement. Pas même Stéphane Bern


Présenté comme proche du peuple, le souverain avait annoncé son mariage en mai lors d'une allocution télévisée au parlement. Depuis, sa fiancée l'a accompagné lors de visites dans le pays. Le roi n'hésite pas à tenir la main de Jetsun, une première dans un pays où le sentiment amoureux ne s'affiche pas en public. 

Le quatrième roi de la "Terre du Dragon-Tonnerre", le père de Jigme, avait quatre épouses. Selon Dasha Karma Ura, chercheur au centre d'études bhoutanaises à Thimphu, "la future reine a le potentiel et la personnalité pour asseoir son autorité de femme sur le trône". "Elle a une grande connaissance de la culture bhoutanaise et elle peut servir d'inspiration à nombre de femmes", dit-il.  Le royaume du "bonheur national brut" ne cache pas sa fierté d'avoir su préserver ses traditions. Il n'avait ni routes, ni téléphone, ni monnaie jusque dans les années 1960. Le Bhoutan n'a autorisé la télévision qu'en 1999. Il a toujours la sagesse de sélectionner ses touristes. Monarchie absolue jusqu'en 2008, le pays est désormais une monarchie parlementaire où le bouddhisme continue d'imprégner la vie quotidienne.

Visite au dzong de Punakha











mercredi 12 octobre 2011

Immense soutien au président syrien Bachar al-Assad : "Merci à la Russie et à la Chine"




Ça s'est passé à Damas aujourd'hui 12 octobrevoir les photos  et  وطني سوريا وقائدي بشار - شكراً روسيا والصين

 « Un million de personnes à Damas pour soutenir le régime »… 

« Les Syriens tiennent à leur liberté et à leur indépendance nationale. Le complot étranger échoue face à l'amour du peuple pour ses dirigeants. »

Plus d'un million de personnes se sont rassemblées mercredi dans le centre de Damas en soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad… et aussi pour chaleureusement  remercier de leur soutien la Russie et la Chine contre la malveillance de la France et des États-Unis, leur immixtion activiste dans des actions terroristes internes… Évidemment les télévisions du service public en France ne veulent pas être informées… À moins qu'une sage prudence ait conseillé aux responsables de l'information publique de n'en rien dire… Faudrait pas déplaire et contredire les versions officielles colportées par la bande du Bazar-Henri Lévy






La vie quotidienne à Damas, l'atmosphère qui y règne : Nicolas, un jeune expatrié français âgé de 29 ans, raconte ses six mois de séjour à Damas
« Ça peut paraître paradoxal à un Français de France qui voit le pays comme au bord de la guerre civile, mais, désolé, on se sent beaucoup plus en sécurité à Damas qu'à Paris. »
« C’est d'ailleurs parce que tout ce qu'on nous raconte à ce sujet est faux que ma femme et moi retournons dès demain à Damas avec notre bébé. La Syrie, ce n'est absolument pas l'Afghanistan, ou même l'Irak ! »

Propagande officielle (labellisée BHL)  des médias français : Soirée Arte sur la Syrie : deux heures de stalinisme bobo

mardi 11 octobre 2011

Islamophobie : le piège sioniste…








Le "Collectif contre l’Islamophobie"  organise le 30 octobre à Nanterre,  une conférence sur le thème “Islamophobie, état d’urgence”.

Excellent montage vidéo, qui porte très bien l’idée maîtresse de ce clip….  la nique au "bloc identitaire" par l'exploitation de certaines de leurs images… Un clip qui a l’intelligence de s’appuyer sur des manifestations concrètes d’hostilité à l’égard des musulmans… manifestations d'hostilité et de dénigrement  qui jouent sur des amalgames avec l'extrémisme… dans l'ignorance des musulmans qui étudient, travaillent, élèvent une famille et qui ne demandent qu’à s’intégrer à la Nation française comme le signifie par le choix des couleurs nationales l’affiche annonçant cette manifestation… Une affiche recherchée qui elle encore se moque de ces "identitaires" : ici l'homme comme la femme seraient voilés ? L'autodérision est une arme, à manier avec habilité…

L’infâme De Gaulle a été l’un des pionniers de l’islamophobie en France… Ce thème est aujourd’hui largement exploité par des organisations immanquablement noyautées par des sionistes… Agiter l’épouvantail de l’islamophobie permet d’occulter la subversion sioniste…

Il s’agit d’être vigilants face à cette propagande insidieuse, de ne pas se laisser entraîner dans ce piège sournois… et surtout ne pas pousser au désespoir des musulmans qui manifestement n’adhèrent pas à l’extrémisme djihadiste…

À une autre époque, fin des années trente, c'est une propagande exacerbée inspirée par une volonté de domination des Nations occidentales qui a poussé dans cette guerre désastreuse qui a anéanti l'Europe…

Relayés par les médias investis, les mêmes poussent aujourd'hui à l’islamophobie… S’acharnent sournoisement à détruire les États arabes structurés, sous couvert du slogan du "printemps arabe" propageant l’idéologie démocratiste démagogique populiste du mondialisme, au service d’Israël, pour détourner les regards des exactions commises en Palestine occupée… Tunisie, Égypte, Libye… sont à présent voués au chaos… Les mêmes qui voudraient que la Syrie sombre à son tour…

« Un  "printemps arabe" qui, comme le note Bernard Lugan ce 11 octobre, s’est vite transformé en un "hiver chrétien" […] pour ces 6 à 10% d’Égyptiens coptes, […] ultimes survivants de l’ancienne chrétienté égyptienne qui rassemblait quasiment 100% de la population avant la conquête arabo-musulmane du VII° siècle.  […] Ce qui s’est passé le dimanche 9 octobre au Caire marque […]  un tournant dans la persécution que subit cette communauté. Ce fut en effet l’armée, pourtant théoriquement gardienne de l’ordre et chargée de les protéger qui a froidement massacré les manifestants coptes protestant contre l’incendie d’une de leurs églises. Lançant dans une foule pacifique ses véhicules blindés à pleine vitesse, elle broya 24 personnes et en mutila 200 autres. Face à ce massacre d’Etat les médias officiels ont menti, faisant croire aux Égyptiens que les Coptes avaient attaqué l’armée, laquelle s’était donc trouvée en situation de légitime défense. »



Qui attise l’islamophobie ? Flagrant délit de retransmission de propagande pro-israélienne

Qu’un site tel que JSSNews.com qui s’affirme clairement un webzine d’opinion israélien se fasse le propagateur de l’islamophobie soit… C’est dans la ligne des intérêts d’Israël, personne ne peut le lui reprocher… c'est la mission que s'est donnée ce blog.
Mais qu’un site qui s’intitule «  « Francaisdefrance's Blog » se fasse l’agent d’une puissance étrangère en diffusant les « lettres ouvertes » de JSSNews.com devrait amener à réfléchir quant aux vraies motivations de ceux-là qui prétendraient s’opposer à une invasion de la France… À chacun sa vocation…

Pour info et constat de cette collusion, une lettre ouverte de  JSSNews.com republiée par « Francaisdefrance's Blog » avec invitation à la diffuser aussi largement que possible : Lettre ouverte à Mouloud Aounit, Président du Mrap.

Si un train peut en cacher un autre,  une invasion dénoncée peut en cacher une autre peut-être bien plus dangereuse, car effectivement solidement installée…

Le rêve secret des sionistes et crypto-sionistes faire de Marseille et de Lille de nouveaux Gaza… Exporter la guerre civile dans une Europe investie pour faire oublier les exactions commises en Palestine occupée.



Euro 2012 : Samir Nasri qualifie l’équipe nationale de France


Dernier match qualificatif  pour l'Euro 2012 en Pologne et Ukraine : les Bleus ne doivent leur ticket de qualification qu'à un penalty obtenu et transformé par Samir Nasri. Ainsi Samir Nasri s'inscrit-il définitivement dans la lignée des meneurs de jeu décisifs dans les plus grands matchs, ceux dont dépend le destin d'une équipe…

Samir Nasri est né à Marseille le 26 juin 1987.  Français de souche algérienne, son père est originaire de Constantine, sa mère originaire de Biskra.


Lire sur le site pro-sioniste NovoPress.info : Une conférence contre l’islamophobie pour nous convaincre que les méchants Français sont racistes