Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

dimanche 28 novembre 2010

Arunachal Pradesh

Nouvelles tensions aux frontières tibéto-indiennes… frontières de l'Arunachal Pradesh, "le Tibet du sud", selon les Chinois, déjà partiellement envahi en 1962.  L'Inde vient de former deux nouvelles divisions  - comprenant plus de 36.000 hommes - pour défendre son État du nord-est, l'Arunachal Pradesh. La 56e Division sera basée dans l'État voisin du Nagaland pour protéger le flanc est d'Arunachal Pradesh d'une attaque chinoise depuis la Birmanie. L'autre nouvelle formation, la 71e Division, sera basée au sud, en Assam, pour protéger le centre de l'Arunachal Pradesh. « Tous les hommes des ces formations seront recrutés au sein des tribus montagnardes locales,  mais les officiers viendront de l'Armée indienne au moins pendant un certain temps », a déclaré un commandant de corps. Avec la formation des ces deux nouvelles divisions, le déploiement de l'Inde dans le secteur oriental de sa frontière avec la Chine remonte au niveau de cinq divisions, celui de 1986-87, lorsque les deux pays en étaient une nouvelle fois arrivés au bord d'un conflit ouvertement déclaré.


Tawang : le "Gaden Namgyal Lhatse", le plus grand monastère bouddhiste après le "Potala"


Tawang : Pélerin au "Gaden Namgyal Lhatse"

Le Times of India fait état de mouvements rapides des troupes indiennes dans les territoires du Nord-Est pour contrer le déploiement massif des forces chinoises sur la frontière tibétaine. L’Inde a ainsi déployé deux nouvelles divisions d’infanterie sur la région frontalière située en Arunachal Pradesh, zone que la Chine dit sienne. Le Ministère de la Défense de l’Inde précisait que les deux divisions alpines d’infanterie incluaient 1 260 officiers et 35 011 soldats et qu’elles seront « opérationnelles avec un équipement spécialisé » en 2011. De même le premier bataillon des Scouts de l’Arunachal sera prêt à agir sur place dès mai prochain.

Un gradé confirmait : « Les deux divisions sont dès maintenant presque complètement sur place, avec des officiers et des soldats déjà en train d’être assignés à leurs postes. Et ils sont sur le point de recevoir leur nouvel équipement incluant des véhicules blindés et de légers obusiers ».

« Dés à présent, le Gouvernement a donné son accord pour le déploiement du bataillon des Scouts de l’Arunachal. Les Scouts du Sikkim sont également en préparation », précisait un officier. Créé sur le modèle des Scouts du Ladhak (promu au rang d’infanterie de régiment après son rôle crucial dans la chasse aux intrus Pakistanais lors du conflit de Kargil en 1999), les Scouts de l’Arunachal sont aussi centrés autour de la notion de « fils du territoir ».

Pendant ce temps les experts chinois dénoncent les mouvements Indiens comme une erreur de New Delhi. Le plus récent déploiement de bataillons Indiens se tient à trois semaines de la venue officielle du premier ministre chinois Wen Jiabao, pour le 60ème anniversaire du début des relations diplomatiques entre les deux pays.

« Depuis la guerre avec la Chine en 1962, l’Inde a placé dans la région une dizaine de divisions alpines », annonçe Wang Dehua dans le Global Times, journal d’État. Il cite un expert chinois disant au Shanghai International Studies Center : « une telle stratégie a pour but de gagner des points aux prochaines discussions sino-indiennes à venir au sujet des disputes frontalières ». Wang ajoute plus loin que « ces groupes bellicistes de New Delhi se montent la tête à la suite du soutien des Etats-Unis à la demande indienne de devenir membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU ».

De l’Académie chinoise des sciences sociales, département d’Études de l’Asie Pacifique, Sun Shihai dit que le plan indien de concentration des troupes rend les discussions au sujet des frontières plus difficiles. « En agissant ainsi, l’Inde montre son manque de volonté à faire de concessions lors de ces discussions » ajoute-t-il.

Une tension  analogue existe au Ladhak…






On pourra exploiter les liens vers d'autres vidéos à la fin de cet enregistrement…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire