Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

lundi 6 décembre 2010

Le Laos célèbre ses rois… Vraiment ?

Vientiane : la nouvelle statue du roi Anouvong

Le quotidien de Bangkok The Nation évoque ce 2 décembre dans un reportage l’inauguration à Vientiane d’une nouvelle statue… Une statue du roi Anouvong qui lutta contre les Siamois…
Le Laos communiste se cherche des héros nationaux… Des héros vénérés du peuple laotien… Mais l’histoire contemporaine, les figures du communisme national ou d’ailleurs ne paraissent pas séduire les Laotiens… Le peuple laotien se rassemble plus volontiers autour de la mémoire de ses rois… Le mois dernier une statue royale a été dévoilée à Vientiane. Une statue du roi Anouvong, qui a régné entre 1805 et 1828 alors que le royaume du Lan Xang dépendait du royaume du Siam. Cette statue d'Anouvong est érigée en souvenir du  courage d’une lutte contre les conquérants siamois. S'il perdit sa bataille contre le Siam, Anouvong fut promu héros national et devint une légende pour le peuple lao, symbole de résistance aux envahisseurs… Pour les Siamois, il n'était qu'un rebelle. L'armée du Siam mit à sac Vientiane, s’en suivit le déclin du royaume de Lan Xang.
Ce n'est pas la seule statue royale à Vientiane. Y trône déjà celle de Sisavang Vong, pour son rôle dans l'indépendance du pays face à la France. Celle de Setthathirat, qui, face à la menace d'une invasion birmane, déplaça la capitale de Luang Prabang à Vientiane qu’il fonda voilà 450 ans. Le Parti révolutionnaire populaire lao, au pouvoir, a érigé cette statue à la mémoire de ce grand roi, 182 ans plus tard, et pour marquer le 450e anniversaire de la capitale. Haute de huit mètres, elle est tournée vers l'ouest et au-delà du Mékong, vers la Thaïlande. Le roi tient dans sa main gauche une épée et a le bras droit tendu à l'horizontale. Pour les autorités, la statue, qui présente Anouvong comme un roi courageux qui ne céda jamais à l'emprise siamoise, vient rappeler aux Laotiens que leur pays a besoin de dirigeants de sa trempe. Que le roi Anouvong protège les valeureux Laotiens et leur petit pays face à la puissance économique, politique et culturelle de ses grands voisins, Vietnam, Chine, Thaïlande.

Devant le palais de Luang Prabang, se dresse toujours la statue de Savang Vatthana… Savang Vatthana fut le dernier roi du Laos, avant l'abolition de la Monarchie en 1975. Déporté dans le district sauvage et inhospitalier de Vieng Xai, il y meurt de faim en 1978 dans le camp de prisonniers politiques au nord du Laos où il avait été interné avec la reine Khamphoui et le prince royal Vong Savang, qui y subiront le même sort. Est-ce qu'ériger des statues peut suffire à couvrir tous les crimes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire