Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 13 décembre 2010

Le Mrap roule pour Marine Le Pen



Marine Le Pen a le sens de la formule. Celle qui fera jubiler les uns, scandalisera les autres… C'est particulièrement indiqué en période électorale… Même s'il ne s'agit que d'élections internes au Front national. Que Marine Le Pen assure une succession dynastique cantonnant le Front national à l'excitation populiste n'est-ce pas le vœu de ses contempteurs les plus acharnés. Pour l'heure quel meilleur appui que celui du Mrap interprétant un encombrement inopportun de rue dans le sens voulu par Marine Le Pen. La stratégie de la victimisation contre le choix d’une politique réfléchie et constructive… Bruno Gollnisch appelant à la prise de conscience par les Français de la justesse de ses analyses et propositions aura bien du mal à l’emporter.

Alors qu’enfle la polémique suscitée par les propos non dénués de bon sens de Marine Le Pen sur l’occupation des lieux publics par les musulmans lors des prières du vendredi, la volonté du MRAP de polariser encore plus l’intérêt sur Marine Le Pen apparaît d’autant plus flagrant quand on sait – et le MRAP ne peut l’ignorer – l’avertissement lancé le 19 juillet 2010 par le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Bouabdallah Ghlamallah : « Seul l’intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n’ont qu’à prier chez eux et non pas dehors ».
Novopress.info cite le quotidien francophone algérien Le Temps qui publie cette déclaration du ministre fait remarquer qu’« il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s’agglutinent (sic) à l’extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs jouxtant les maisons de Dieu. Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l’instar d’Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. Seulement, ce n’est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants les lieux de culte. »
Des propos que les autorités françaises, les journalistes et… le MRAP feraient bien de méditer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire