Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 18 juillet 2011

À peine descendue de son drakkar…

À peine descendue de son drakkar…
À peine descendue de son drakkar qualifiée pour porter les couleurs « vert et rouge » dans la course aux carottes présidentielles de 2012 voilà que la dame Eva Joly fait  la jolie intéressante… Elle attaque l’armée française et les honneurs qui lui sont rendus par la Nation… On ne peut que se féliciter du tollé ainsi provoqué.

Mais le vrai problème ne me semble pas être celui d’un défilé militaire ou pas… Drakkar ou pas… La vraie question reste le choix du jour lui-même… Le 14 juillet, un jour qui ne peut qu’évoquer une populace exhibant au bout de piques des têtes tranchées … Celles  du marquis Bernard-René Jordan de Launay et de six des siens. Même si hypocritement, l’on nous affirme que c’est de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qu'il s'agit et que l’on commémore… Toute référence à cette période au moins aussi sanglante que celle qui a suivi la Libération devrait être proscrite… Une fête nationale devrait effectivement fédérer.  Et à cela personne n'y songe… Rappelons que, jusqu'en 1880, la fête nationale française était célébrée le 15 août, jour de l'Assomption de la Vierge Marie…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire