Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

samedi 29 janvier 2011

Décrypter l'actualité avec Céline…

Et si cette possible offense à la sensibilité des fils des victimes de la déportation n’était qu’un alibi ? Louis-Ferdinand Céline reste dangereux… Céline parle le plus souvent au présent… à l’indicatif… Il parle dans le langage familier de notre confrontation au quotidien. De l'actualité. Dans certaines de ses œuvres ces références à l’actualité foisonnent. Un des apports majeurs de Céline, c’est de nous fournir des clefs de décryptage du maquillage de cette actualité. Décryptage de ce que voudraient nous faire gober les maîtres des médias et leurs commanditaires… Voici une vidéo édifiante qui nous fournit une excellente illustration de l’opportunité de fréquenter sans retenue l’œuvre de Céline… Un antidote aux manipulations de l’opinion… Salutaire…

"La TV est l'outil le plus dangereux actuellement contre les intérêts du peuple, voire des peuples. Les menteurs se multiplient et sont omniprésents sur vos chaînes aussi bien privées que publiques. La magouille est reine, la tromperie princesse, le mensonge roi."




vendredi 28 janvier 2011

Un vent de liberté…

Ils ont tenté de bâillonner Louis-Ferdinand Céline ! … Respirons à pleins poumons… Goûtons jusqu’à l’ivresse à la bonne littérature. Sans réticence… Sans scrupules… Sans plus aucun arrière-goût moralisateur… Ce nouvel acte de terrorisme compassionnel nous libère de toutes chaînes… N’exige de nous plus aucune compromission. On ne répond au terrorisme qu’en faisant face. Dès lors, seule compte la littérature. Est seul absolu le talent… La morale c’est du relatif… Couvain de totalitarisme. Les idées ne sont que point de vue… Seule vaut, nous intéresse l’art avec lequel elles sont exprimées. Céline est franc, net, brutal, excessif… Avec tous, envers tous… Même avec ses amis, ceux qui l’ont le plus aidé dans la misère de son exil danois… Sa tendresse n’avait de constance qu’envers ses chats, ses chiens, les oiseaux, les enfants, les malades, les pauvres gens… Qui que nous soyons, nombreuses sont les pages de Céline qui nous interpellent, nous confrontent à notre médiocrité, notre connerie, notre lâcheté, notre avarice, notre mesquinerie, notre grégarisme, notre méchanceté, nos superstitions, nos ambitions … … Nul ni aucun travers n’y échappe… Pourquoi donc le juif prétendrait y échapper lui seul ? Concédons qu’il n’inspire pas les meilleures pages de l’œuvre de Céline… Céline est tellement plus attrayant lorsqu’il parle des pauvres gens, des vieux, des enfants, des malades, l’hiver pendant les privations de l’occupation… Témoin ces pages poignantes du dernier chapitre de « Les Beaux Draps ». Est-ce là la justification d’une telle furie ? Céline n’est pas forcément meilleur lorsqu’il se déchaîne contre les catholiques… Vouloir accaparer le premier rang dans l’inspiration de l’écrivain, encore quelle stupide prétention !

Merci infiniment pour cette incitation, cette invitation à lire ou relire Céline. Et puisque certains juifs prétendraient toujours occuper les premières places, soyons bon enfant, donnons-leur satisfaction… Ils le méritent bien, vu l’extraordinaire service qu’ils rendent aujourd'hui à la renommée de Céline… À l’éveil de la curiosité de ceux qui ne l’auraient pas encore découvert… Qu’ils découvrent cette œuvre immense, foisonnante : « Bagatelles pour un massacre »… Qu’ils ouvrent « L’École des cadavres », avec ces quelques lignes, parmi les quelques passages où les juifs tiennent quelque rôle, passage que notre préposé à la culture aurait été bien inspiré de relire avant de prendre sa piteuse décision… À moins… à moins… à moins que Frédéric Mitterrand ne soit vraiment pas aussi niais qu’il s’amuserait à le faire croire… Sacré Frédo ! Avec tes « boxeurs de quarante ans », Laurence Ferrari en a, elle aussi, pris plein la calandre…
« Pour le noyé tout ce qui flotte devient miracle, le pire chien crevé. Le Goye plongé, tourbillonné dans le prodigieux, torrentiel percutant carnaval juif, a perdu tout discernement, et même toute velléité de discernement. Il ne réagit plus. Il ne se doute même plus qu’il n’existe plus. Il est trop minutieusement entrepris depuis l’école, depuis le lycée, depuis trop long- temps accaparé, robotisé, implacablement sonné, du berceau jusqu’à la tombe. Dès qu’il entr’ouvre un œil, qu’il prête la moindre oreille au plus furtif écho du monde, il ne s’attend plus à autre chose qu’à des vérités juives, des mots juifs, des rythmes juifs, des transes juives, des charabiateries juives, des croisades juives. Il est fixé comme un poisson dans sa friture. Ce qui n’est pas juif peut seul encore, par extraordinaire inversion, le mettre en état de rébellion, d’hostilité, tellement il est devenu juif, synthétiquement par persuasion. Tout lui parvient toujours du monde extérieur, inexorablement, infailliblement, invinciblement juif. Il n’est plus que le somnambule des volontés juives. Il a tout perdu dans la prodigieuse vacarmerie juive, jusqu’à la velléité de se retrouver, de retrouver sa personne, son âme, sa volonté... Le Juif l’emmène où il veut, comme il veut.
Les démocraties ne sont que les dominions de Tintamarrerie ahurissante juive, prodigieux, stratosphérique tambourinage et gigantesque accompagnement de notre appareil de torture et de servitude. Absolument irrésistible. Quels sont les patrons de ce cauchemar? Les banques juives, la conjuration des rabbins, l’Intelligence Service (grande productrice de guerres et de révolutions), l’Angleterre judéocratique, la Cité, toute aux juifs ».
Louis-Ferdinand Céline, « L’École des cadavres » (1938), Éd. de la Reconquête, pp. 38-39

jeudi 27 janvier 2011

La PUT sévit : Céline censuré

« Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent. » 
Bossuet

La PUT (calmons les malcomprenants chatouilleux, rien de coquin ici ! il s'agit cette putain de : « pensée unique totalitaire »)… je disais donc, la PUT… a encore sévi… Louis-Ferdinand Céline encore censuré... Épuré… Par un pusillanime préposé aux affaires culturelles de France. Pusillanimité face aux injonctions d'un terrorisme intellectuel. Terrorisme de la compassion. Le plus insidieux. Mais l’ampleur de la réaction à cet attentat contre les lettres françaises se dresse magnifique… Merci pour Louis-Ferdinand Céline. Fasse que Louis-Ferdinand Céline dérange encore… Louis-Ferdinand Céline n'en est que plus vivant… Louis-Ferdinand Céline n'en sort que plus grand… "Céline, prophète", comme le clame Robert Brasillach, le poète assassiné… Relisons Céline, tout Céline !!! Ce qu'il écrit reste plus que jamais vrai et d'actualité. En cette année 2011, cinquante ans après qu'il ait quitté ce monde pourri, célébrons Céline !!!  Que 2011 soit une année Céline…

On trouvera un large éventail des réactions à cette put initiative, avec liens aux articles originaux dans "Le Petit Célinien"… À ma connaissance la meilleure référence pour suivre cette affaire, ses développements, l’année Céline…

mercredi 26 janvier 2011

Négationnisme officiel et récurrent pour les crimes du communisme

Bernard Antony, président de l’Institut du Pays Libre, communique :

On ne célèbre pas Céline, mais alors il faut aussi arrêter de célébrer Aragon !

Monsieur Serge Klarsfeld a obtenu du ministre de la culture Frédéric Mitterrand que, bien qu’il ait été un très grand écrivain, Louis-Ferdinand Céline soit retiré de la liste des célébrations nationales. Mais est-il possible alors que l’on puisse tolérer que des rues et des places et des lycées et des collèges puissent encore porter le nom de Louis Aragon ? Ce dernier fut quelquefois à ses heures un délicat poète et un romancier de talent. Mais il fut tout au long de sa vie un atroce laudateur de toutes les abominations et exterminations communistes. Véritable crapule stalinienne, honoré pour sa servilité, il n’était pas seulement le thuriféraire du gigantesque assassin du Kremlin mais il hurlait à la mort, il en rajoutait de la manière la plus vomitoire qui fut.
Alors qu’à la Loubianka, siège de la Tcheka et de ses appellations successives en NKVD, G.P.U. (Guépéou), puis KGB, on torturait, on « liquidait » des centaines de milliers de victimes (et au final, chiffre russe officiel : cinq millions d’assassinés) Aragon écrivait : « J’appelle la terreur du fond de mes poumons » (La révolution surréaliste – 1925).
Cette crapule bolchevique confirmait cette aspiration sanguinaire : « L’éclat des fusillades ajoute au paysage une gaieté jusqu’alors inconnue : ce sont des ingénieurs et des médecins qu’on exécute. » (Front rouge – 1930).
Alors que des millions de Russes, de Baltes et d’Ukrainiens mourraient au goulag, dans les famines et les exterminations de masse, ce chouchou de nos médias, qui dénonçait et condamnait ses anciens amis surréalistes qui déplaisaient à Staline, n’hésitait pas, ô le doux poète, à confier : « Je chante le Guépéou qui se forme en France à l’heure qu’il est. Je chante le Guépéou nécessaire à la France ». Ce Guépéou était d’ailleurs nécessaire aussi à l’Allemagne nazie ! Car au moment de la lune de miel entre Staline et son compère Hitler, ce dernier envoya à l’invitation du premier les cadres de la Gestapo se faire instruire par le Guépéou. Faut-il préciser que, se félicitant des exterminations des « koulaks » et des peuples honnis par Staline, Aragon, prix Lénine de littérature en 1957, ne broncha pas non plus à la nouvelle de l’élimination des médecins juifs du fantasmagorique « complot des blouses blanches » qui annonçait une grande vague d’extermination antisémite que le rappel au diable de Staline évita ?
Mais alors que Céline fut pendant longtemps un réprouvé et un maudit, Aragon, lui, se vautrait dans les palaces et les honneurs. Avec le manque total de vergogne qui le caractérisait, François Mitterrand le décora lui-même de la légion d’honneur le 19 novembre 1981.
On attend maintenant pour le moins de Frédéric Mitterrand, de l’ensemble du gouvernement et des collectivités que Louis Aragon qui, pendant un demi-siècle, mit son talent au service des crimes contre l’humanité du communisme soit banni de l’honneur public des rues et des édifices et que nul négationnisme de son abjection n’entrave la nécessaire révision de la manière dont on l’évoque dans les livres scolaires.

mardi 25 janvier 2011

La France LICRAtisée…

Sur son blog "La France LICRAtisée", Anne Kling se félicite avec lucidité pour la gloire de Louis-Ferdinand Céline de cette bévue aussi imbécile que servile  de Frédéric Mitterrand :
Comme on pouvait s’en douter, le « ministre » de la culture s’est couché de tout son long devant les injonctions crifiennes et klarsfeldiennes réunies. Mais c’est bien, très bien, même. Céline s’en remettra sans peine et y trouvera même vraisemblablement de nouveaux lecteurs, qui n’étaient pas très au courant mais vont à présent s’y intéresser de plus près.
Et puis, on en arrive tellement au stade de la caricature dans les exigences formulées et les empressements serviles à y répondre qu’il faut ça pour dessiller certains yeux qui n’avaient pas encore saisi l’ampleur de la chose. En ce sens, ces dérisoires polémiques, parfaitement à l’image d’un pouvoir lui-même minable, sont des plus utiles et nécessaires.
À la place du CRIF (dont l’assoce de Klarsfeld fait partie), je lirais attentivement les commentaires qui accompagnent l’affaire, sur des sites « honorables », traduire, pas les nôtres. Et si j’avais pour deux sous de bon sens, ça me donnerait à réfléchir. Pour le moment, ils sont encore juchés sur le Capitole. Mais à ce train-là, la roche tarpéienne se rapproche de plus en plus ...
Tenez, prenez juste ces deux commentaires-là, à la suite d’un article du Monde. Ils résument assez bien  la tonalité générale :
« Remercions tout de même Frédéric Mitterrand, ridicule histrion qui tient plus du mauvais théâtre de boulevard que du gouvernement français, pour une chose : je suis sûr qu'il aura donné envie à plus d'un de ressortir Céline de leur bibliothèque. Nota : on peut apprécier à la fois Montaigne, Flaubert, Stendhal et Céline. C'est mon cas. »
 « Ce qui m'impressionne, c'est le pouvoir de Mr. Klarsfeld. Il suffit que le Monde relaye ses états d'âmes et tout le monde s'agenouille, que dis-je, se couche. J'espère qu'il va bientôt être fâché par le comportement d'Israël envers les Palestiniens. Peut-être cela changera-t-il quelque chose. » Le Monde : Frédéric Mitterrand fait volte-face et écarte Céline des célébrations de 2011
Pour (re)découvrir un maximum d'infos et de citations de Céline, je vous conseille ce site ami :   http://www.celineenphrases.fr/index.htm

lundi 24 janvier 2011

Céline, prophète : travailler plus, travailler moins… les 35 heures…

Je vois venir les “jeunes redresseurs”… comme ci… comme ça bureaucrates, pleins de virulences et d’entregent, prêchi-prêcheurs… pleins de bonne foi, de pétulance… Qu’ils ont du Travail plein la gueule, et du flan aussi… Le Travail-salut ! le Travail-fétiche ! Travail-panacée-des-tordus ! Le Travail remède la France ! Travail toutes les sauces !... Les masses au Travail ! bordel foutre ! Les pères au travail ! Dieu au travail ! l’Europe au travail ! Le Bagne pour tous ! Les fils au travail ! Mémères au boulot ! Faut que ça fume ! La grande ivresse des emmerdeurs ! L’intention est excellente… mais faut penser aux “pas abstraits”, à ceux qui vont trimer la chose… ceux qui sont pas dans les bureaux en train de se griser de statistiques, d’épures prometteuses… Ceux qui vont les exécuter les hauts projets miroboliques, qui vont se farcir les mornes tâches au fond des abîmes de charbon… qui vont s’ahurir à la mort autour des chignolles tréfileuses dans le bacchanal âcre des fabriques, toute la vie dans le relent d’huile chaude. C’est pas marrant le tangible…
Pardon !... Pardon !... faut réfléchir !... faut se demander où ça nous mène ?... si tout ça c’est pas l’imposture, une façon de se débarrasser… On dit que la machine rend méchant… le contraire serait une rude surprise. C’est anti-humain au possible de foutre comme ça dans les rivets, les générations montantes, les mitoyennes, les fléchissantes, dans les enfers de quincaille pendant des jours, des années, toute la vie… sans issue probable… sans musique… l’hôpital à la fin de vos jours.
Qui va là-dedans pour son plaisir ? Sûrement pas nos chers visionnaires, nos gentils ardents redresseurs, tout épargnés par leur culture, leur bel acquit, leur position.
L’usine c’est un mal comme les chiots, c’est pas plus beau, pas moins utile, c’est une triste nécessité de la condition matérielle.
Entendu, ne chichitons pas, acceptons vaillamment l’usine, mais pour dire que c’est rigolo, que c’est des hautes heures qu’on y passe, que c’est le bonheur d’être ouvrier, alors pardon ! l’abject abus ! l’imposture ! l’outrant culot ! l’assassinat désinvolte ! Ça vaut d’appeler les chiots un trône, c’est le même genre d’esprit, de l’abus sale.
Bien sûr on peut pas supprimer, l’usine dès lors étant admise, combien d’heures faut-il y passer dans votre baratin tourbillant pour que le boulot soye accompli ? toutes les goupilles dans leurs trous, que vous emmerdiez plus personne ? et que le tâcheron pourtant crève pas, que ça tourne pas à sa torture, au broye-homme, au vide-moelle ?...
Ah ! C’est la question si ardue… toute délicate au possible. S’il m’est permis de risquer un mot d’expérience, sur le tas, et puis comme médecin, des années, un peu partout sous les latitudes, il me semble à tout bien peser que 35 heures c’est maximum par bonhomme et par semaine au tarabustage des usines, sans tourner complètement bourrique.
Y pas que le vacarme des machines, partout où sévit la contrainte c’est du kif au même, entreprises, bureaux, magasins, la jacasserie des clientes c’est aussi casse-crâne écoeurant qu’une essoreuse-broyeuse à bennes, partout où on obnubile l’homme pour en faire un aide-matériel, un pompeur à bénéfices, tout de suite c’est l’Enfer qui commence, 35 heures c’est déjà joli. La preuve c’est qu’on voit pas beaucoup des jeunes effrénés volontaires s’offrir à la conduite des tours, des fraiseuses racleuses chez Citron ou chez Robot C°, pas plus que de commis éperdus mourant d’adonner leur jeunesse à l’étalage chez Potin. Ça n’existe pas. L’instinct les détourne.
Attention à forcer l’instinct ! C’est ça qui nous rend impossible ! Malheureux indurés canailles, qu’on sait plus par quel bout nous prendre, culs-de-jatte sur tabourets d’horreurs, chevillés aux cent mille chignolles, tordus complotiques à binocles, myopes de régularité, monotones à dégueuler. Taupes de jour.
Il faudrait rapprendre à danser. La France est demeurée heureuse jusqu’au rigodon. On dansera jamais en usine, on chantera plus jamais non plus. Si on chante plus on trépasse, on cesse de faire des enfants, on s’enferme au cinéma pour oublier qu’on existe, on se met en caveau d’illusions, tout noir, qu’est déjà de la mort, avec des fantômes plein l’écran, on est déjà bien sages crounis, ratatinés dans les fauteuils, on achète son petit permis avant de pénétrer, son permis de renoncer à tout, à la porte, décédés sournois, de s’avachir en fosse commune, capitonnée, féerique, moite.
Louis-Ferdinand Céline : Les Beaux Draps (1941), Éd. de la Reconquête, pp. 144 à 147

dimanche 23 janvier 2011

Louis-Ferdinand Céline nous parle…

… moi je veux bien qu’on partage ! Mais moi j’ai jamais demandé mieux ! Là ! Mes quatre sous sur la table  ! Tout de suite encore ! Et bien gagnés ! je vous affirme... dans la quarante-troisième année de son âge !... Pas extorqués du tout au peuple. Jamais touché un petit sou qu’il n’ait gagné 120 fois ! Toutes ses études en bossant, Ferdinand, d’un patron dans l’autre... vous savez ce que cela veut dire... à la sauvette avant la guerre... Pas né dans la bourgeoisie... jamais mis une heure au lycée... de la communale   au  tapin !… Je te connais bien petit bonhomme !... Et youp là fier bambin !... Il marne depuis I’âge de douze ans !... 22 patrons Monsieur, 22... Ils l’ont tous foutu à la porte !... Il en a encore deux ou trois !... et même quatre pour mieux dire... Ils se tâtent pour le balancer... Ils le considèrent troublement... Ferdinand a l’habitude. Il était fourgué aux patrons corps et âme avant sa naissance, comme tous les pauvres... Il a toujours, Messieurs, Mesdames, volé ! Racheté ! Sa vie au jour le jour !... au fur à mesure... fait semblant d’être avec les autres... au banc de galère... Travaillé pour les singes d’une main, de l’autre pour sa tête personnelle... et bien soucieux que nul n’en sache !... Il s’est caché dans les chiottes, il avait l’air d’aller se poigner, pour préparer ses examens... Je vous le dis tel quel... Ils sont méchants les frères de classe dès qu’on essaye de s’affranchir, ils sont pires que tous les patrons, comme jalousie, fiel et lâcheté... Ainsi les bachots... la médecine... et puis le “ Voyage “ en plus, si ça ne vous fait rien... pas par des sentiers, je vous prie, qui passaient par les Ministères. Toujours il a racheté, arraché sa vie, Ferdinand, d’un petit sursis à l’autre... d’un jour à l’autre... par cent mille ruses... et miracles... Il a fallu voler ma vie... et cependant jamais libre... Chaque matin on venait me la reprendre... ce qu’il en reste... c’est régulier... Quand j’entends des piafs installer, parler de leurs inouïes épreuves, de leurs effroyables aventures !... Putain de dieu ! J’en cramoisis !... Plats superficieux petits crabes ! Si moi je voulais causer... Quels  papiers je  pourrais montrer ! Quels passeports m’ont sorti du Bain... Eh ! bien Monsieur, ça m’est égal !... Je veux bien tout remettre sur la table. Si l’on partage “ absolument “. Pas autrement ! Par exemple ! Absolument ! je répète et tout de suite !... Moi je me sens communiste sans un atome d’arrière-pensée ! “ Car vois-tu chaque jour communiste davantage ! Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain... “ Vous connaissez ce mirliton ? Mais alors tout le monde ! Et ensemble... j’insiste ! Sans exception !...    aucune ! Sans sursis !... pas une fausse note ! Pas un soupir dans ce grand chœur ! Je me sens communiste de toutes fibres ! De tous les os ! De toute barbaque ! Et c’est pas le cas pour bésef !
Ce qu’on appelle communisme dans les milieux bien avancés, c’est la grande assurance-nougat, le parasitisme le plus perfectionné des âges... garanti admirablement par le servage absolu du prolétariat mondial...
Louis-Frerdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, Éd. de la Reconquête, pp. 99-100

samedi 22 janvier 2011

Actualité d'Albert Paraz : pour « un gang des basculeurs de légendes »





Albert Paraz parle de Cendars, de Bernanos, de Marcel Aymé, du Maréchal Juin, pied-noir comme lui… Comme Ferdinand, il raconte des histoires en riant. Il a le goût du comique et de l’érotisme hilare. Il applique son esprit critique à tout ce qui l’entoure et le touche…

Paraz a conçu un projet de rectification historique urgente et salvatrice. Révolté par la mise en condition à laquelle l’intelligentsia terroriste au pouvoir soumet la France et par son acharnement à donner aux jeunes générations une image manichéenne totalement fausse des évènements, il souhaite la création d’un
« gang des basculeurs de légendes ».
[d’après Pierre Monnier alias Chambri : « Ferdinand Furieux, avec trois cent treize lettres de Louis-Ferdinand Céline », p. 73 (écrit en 1979).]


Albert Paraz : « Céline est le plus gigantesque écrivain de tous les temps !… Ceux qui ne le savent pas sont des cons !… » (dessin de Chambri). Pierre Monnier ajoute (op. cit. p. 258) : « … on ne doit jamais plaisanter avec les cons ». Dès 1924, dans sa thèse de doctorat en Médecine, Louis Destouches avait constaté : « … la bêtise est une force indomptable ».



vendredi 21 janvier 2011

À Notre Bon Roi Louis XVI


"Pie Jesu" du Requiem de Charles Gounod chanté par la Maîtrise des Hauts de Seine, direction Francis Bardot


 Notre Bon Roi Louis XVI a été assassiné le 21 Janvier 1793 par les crapules révolutionnaires. Du Ciel où Il est Il prie pour nous et pour la France. Que son Précieux Sang injustement versé ne retombe pas sur nos têtes !

« Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s'achève ce qu'on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c'est un répugnant scandale d'avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l'assassinat public d'un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s'en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du Roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu'ici, se mêlait à l'histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n'y a plus de Roi. Il n'y a donc plus qu'une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.
Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l'Évangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s'est pas encore relevé. Il semble vraiment que l'exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s'est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s'accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu'il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s'identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu'il soit bien dit que l'attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l'incarnation divine, et non la chair effrayée de l'homme. Son livre de chevet, au Temple, est l'Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l'échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n'est pas Capet qui meurt mais Louis de droit divin, et avec lui, d'une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa « ressemblance » avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : « Je boirai, dit-il, le calice jusqu'à la lie ». Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau. »
 Albert Camus, L'homme révolté, La Pléiade, p. 528-529



vendredi 14 janvier 2011

Hé ! qu'as-tu fait de ton fusil ?

1940… la grande panique
Hé ! qu'as-tu fait de ton fusil ?
Il est resté au champ d'Honneur !
 
Louis-Ferdinand Céline : Les Beaux Draps, Éd. La Reconquête, p. 17

Ils ne savent même plus tuer un lapin

Un édiorial fort de Philippe Régniez dans la Lettre électronique publiée par  Les Éditions de La Reconquête :

Ils ne savent même plus tuer un lapin

L’Histoire est simple, terriblement simple, et ce serait déjà bien suffisant si elle n’était pas terrible.

Bon, nous connaissons le vaste chantier de destruction de l’Occident chrétien entreprit avec la Révolution française. Après, le cahot des guerres fratricides est venu rythmer cahin-caha le développement des nations créées sur la fameuse table rase jusqu’au premier affrontement mondial, cette boucherie orchestrée par les princes de l’usure. Y furent éliminés une grande partie des élites, dans tous les domaines, des nations qui prirent part au conflit. Mais il en restait toujours, et comme ceux-là menaçaient de refonder une Europe forte basée sur les nations, un deuxième affrontement mondial fut financé par les mêmes. Une bonne partie de ce qui restait des élites et des guerriers fut laminée dans le combat contre l’ogre bolchevique. La guerre mondiale fut perdue par les nationalistes dont beaucoup connurent la bienveillante justice des vainqueurs. Mais, il en restait toujours, on les envoya dans des endroits impossibles au Tonkin et ailleurs. Bien entendu, on commençait à voir la portion congrue des guerriers et des élites, celle qui avait survécu et que l’on envoya en Algérie, et ainsi de suite.

Cependant, en Europe, à grands cris de « plus jamais ça », de culpabilisations et de repentances, on castrait joyeusement un matériel humain pas bien costaud, pas bien solide sur ses jambes. Et puis, pour être certain que ne renaîtrait pas un sauveur ou une Jeanne d’Arc, on perpétrait à nouveau par l’avortement le Massacre des Innocents, perpétuel celui-là, crime d’État financé par les impôts de ceux qui en sont les victimes. Spirituellement, on balançait un Vatican II aux conséquences désastreuses, la dignité et la fierté catholiques ainsi que l’esprit des croisades étaient mis à terre. Alors, sans armes, sans uniformes et sans violence apparents on fit envahir la vieille Europe, peu à peu et de manière croissante, par des hordes de barbares hébétés et brutaux qui salissent et qui cassent tout ce qu’ils touchent, et cela se passe sans problème aucun, car l’homme européen ne sait plus tuer. Il ne sait déjà plus tuer un lapin, le sang lui fait peur, alors tuer un barbare qui viole sa sœur ou sa mère… Au fil des générations le système nerveux des Européens, déjà rendu débile par une consommation excessive d’alcool, a été annihilé, ce n’est plus qu’une carcasse avec de la viande dedans et des pulsions consommatrices.

Dès que l’on énonce le simple fait qu’il faudra bien tuer tous ces envahisseurs qui chaque jour dévoilent un peu plus le pan de leur volonté de conquête, si on ne veut pas disparaître ou leur servir de porteur d’eau, on rencontre des regards apeurés d’effarés qui vous prennent pour un fou, tandis que dans ce qui leur reste de cervelle on peut voir cliqueter les étincelles des réflexes pavloviens « plus jamais ça, homme blanc = criminel exploiteur universel, etc. ».

L’homme blanc ne sait plus tuer, il ne sait plus tuer un lapin, il sait encore moins tuer son ennemi. C’est là son problème fondamental.

Philippe Régniez, Lettre électronique des Éditions de la Reconquête  www.editionsdelareconquete.com

mardi 11 janvier 2011

Négation délibérée de nos racines idéologiques par la Commission européenne

Pour la Commission européenne, Noël n’existe pas : un acte de discrimination absolument scandaleux…
La Commission européenne a produit plus de trois millions d’exemplaires d’un agenda aux couleurs de l’Union européenne pour les écoles secondaires : cet agenda comprend la mention des fêtes juives, hindoues, sikhs et musulmanes, mais aucune fête chrétienne n’y est signalée. La fête de Noël, par exemple, que l'on s'apprête à célébrer dans l’Europe entière, est tout simplement absente de cet agenda.
« La religion chrétienne subit ici une attaque directe et violente de la part de la Commission européenne, s’indigne Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate. Un tel acte de discrimination est absolument scandaleux. »
« Comment peut-on à ce point nier l’histoire, et nier notre réalité actuelle ? poursuit la Présidente du Parti Chrétien-Démocrate. Le christianisme a joué un rôle fondamental dans la construction de l’Europe, il est la religion de nombreux européens aujourd’hui. Reconnaissons simplement les faits. L’Europe doit prendre conscience de ses propres racines chrétiennes et du rôle public de la religion : il ne s’agit pas de nier les exigences d’une juste et saine laïcité, mais de ne pas la confondre avec un laïcisme idéologique. »
 Christine Boutin a fait part de son inquiétude et de son indignation au Commissaire responsable, Monsieur John Dalli, au Président de la Commission européenne, Monsieur José Manuel Barroso, et au Ministre auprès de la ministre d’Etat chargé des Affaires européennes, Monsieur Laurent Wauquiez.

Lettre de Christine Boutin à José Manuel Barroso (23/12/2010)

À l’attention de Monsieur José Manuel Barroso
Président de la Commission européenne

Monsieur le Président,
Comme vous le savez, la Commission européenne a produit plus de trois millions d’exemplaires d’un agenda aux couleurs de l’Union européenne pour les écoles secondaires. Cet agenda comprend la mention des fêtes juives, hindoues, sikhs et musulmanes, mais aucune fête chrétienne n’y est signalée. Même la page du 25 décembre est vide…
Comment une telle discrimination est-elle possible ?
Mon inquiétude, mon incompréhension, et même mon indignation sont grandes.
La Commission européenne peut-elle prétendre à un oubli ? Mais comment peut-on involontairement omettre de mentionner la fête de Noël, célébrée à travers toute l’Europe par de nombreuses personnes même non-chrétiennes ?
Vraiment, je ne peux l’accepter.
Au nom de la vérité, au nom de la reconnaissance de ce qui a été et de ce qui est, je ne peux l’accepter. Le rôle de la religion chrétienne dans la formation de l’Europe est un fait historique indéniable, et il est aberrant qu’un agenda réalisé par la Commission européenne ne la mentionne d’aucune façon. Comment est-il possible d’affirmer que cet agenda constitue une « mine d’informations sur l’Union Européenne », en ôtant toute référence au christianisme ? Comment prétendre instruire des jeunes sur l’Union européenne en niant une religion qui a tant contribué à sa construction et à son unité ?
Ensuite, je ne peux l’accepter, au nom d’une grande partie de la population européenne dont le christianisme est la religion. Je refuse que soit ainsi nié, oublié ce qui revêt une importance si grande dans la vie de toutes ces personnes, ce socle de valeurs et de convictions qu’elles ont en commun.
Enfin, je ne peux l’accepter, au nom des millions de chrétiens persécutés et tués à travers le monde en raison de leur foi. Comment l’Europe peut-elle faire preuve d’une ignorance totale vis-à-vis d’une religion au nom de laquelle ils souffrent et meurent, vis-à-vis de fêtes qu’ils ne peuvent célébrer qu’au péril de leur vie ?
En espérant votre soutien en faveur d’une Europe qui promeuve le dialogue entre les religions, et qui valorise le rôle et l’apport de chacune dans la construction d’une société de paix, de prospérité et de tolérance, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes sincères et respectueuses salutations.
Christine BOUTIN
Ancien Ministre

En copie à MM. John Dalli, Herman Von Rompuy, Jerzy Buzek et Wilfried Martens

dimanche 9 janvier 2011

Aller où ? La France…

 « Il avait dix-huit ans. Il avait gagné assez d’argent pour réaliser le seul souhait que Paris lui avait inspiré : aller ailleurs. Ce qu’il avait fait.
Mais il était revenu quand même, longtemps après. La France, pour lui, avait quelque chose de creux, de glacé, de sénile, qui convenait à son peu de sociabilité et qu’il n’avait vu que là. »
Tony Duvert : Quand mourut Jonathan, p. 185

Éclairer la genèse de l'islam




Comprendre l'islam, voire démythifier l'islam est un impératif pour qui veut répondre lucidement tant au défi terroriste intégriste contemporain qu'à la progression de l'islam, notamment en Europe. L'islam serait-il une religion fondamentalement différente des autres religions monothéistes ? Les liens entre la Bible et le Livre de l'islam sont généralement admis. Mais quel est le degré de ces liens ? Peu de fidèles sont capables de répondre clairement. Les similitudes entre le Lévitique et les interdits de l'islam frappent quiconque est informé des pratiques de l'islam.Pourquoi le fils sacrifié par Abraham se nomme-t-il Isaac dans la Bible alors que les musulmans célèbrent le jour de l'aïd-el-kébir l'immolation d'Ismaël ? Pourquoi les tableaux eschatologiques deviennent-ils si puissants et impressionnants, enchanteurs ou menaçants, dans le livre de l'islam ? Discours eschatologique qui se perpétue, suscite et explique les vocations kamikazes contemporaines. Comment l'incitation au combat contre les infidèles a pu être justifiée, comment l'interpréter replacée dans un contexte historique ? Quelle est la valeur de l'argument facilement ignoré des non musulmans mais majeur pour la plupart sinon tous les musulmans, celui de la prééminence de la dernière des religions révélées. ? À toutes ces interrogations la recherche de Joseph Bertuel répond magistralement. À l'heure actuelle à ma connaissance, la lecture d'aucun ouvrage ne peut être plus bénéfique pour qui veut comprendre l'islam et aborder son étude sans préjugé, conformisme ou crainte. Par ses recherches, Joseph Bertuel tente de rétablir une chronologie perturbée par le classement ousmanien et ainsi suivre le film d'une prédication replacée dans le contexte historique de ses protagonistes. Par un examen comparatif minutieux des textes sacrés, il offre une base de réflexion unique à qui veut comprendre les relations passées, présentes et futures entre chrétiens, juifs et musulmans. Loin d'opposer le livre de Joseph Bertuel intelligemment utilisé pourrait être un instrument puissant et indispensable d'apaisement. Encore faudrait-il que les uns et autres acceptent de l'examiner sans passion et avec toute l'humilité requise par la révélation de son histoire.

Comme le montre Joseph Bertuel, il y aurait bien eu volonté de judaïsation des Arabes (avec toutes les distances imposées par le "peuple élu"). Mais en passant de la Bible, en fait "les Livres", au Livre unique, le Livre au-dessus de tous les autres, on propose une religion encore plus rigide. Cet absolu est définitivement établi avec la manipulation ousmanienne qui extrait la prédication de tout son contexte historique, les circonstances du prêche, ses protagonistes, l'évolution et la conquête des auditeurs...

De même que les juifs acceptent une longue histoire à travers les Livres, que les catholiques éclairés acceptent une filiation avec les esséniens, le zoroastrisme voire le brahmanisme et le bouddhisme, de même les musulmans devront accepter l'histoire de la genèse de leur religion. Rien de tout cela n'enlève quoi que ce soit à la foi. Il ne s'agit que d'une acceptation des faits historiques et des circonstance fondatrices. Loin de détruire, il s'agit de consolider et d'unir. Le fond de la croyance est unique. Les divergences sont contingentes, inhérentes aux populations, à leur culture, à leur histoire. Sauf si l'on utilise délibérément une religion à des fins d'identification communautariste et politiques , mais là on s'écarte définitivement du sacré...

Les travaux que je voudrais citer ici sont ceux de JOSEPH BERTUEL :

L'ISLAM T1 - SES VÉRITABLES ORIGINES, UN PRÉDICATEUR À LA MECQUE

L'ISLAM T2 - SES VÉRITABLES ORIGINES, DE LA MECQUE À MÉDINE

L'ISLAM T3 - SES VÉRITABLES ORIGINES, VERS L'ISLAM ARABE AUTONOME

Une lecture du livre de Joseph Bertuel mérite cependant quelques remarques de forme préalables. L'hypocrisie du langage "poco" n'avait pas encore déferlé… Cette lecture devrait s'attacher au fond en sachant faire abstraction d'un ton polémique désuet au regard du "politiquement correct" contemporain. Un ton souvent quasi célinien, qui malheureusement en cette matière, surtout dans le premier tome pourrait nuire auprès de certains à la démonstration et à la rigueur de l'établissement des faits. Le ton s'infléchit avec les tomes suivants notamment le troisième...

Au-delà de la nature et des origines de l'islam par ce livre se poserait en toile de fond la question de tout prosélytisme, de l'action des missionnaires, de leur éthique.On s'interrogera sur la déontologie de l'évangélisation de certaines églises chrétiennes congrégationalistes actuelles. Certaines de ces églises ne rejoignent-elles pas par leur radicalisation les intégristes musulmans ? On s'interrogera et on pourra comparer, établir des rapprochements et des différences fondamentales entre l'action des missionnaires à la conquête des peuples des Amériques, d'Afrique, voire d'Asie et cette relation de la conquête des Arabes par la Bible...

D'autres travaux bien plus anciens (scandinaves, mais il faudrait que j'en retrouve les références) font aussi état d'informateurs du Prophète. Parmi eux un moine chrétien aurait joué un certain rôle... La réalité est sans doute qu'il existait des rivalités autant politiques et économiques que spirituelles entre chrétiens et juifs pour conquérir une population païenne en ce carrefour commerçant important qu'était la Mecque déjà également lieu d'un pèlerinage polythéiste très actif... Ainsi même le pèlerinage ne serait pas une novation de l'islam...

Les travaux de Joseph Bertuel s'appuient eux-mêmes sur ceux de Gabriel Théry alias Hanna Zakarias récemment réédités :

HANNA ZAKARIAS : DE MOISE A MOHAMMED : L’ISLAM, ENTREPRISE JUIVE, Éditions Saint-Rémi




vendredi 7 janvier 2011

Luc Ferry : christianisme, intériorité et laïcité

Sous l'arbitrage de Jean-François Rabilloud, Luc Ferry et Jacques Julliard confrontent leurs opinions sur le christianisme sous la citation de plusieurs ouvrages : « Histoire générale du christianisme » de Jean-Robert Armogathe, 2 volumes chez PUF, « Moïse, Jésus, Mahomet » de Philippe Barret chez Fayard, « Requiem pour le catholicisme », Revue des Deux Mondes de septembre 2010, « Pourquoi nous ne pouvons pas nous dire chrétiens » de Benedetto Croce chez Rivages, « Petit éloge du catholicisme » de Patrick Kéchichian chez Gallimard Folio et « Pourquoi le christianisme fait scandale » de Jean-Pierre Denis chez Seuil.

Les vœux de Nicolas Sarkozy aux autorités religieuses

Les vœux de l'impossible :
SARKOZY FACE A L'ISLAM
©Emmanuel Barbier/Sedcontra.fr/janvier 2011

Nicolas Sarkozy a eu des mots très forts, dans ses vœux du 7 janvier dernier aux autorités religieuses, au sujet des derniers attentats contre les chrétiens de Bagdad et d’Alexandrie. Il a parlé de “martyrs” et de “massacre des innocents” ; il a dénoncé “un plan particulièrement pervers d’épuration religieuse” au Moyen-Orient. Dans la bouche d’un Président de la République, c’est nouveau, probablement sincère, de toute façon important. Mais le discours est fort long, et développe aussi une pensée sur la réalité des menaces islamiques qui mérite d’être examinée point par point. Nous en retiendrons sept, qui visent hélas à constituer les “vœux de l’impossible” du Chef d’Etat français.

1. – “Chacune des religions que vous représentez ici a ses martyrs et chacun les révère ou les célèbre selon ses rites. Dans chacune des religions que vous représentez ici, des femmes et des hommes ont sacrifié leur vie pour défendre leur foi et par là leur liberté de croire ; car c'est une liberté.”
Oui, le martyr est bien celui qui met sa foi en Dieu au-dessus de sa propre vie, au point de préférer la mort au reniement. Pour le chrétien cependant, ce témoignage suprême n’abrite aucune exaltation suicidaire, ni même aucune provocation. Les chrétiens assassinés dans leurs églises en Irak et en Egypte ne faisaient que rendre témoignage à la Vérité, dans un environnement hostile, sans fixer de limite au prix qu’elle allait leur coûter. – Dans la doctrine islamique, au contraire, la palme du martyr ne s’acquiert qu’au combat armé contre les Infidèles, mécréants, juifs ou chrétiens. Prêter au terroriste kamikaze les mêmes vertus qu’à ses innocentes et malheureuses victimes, lui donner le même nom, dans un discours présidentiel, relève inconsciemment du mépris des motivations humaines et, objectivement, politiquement, du contre-sens absolu. Le postulat relativiste et mille fois démenti par l’Histoire selon lequel “toutes les religions se valent” (et que l’islam par suite serait une religion “comme les autres”), ce postulat suicidaire aura égaré une fois de plus la plume du savant conseiller…

2. – “Les martyrs d'Alexandrie ou de Bagdad ne sont pas uniquement des martyrs coptes, syriaques, ou maronites. Ils sont collectivement nos martyrs. Ils sont les martyrs de la liberté de conscience.”
La liberté de conscience – comme le concept de liberté tout court, celui d’égalité et de fraternité, inscrits aux frontons des monuments de la République – constitue en effet depuis saint Augustin un héritage direct du “libre arbitre” chrétien. Sarkozy a raison, mais il ne va pas jusqu’au bout. Car l’idée si fortement chrétienne que l’homme puisse partager une liberté quelconque avec son Créateur dans le destin du monde, qu’il doive mobiliser sur terre son intelligence et sa liberté pour servir son prochain et faire retour après cette vie à la Divinité, cette conviction mystique n’a aucun sens aux yeux des croyants de l’Islam, toutes obédiences confondues. Elle constitue même pour eux une impiété considérable, comme insulte à la transcendance et à l’omnipotence d’Allah. – Le vrai musulman est “soumis” (c’est le sens même du mot en arabe), dans une relation au divin principalement fondée sur la crainte, qui se traduit par une relation de ruse ou de violence lorsqu’il entend y soumettre le monde entier. – Le vrai chrétien est libre, dans une relation à Dieu de personne à personne, principalement fondée sur l’amour, qui se traduit par l’obligation très supérieure d’aimer son prochain “comme soi-même”, ce qui interdit bien sûr au premier chef de le massacrer !

3. – “Chaque État, chaque civilisation, chaque société a ses lois, ses principes et ses règles de vie commune mais il existe aussi des principes universels auxquels la très grande majorité des États du monde a souscrit. Ces principes garantissent, comme le pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, le droit à la liberté de pensée, le droit à la liberté de conscience, le droit à la liberté de religion.”
Parmi les Etats réfractaires, le Président Sarkozy cite un seul pays, le Pakistan, et un seul cas de persécution, celui de la mère de famille chrétienne condamnée à mort pour “blasphème” par les tribunaux de la Charia. Comme si le problème n’était pas devenu mondial, avec deux cent millions de chrétiens mis à mal par les Etats totalitaires du communisme et de l’islamisme, auprès desquels nous passons chaque année de juteux contrats ! Oui, deux cent millions de chrétiens sont persécutés aujourd’hui dans le monde à travers plus de cinquante pays : communistes, hindouistes et surtout musulmans. Cent soixante-dix mille d’entre eux en périssent chaque année, égorgés dans la rue, brûlés vifs dans leurs églises ou leurs maisons, fusillés pour l’exemple ou condamnés à mourir de faim dans un camp de concentration. L’armée, la police et les tribunaux sont partout complices (quand ils ne sont pas acteurs directs) de ces assassinats. C’est le grand génocide du XXIe siècle, qui ne vaut pas trois lignes ou trente secondes dans nos journaux de presse écrite, radiophonique ou télévisée ! Comme on aurait aimé qu’il se mérite trois phrase entières dans le “discours aux autorités religieuses” du Président de la République…

4. – “La communauté musulmane de France elle-même est d'ailleurs la première horrifiée, je le sais, par les crimes que l'on commet au nom de l'Islam.”
Voici bien le plus important : Nicolas Sarkozy, à la suite d’Obama, est tombé dans le leurre d’une opposition grandissante, rassurante, bénéfique, entre le terrorisme islamique et l’islam “modéré”, opposition qui finira bien entendu par tout arranger, en Orient comme en Occident. – “L’offensive musulmane, écrit très bien René Marchand, s’avance aussi derrière un leurre, et ce leurre c’est un mirage offert aux yeux des proies que nous sommes. C’est l’islam “modéré, démocratique, compatible avec notre civilisation, l’islam des Lumières”. Cet islam, il n’existe pas ; il n’existera jamais. Il y a des musulmans modérés, par caractère ou par raison ; il n’y a pas d’islam modéré. Derrière ses variétés (47, a-t-on compté), derrière l’infini des tempéraments et des comportements humains, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais qu’un islam.Celui du Coran, du hadith, de la sunna, d’une fixité absolue depuis des siècles. C’est l’islam qu’enseignent l’Union internationale des oulémas et son président (le sieur Qaradawî), l’islam du Conseil européen pour la Recherche et la Fatwa et de son président (encore Qaradawî), l’islam que revendiquent, affirment, affichent, promeuvent, financent chez nous les cinquante-sept pays de l’Organisation de la conférence islamique, l’OCI, reconnue par l’ONU. Et tout ce qu’entreprennent en Europe nos gribouilles pour édifier leur machin rêvé, utopique, ne sert qu’à consolider l’islam réel. Plus il y a de “lieux de prière” en Europe, plus il y a d’apartheid Musulmans/ non Musulmans, d’apartheid hommes/femmes. Est-ce que l’apartheid est compatible avec notre droit, avec nos mœurs, avec notre civilisation ? avec notre honneur ? Non.” (Assisses internationale sur l’islamisation de nos pays, 18 décembre 2010)

5. – “Les résultats d'un sondage publié avant-hier dans un grand journal du soir et qui montrent qu'un trop large tiers des Français et des Allemands interrogés considèrent les musulmans comme une menace me préoccupe et ne peut que préoccuper les hommes et les femmes de bonne volonté.”
Et voici le corollaire du plus important : pour le Président de la République Française, la seule menace inquiétante ne viendrait pas de l’islam lui-même, ni du rejet de nos lois, de notre culture et de notre civilisation au sein des territoires grandissants qu’il occupe dans nos cités, la seule menace inquiétante vient de la représentation inquiète et négative que s’en font aujourd’hui un trop grand nombre de Français ! Ces malheureux “islamophobes”, qui n’ont pas la chance de vivre dans des palais, et affrontent au quotidien non seulement le mépris des lois et des valeurs françaises, mais des dangers physiques, voire des risques vitaux, de plus en plus fréquents…

6. – “La liberté de culte et son corollaire immédiat, la liberté de conscience, sont au même titre que la liberté d'expression, que la liberté d'opinion, consubstantielles de la Démocratie.”
Puisque le Président philosophe, et même théologise sa pensée, tâchons d’aller au cœur du principe invoqué. L’idée que la religion d’un homme relève de sa conscience individuelle – même si elle ne si limite pas – n’est pas une invention de la “démocratie”. Elle est d’abord une conviction chrétienne, active en Europe depuis Philippe Le Bel, et qu’aucun autre courant religieux n’a jamais partagée. La doctrine de la distinction entre l’Eglise et l’Etat s’est beaucoup affinée au cours des siècles, sous l’action temporelle des princes et des constitutions, sans jamais se contredire. Elle trouve son fondement dans la réponse de Jésus au plus subtil des pièges tendus par les Pharisiens : “Rendez à César ce qu’est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.” (Mt 22, 21). – Or, cette distinction n’a aucun sens pour l’islam, quand bien même toutes les Républiques islamiques du monde proclameraient ensemble en un acte solennel sa distinction entre politique et le religieux. Un vrai Fidèle de Mahomet ne se posera jamais de questions sur le bien-fondé des règles sociales de la Charia et des principes politiques du Coran : confusion des intérêts de l’Islam avec ceux de l’Etat, justification de l’esclavage ou de la mise à mort pour les Infidèles, négation de la liberté et de l’égalité des hommes et des femmes devant Dieu… A prendre ou à laisser, qu’on le veuille ou non ! Faire abstraction cette constante historique, au motif que beaucoup de musulmans intégrés dans nos villes ont suivi le même chemin de sécularisation progressive et d’affadissement ou de rejet des dogmes que leurs frères et sœurs de confession chrétienne, ne répond en rien à la question posée…

7. – “La République ne peut pas accepter qu'une religion investisse l'espace public sans son autorisation ; mais dans le même temps, la République implique qu'elle tienne ses promesses en permettant que chacun puisse prier dans des lieux dignes.”
In cauda venenum : Nicolas Sarkozy, ancien ministre des Cultes et de l’Intérieur, ne devrait pas pouvoir ignorer que l’islam n’a rien d’une religion “comme les autres”, et qu’une mosquée par suite n’est pas un simple “lieu de prière”, mais un centre d’encadrement des mœurs, d’organisation politique et de direction des esprits. – “L’islam, une religion ? Oh certes, puisque, en islam, tout est religieux. Tout, du gouvernement des hommes jusqu’à la manière de s’habiller, tout est placé sous le signe d’Allah, régie par la Loi d’Allah. Sauf à réécrire le Coran et la vie du Prophète, un islam qui ne serait qu’une religion, qui ne serait pas politique, juridique, qui ne régenterait pas les mœurs, la vie privée des Musulmans, un tel islam n’existe pas, n’a jamais existé, ne peut pas exister. Dans le système Islam, il n’y a pas de place pour le profane, pas de sphère privée, pas de liberté individuelle, pas de liberté de religion, pas de liberté de conscience. Interdiction à un Musulman de quitter l’islam. Même interdiction pour l’enfant, mâle ou femelle, d’un Musulman. Interdiction pour une Musulmane d’épouser un non-Musulman, etc. – Et sous le nom de religion, on nous vend des mosquées, comme des sortes d’églises, des “salles de prière”, alors que les mosquées sont les centres de la vie politique, administrative, sociale, culturelle, scolaire, policière, judiciaire… des communautés. Il y a dans le monde musulman et dans nos diasporas des hommes qui, à chaque fois que nous ouvrons une mosquée, placent un petit drapeau vert sur une carte, marquant un nouveau bastion avancé de leur armée d’occupation. Le nom de certaines mosquées est une incitation à la guerre. Allons-nous nous faire encore longtemps nous faire complices de cette… invasion ?” (René Marchand : Assisses internationale sur l’islamisation de nos pays, 18 décembre 2010)



Joseph Fadelle : Le prix à payer






Mohammed al-Moussaoui, du prénom de baptême Jean (du nom de l'évangéliste qui "lui a fait découvrir le Christ"), dit Joseph - Youssef - Fadelle, vient d'une importante famille chiite d'Irak qui, dit-il, remonte à Ali, cousin et gendre du prophète.
Écoutez son témoignage (de l'armée à sa conversion au christianisme en passant par son incarcération dans une prison de Bagdad et son baptême en Jordanie, 13 ans après avoir accepté dans son cœur Jésus-Christ). Sa femme et ses enfants sont également devenus chrétiens.


Joseph Fadelle : « Il faut apprendre à aimer la France ! »

Les Chrétiens d'Irak contraints à l'auto-défense


7 มกราคม : เจนสุขสันต์วันเกิด






Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva pose à la Primature avec un groupe de moto-taxi après avoir annoncé, à l'occasion du Nouvel An, un train de mesure d'appui à l'investissement et à l'emploi… Un de ces "cadeaux" concerne directement le self-emploi des motos-taxis.




mardi 4 janvier 2011

Gbagbo affûte sa défense


La journaliste Awa Tabitha Danon de la RTI reçoit sur le plateau de l'émission  dite "Raison d'État" Jacques Verges et Roland Dumas en vue de "comprendre" la crise post-électorale ivoirienne et de "sonder des pistes" de sortie de crise.


Des Ivoiriens de France étaient ce lundi 3 janvier à l`aéroport de Roissy afin de "faire une surprise" à Jacques Vergès et Rolland Dumas, avocats de Laurent Gbagbo, pour leur retour d`Abidjan, a constaté un journaliste de l’AFP. "On veut leur faire une surprise, on ne comprend pas que des avocats français puissent défendre un tel criminel, qui insulte même leur pays", a expliqué à l`AFP M. Coulibaly, 46 ans. "Les gens en Côte d`Ivoire souffrent, certains n`ont plus à manger, et quand on voit ces avocats aller là-bas, récupérer de l`argent dans de telles conditions, on trouve ça honteux car c`est l`argent du peuple ivoirien" a pour sa part dénoncé Agathe.  "Contrairement à l`image que les médias donnent il n`y a pas que dans le Nord qu`Alassane Ouattara est soutenu. "Mon petit frère fait partie des tout premiers morts en Côte d`Ivoire après les élections. On entend parler de personnes blessées, qui sont paraît-il amenées à l`hôpital mais qui n`ont toujours pas été revues depuis" a pour sa part expliqué Marocas, Ivoirienne vivant en France "depuis 20 ans".
"Ils ont arrêté mon fils, blessé par balle mon neveu, j`ai le cœur vraiment gros aujourd`hui et je ne veux qu`une chose, c`est que Gbagbo parte, on veut Ouattara !" a insisté une Ivoirienne au bord des larmes, qui a requis l`anonymat.

L'Avocat du Diable



Maître Jacques Vergès, aussi appelé "l'avocat du diable", défend Khieu Sampan, 76 ans et ancien président du régime cambodgien Khmer rouge entre 1975 et 1979, jugé par un tribunal de l'ONU pour un génocide qui a coûté la vie à deux millions de personnes.

lundi 3 janvier 2011

Égaré

 "… depuis son arrivée en ville, un sourd mélange de haine, de souffrance et de mauvaise humeur l'avait saisi au contact de ses contemporains, qu'il avait perdu l'habitude de voir de près."
Tony Duvert : Quand mourut Jonathan, p. 67